Navigation – Plan du site

Psychologie et sciences du monde social-historique

Sur le problème de l’évolution de Dilthey jusqu’à L’Édification du monde historique dans les sciences de l’esprit
Stéphane Haber
p. 125-142

Résumé

L’article montre comment, à côté d’une mise à distance progressive du psychologisme initial de ses positions, W. Dilthey s’est progressivement orienté vers une analyse relationnelle et dynamique de la personnalité individuelle dont l’intérêt reste intact.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans leur majorité, les interprètes ont souvent tendu à présenter l’évolution de Dilthey comme plut (...)
  • 2 Chez Weber, la psychologie peut assurément continuer à jouer un rôle dans les sciences sociales, ma (...)

1À propos du contenu et de la signification de la psychologie au sein des sciences humaines, il est possible d’isoler trois grands moments dans les premières phases de l’évolution de Dilthey, c’est-à-dire avant la synthèse finale, quoique partielle et inachevée, que propose L’Édification du monde historique dans les sciences de l’esprit en 1911. Dans l’ensemble, aucune ligne d’évolution très nette ne se laisse isoler1. En effet, tantôt le philosophe a insisté sur le rôle d’organon pour l’ensemble des sciences humaines qu’était appelée à jouer la psychologie, science de l’individualité humaine vivante et agissante prise pour elle-même, tantôt sa préoccupation essentielle a consisté à affirmer l’autonomie du monde social et historique, tant comme réalité objective possédant ses propres structures que comme thème de la connaissance savante. Certes, L’Édification, qui présente le plus maîtrisé des exposés diltheyens sur la question de l’unité et du fondement de ce que nous appellerions aujourd’hui les « sciences humaines », relève plutôt de ce second aspect, incitant à penser que le philosophe s’y est finalement rallié après mure réflexion. Mais, sans insister sur les difficultés intrinsèques de la position « objectiviste », parfois qualifiée de néohégélienne, qui s’y développe, il semble que le philosophe l’ait élaborée d’une façon telle qu’elle invite le lecteur à y déceler une accentuation particulière, contextuelle, et non l’expression d’une thèse exclusive qui aurait « dépassé » (ou englobé) tous les essais antérieurs. Elle ne semble donc pas former le préalable historique à la décision d’abandonner l’ancrage des sciences sociales dans la psychologie, au moins de l’intérêt qu’on lui porte à titre de savoir à la fois indépendant et fécond, abandon que l’on trouverait pratiquement accompli, par exemple, chez un auteur comme Max Weber2 et qui se serait progressivement radicalisé dans le fonctionnalisme ou dans le structuralisme de la seconde moitié du siècle dernier. Aux yeux de Dilthey, la psychologie reste bien la science-clé du champ des Geisteswissenschaften, et la pertinence de sa pensée pour la période actuelle tient encore largement à son insistance sur le mélange de complémentarité et la tension qui existe inévitablement entre cette discipline et les sciences « objectives » de la réalité sociale-historique. Il reste à savoir si Dilthey, en définissant le domaine du psychique et des objets privilégiés de la psychologie, a été assez loin dans une direction intéressante pour que l’on puisse encore vouloir se rattacher aujourd’hui au contenu de ses découvertes, et pas seulement à l’intention très générale qui les sous-tend. Nous voudrions montrer, à partir de certains thèmes difficiles de L’Édification, que c’est bien le cas.

Avant L’Édification

1. « Sur l’étude de l’histoire des sciences de l’homme, de la société et de l’État » (1875) et textes complémentaires

  • 3 La traduction littérale de ce terme caractéristique, « sciences de l’esprit », s’impose tant en rai (...)

2Ces fragments, dans lesquels le philosophe de Berlin exprima pour la première fois son propos épistémologique de façon articulée tout en l’inscrivant –fait digne d’être remarqué– dans une problématique relevant de l’histoire des sciences, n’interrogent pas la place de la psychologie de façon très nette. La question générale semble être celle de l’individu et de sa connaissance, et, sous cette forme, elle n’implique pas d’intérêt particulier pour la psychologie. Nous sommes encore dans une démarche qui, sans isoler vraiment le moment épistémologique et fondationnel, voit d’abord les « sciences de l’homme » comme un ensemble de contributions intéressantes à la logique (avec la question de la connaissance du singulier), à la philosophie morale ou à la philosophie de l’Histoire. Mieux encore, sur le fond, la question de l’individu, faute d’une consistance suffisante, semble devoir s’effacer devant une pensée globale de la contingence comme effet de la rencontre des séries causales indépendantes. L’important semble être alors pour Dilthey de rejeter la nécessité nomologique du côté de la nature pour pouvoir caractériser le « monde de l’esprit » (le monde humain, objet des Geisteswissenschaften3) comme le monde du contingent.

3L’historien, affirme notre auteur, a en effet d’abord affaire à des individus agissant –à commencer par les « grands hommes » qui attirent le regard naïf de l’amateur d’histoire, mais pas seulement eux. Comment concilier, doit-on d’abord se demander, la conscience de la singularité de l’individu et des sources de l’action intentionnelle dont il est capable par définition avec la prise en compte des conditions effectives de son action, lesquelles se trouvent apparemment dans l’objectivité sociale des institutions, des normes régnantes, des groupes d’appartenance et des influences de tous ordres ? Pour Dilthey, il s’agit du problème central des sciences historiques : une fois abandonnés le déterminisme de la philosophie de l’histoire et la croyances en l’idée de grandes lois générales (statiques ou dynamiques) décrivant ce qui passe au-dessus de la tête des agents, l’univers social, comme la nature de Cournot où le hasard a sa place, devient le théâtre de rencontres entre séries indépendantes les unes des autres. Il est rendu à sa complexité inépuisable. Le fait essentiel devient alors que des tendances se renforcent mutuellement ou s’opposent, que des groupes se heurtent ou s’associent, etc. Il n’y a que des conjonctures, des situations et des évolutions particulières, locales. L’interaction, sous ses manifestations bigarrées, l’emporte sur la causalité mécanique et linéaire dont le positivisme croyait qu’elle traversait un monde social homogène. Le caractère composite des motifs qui débouchent sur une action individuelle constitue alors un exemple remarquable de la complexité propre au contingent en général.

  • 4 In Dilthey, Critique de la raison historique, Paris, Cerf, 1992, p. 77.

L’individu est simultanément un élément au sein des interactions sociales, un point de croisement pour les divers systèmes de ces interactions, réagissant par l’orientation consciente qu’il donne à sa volonté et par son action, aux influences de ces systèmes –et d’autre part une intelligence capable d’intuitionner et d’explorer. Le jeu des causes agissantes qui nous est donné dans la nature est ici remplacé par le jeu des motifs, des fins. En conséquence, le problème théorique fondamental de tout ce domaine de la connaissance tient à la nature particulière des relations causales qui règnent, dans l’individu, entre ces motifs, et ensuite, dans un registre supérieur, entre les individus et entre les forces globales complexes à l’œuvre dans la société et dans l’histoire4.

4Inachevé, le texte inaugural de 1875 sera suivi par une série d’esquisses dans lesquelles on observe l’émergence du thème psychologique qui bénéficie naturellement d’un approfondissement du regard diltheyen sur l’individu –lequel cesse alors d’être un exemple (si important soit-il) de la productivité et de la richesse de l’interaction, dont les effets apparaissent comme immaîtrisables par la froide raison mécanique.

5Cette psychologie présente d’abord un aspect classique, pour ne pas dire assez terne. Elliptiquement, le philosophe semble d’abord vouloir distinguer trois ensembles de faits psychiques (relevant respectivement de la représentation, de l’affectivité, et de la volonté). Cependant, la véritable innovation de ces fragments provient moins de la psychologie « officielle », avec ses classiques divisions entre facultés, dont Dilthey nous assure qu’elle est capable d’alimenter toutes les sciences sociales-historiques et, par conséquent, d’en assurer à la fois la cohérence et la rigueur. Elle est plutôt à rechercher dans une esquisse de théorie de la connaissance qui rencontre le thème de la saisie compréhensive-sympathique. Déplaçant le centre de gravité de son épistémologie, relativisant le thème de l’individualité, Dilthey y insiste désormais sur la démarche permettant l’accès à ce domaine spécifique d’objectivité qu’est le monde social-historique : dans les sciences de la nature, est-il affirmé, nous construisons intellectuellement l’objet à partir d’éléments artificiels, alors que dans les sciences de l’esprit, qui correspondent à ce domaine, nous entrons en contact immédiatement, intuitivement avec ce qu’il s’agit de connaître.

  • 5 Ibid., p. 129.

À travers ces expressions de certaines classes de données psychiques, ce qui s’est produit ne consiste pas dans une réunion d’images de faits psychiques complexes, comme s’il s’agissait de contenus représentatifs, mais les images surgissent bien plutôt dans la conscience reproductrice en se rapprochant, selon des degrés divers, de la conscience directe d’un état psychique qui surgirait de manière immédiate. Et c’est sur ce processus que repose le grand phénomène de la sympathie, de la faculté de revivre le monde psychique, lequel sépare toutes les opérations spirituelles, dans le domaine historique, de celles de la connaissance de la nature.
Histoire, poésie, présentation d’états psychiques sont différents toto capite de la procédure qui caractérise toute connaissance de la nature. La puissance de la faculté représentative, dans ce domaine, repose dans les profondeurs dans le pouvoir de l’esprit5.

6Sans vraiment rattacher cette idée à un propos psychologique articulé, le philosophe observe ainsi dans les sciences de l’esprit (terme encore peu problématisé pour lui-même) l’existence d’une opération mentale spéciale –la sympathie comme pouvoir de coïncider intuitivement avec le vécu d’autrui– qui l’apparente plus à une sorte d’art ou à la divination qu’à la science. Mais, outre qu’il n’approfondit pas ce point et ne pense apparemment pas encore orchestrer la problématique de la compréhension jusqu’à en faire le cœur d’une théorie de l’originalité et de l’indépendance des sciences de l’esprit en général, Dilthey laisse dans l’ombre le chemin qui pourrait mener de l’intuition sympathique au propos explicite des sciences « sociales » dont il était parti.

2. Introduction aux sciences de l’esprit (1883)

7À partir de ce moment, Dilthey va s’en tenir pour désigner son champ d’investigation au terme unifiant de « Geisteswissenschaften », tout en accentuant la dimension « fondatrice » de son épistémologie –même si la critique de la métaphysique semble jouer dans l’ouvrage un rôle quelque peu écrasant. La critique de Hegel et de Comte se fait plus ferme. Mais cela n’empêche pas le regard sur ce que nous appellerions aujourd’hui les sciences humaines de se faire par ailleurs moins surplombant. C’est ainsi que la connaissance historique se voit investie d’un sens rationnel plus consistant, propre à éclairer l’ensemble du domaine de la connaissance du monde social-historique. Un peu comme le feront en France les auteurs rattachés à l’« École des Annales » à partir des années 1930, Dilthey cherche en effet à mettre à distance ce qu’il y a de conventionnel et d’étroit dans la connaissance historienne traditionnelle (les grands hommes, l’histoire-récit, les batailles et les intrigues…). Il pénètre dans le domaine de ce que nous appellerions aujourd’hui les « sciences sociales » sans lesquelles la science historique ne pourrait prétendre à apporter des connaissances intéressantes et importantes. Sa démarche aboutit alors à une distinction tranchée : les « sciences de l’organisation extérieure de la société » et les « sciences des systèmes culturels » (à laquelle il reconnaît manifestement une primauté hiérarchique). D’un côté, si l’on veut, ce par quoi la société se rattache encore à la nature, à l’extériorité, à la facticité, et s’organise pour la dominer, au moins pour la contrôler, faisant naître latéralement, à l’intérieur même de l’univers des rapports sociaux, certaines formes de domination. À ce moment relevant de la nécessité inhérent à l’ordinaire de la vie sociale s’oppose la liberté d’un esprit qui explore et exprime pour elles-mêmes ses potentialités : c’est le domaine de la culture au sens strict, celui de l’art, de la religion, de la connaissance désintéressée, etc. Dilthey comprend alors le droit comme l’institution permettant d’opérer la jonction entre ces deux univers.

8Plutôt qu’une réminiscence de la partition hégélienne entre esprit objectif et esprit absolu, la distinction diltheyenne doit sans doute s’interpréter comme une façon d’arbitrer entre deux conceptions rivales de la connaissance de l’univers social-historique, l’une inspirée par les méthodes et les objets de la sociologie comtienne et de l’économie politique anglaise, ici curieusement associées, l’autre inspirée par la pensée historique des auteurs germanophones (l’« école historique allemande ») auquel le philosophe se réfère constamment dans toutes ses grandes œuvres. S’agit-il d’expliquer les lois de développement des sociétés, ainsi que les mécanismes propres au monde moderne, ou bien de ressusciter des configurations historiques révolues dans lesquelles l’esprit s’est exprimé ? Bien que naturellement plus proche de la seconde conception, et aussi de la philosophie qui l’accompagne spontanément, Dilthey cherche à montrer comment ces deux approches, qu’il hiérarchise certes, sont complémentaires. Une des curiosités de l’exposé diltheyen consiste alors à insister sur le rôle des bases psychologiques des sciences sociales au sens étroit. Celles-ci auraient recours à des généralisations nomologiques ou quasi nomologiques (le philosophe pense assurément à l’économie politique) qui reposent sur l’existence de certains traits constants de la nature humaine. Dilthey entend ainsi raisonner à partir des « dispositions sociales » qui mélangent en proportions variables selon les contextes l’affirmation libre de soi, la sociabilité naturelle et le goût de la supériorité ou de la domination sur autrui.

  • 6 Ibid., p. 227.

On pouvait soupçonner que serait à la base des sciences de l’organisation extérieure de l’humanité un certain nombre de concepts portant sur des faits psychiques ou psychophysiques, ainsi que des propositions relatives à ces mêmes faits et correspondant à ceux sur lesquels sont fondées les sciences des systèmes culturels. Le sentiment d’appartenir à une communauté, le sentiment d’indépendance (un fait pour lequel nous ne disposons d’aucun mot), la domination, la subordination, la liberté, la contrainte : ce sont là des faits psychique et psychophysiques de second ordre, dont la connaissance, exprimée en concepts et propositions, constitue la base de l’étude de l’organisation extérieure de la société. [...]
Les faits psychiques que nous avons exposés, concernant d’une part la communauté, d’autre part la domination et la subordination (y compris bien sûr la subordination réciproque), irriguent l’organisation extérieure de la société. Toutes les relations d’association, envisagées du point de vue psychologique, en sont composées6.

9La psychologie fonde donc les sciences du monde social-historique au sens restreint où une partie d’entre elles développe des généralisations qui renvoient en dernier ressort à certaines tendances fondamentales et constantes du comportement humain individuel, lesquelles font apparaître autrui tantôt comme un alter ego dont la fréquentation est agréable, tantôt comme une nuisance potentielle qu’il faut fuir, tantôt encore comme la cible d’un appétit de puissance et de soumission.

3. « Idées concernant une psychologie descriptive et analytique » (1894) et « De la psychologie comparée » (1895-1896)

10Il est intéressant de voir que le premier de ces textes, qui contient la formule la plus célèbre de Dilthey et, suppose-t-on parfois, la plus représentative de sa position théorique (celle qui porte sur la dualité expliquer-comprendre), suppose en fait un recentrage du propos sur la psychologie qui n’était pas nécessairement contenu dans le programme initial du philosophe. Analysée en passant, grâce au vocabulaire affectiviste de la « sympathie » dans les années précédentes avant d’être plus ou moins désinvesti dans l’Introduction, la portée de la capacité empathique se voit désormais élevée, en son principe même, au rang de condition générale de validité des énoncés dans les sciences humaines.

  • 7 In Le Monde de l’esprit, Paris, Aubier, 1949, t. 1, p. 150.

Les sciences de l’esprit se distinguent d’abord des sciences de la nature en ce que ces dernières ont pour objet des faits qui se présentent à la conscience comme des phénomènes donnés isolément et de l’extérieur, tandis qu’ils se présentent à elles-mêmes de l’intérieur, comme une réalité et un ensemble vivant originaliter. Il en résulte qu’il n’existe d’ensemble cohérent de la nature dans les sciences physiques et naturelles que grâce à des raisonnements qui complètent les données de l’expérience au moyen d’une combinaison d’hypothèses ; dans les sciences de l’esprit, en revanche, l’ensemble de la vie psychique constitue partout une donnée primitive et fondamentale. Nous expliquons la nature, nous comprenons la vie psychique7.

  • 8 Dans son ouvrage classique, Dilthey, Philosopher of the Human Studies, Princeton University Press, (...)

11La démarche de Dilthey semble maintenant bien plus assurée. Grâce à l’introduction de thèmes esthétiques8, le philosophe élargit le domaine d’application de la psychologie au-delà de l’explication des fondements de la conduite et de l’interaction sociale. Tous les domaines des sciences de l’esprit sont désormais concernés ; tous ont besoin d’une fondation psychologique, laquelle aura aussi pour fonction d’assurer la communicabilité des apports de chaque discipline.

  • 9 Op. cit., p. 153.

Les sciences politiques, qui ont affaire à l’organisation extérieure de la société, rencontre dans toute association les faits psychiques de communauté, de domination et de dépendance. Ceux-ci demandent une analyse psychologique. L’histoire et la théorie de la littérature et des beaux-arts se trouvent ramenées partout aux sentiments esthétiques fondamentaux et complexes du beau, du sublime, de l’humoristique ou du ridicule. Sans l’analyse psychologique, ceux-ci restent, pour l’historien de la littérature, des réalités obscures et mortes. Il ne peut comprendre la vie d’aucun poète s’il ignore tout des processus imaginatifs. [...] Les grands systèmes culturels –économie, droit, religion, art et science– et l’organisation extérieure de la société dans les liens de la famille, de la commune, de l’Église et de l’État, étant issus de l’ensemble vivant de la vie humaine, ne peuvent s’expliquer que par lui. Ils se composent surtout de faits psychiques et ne peuvent donc être compris sans analyse psychique9.

  • 10 Ibid., p. 157.

12La cohérence du propos est également assurée par le fait que la psychologie définit tout aussi bien la théorie de la connaissance. Car désormais, Dilthey ne semble plus faire confiance à une simple théorie de l’empathie compréhensive pour découvrir le type de démarche, déjà présente dans le monde de la vie, qui se trouve à la source de la connaissance propre aux sciences humaines. Il ne suffit pas d’ajouter à l’édifice kantien, laissé en l’état, une annexe dont on attend qu’elle nous fasse saisir la manière dont on peut comprendre autrui en général –selon une solution que le philosophe semble avoir envisagé dans les années 1870. Le sujet transcendantal doit bien plutôt être réinséré dans le monde, dans la vie, mis en situation. Par conséquent, la théorie de la connaissance doit devenir une région de la psychologie, la région des opérations mentales finalisées par l’objectivation cognitive : « la théorie de la connaissance est une psychologie en mouvement, à savoir en mouvement vers un but déterminé [i.e. la connaissance] »10. Sans doute peut-on penser que Dilthey prévoit encore d’accorder une place importante à la problématique de l’empathie dans ce cadre rénové et étendu, mais son argument, dans le texte de 1894, qui délaisse cette question, semble principalement porter sur le principe d’une homogénéisation de la théorie de la connaissance qui explique comment les sciences humaines sont possibles, en tant qu’elles correspondent à démarches spéciales de l’esprit et la théorie substantielle qui portent sur le contenu effectif de ces mêmes sciences et qui, d’après le texte, sont rendues à la fois consistantes et cohérentes par des hypothèses de type psychologique.

  • 11 Ibid., p. 154.

Il est actuellement impossible de rattacher les uns aux autres les faits mentaux qui forment la matière de la théorie de la connaissance sans s’appuyer sur une unité quelconque du système psychique. Aucun sortilège transcendantal ne saurait rendre possible ce qui est impossible en soi11.

13Sur ce point, il faudra attendre le texte sur la psychologie comparée, de quelques mois postérieur, pour comprendre l’enjeu de cet étrange désinvestissement. Comment Dilthey peut-il encore se permettre, est-on en droit de se demander, d’exclure de facto de sa psychologie une théorie de l’interaction et, plus particulièrement, de l’intersubjectivité ? En réalité, le philosophe a progressé dans ce domaine, en ce sens qu’il est discrètement passé d’une problématique de la sympathie (sublimée, on l’a vu, en une pensée de l’empathie en général) à une problématique de l’analogie. La compréhension d’autrui ne repose plus sur une faculté magique, affective, intuitive, de se transposer directement dans une vie psychique étrangère, mais sur une capacité à s’installer dans un monde relationnel (qui n’est pas un monde intérieur dont un sujet serait le propriétaire) où le psychique –que cela soit chez moi ou chez autrui– renvoie à du corporel et inversement.

  • 12 Ibid., p. 255.

Les processus intérieurs que nous révèlent seuls les corps humains sont tout à la fois analogues à ce que l’expérience interne nous découvre, de même que les données spirituelles de celle-ci s’accompagnent de l’image sensible d’un corps humain. Aussi, ces faits spirituels nous sont-ils vraiment intelligibles. Ils sont tous apparentés les uns aux autres. L’universelle validité des opérations intellectuelles, la transmissibilité des sentiments, l’enchaînement logique des actes orientés vers une même la fin, permettent la connexion de ces processus intérieurs dans un monde social historique. Nous qualifions de spirituels les processus intérieurs où ces caractères se trouvent associés. C’est d’eux que les sciences de l’esprit tiennent leur dénomination12.

14Faire des sciences humaines, c’est investir par l’analyse cet univers où les actions et les attitudes telles qu’elles s’incarnent dans des mouvements qu’opèrent des corps humains animés supposent chaque fois un être individué qui ressent, décide, poursuit des buts en fonction d’une histoire personnelle, d’une situation, d’un univers culturel. Et non pas coïncider mystiquement, immédiatement, avec une autre vie personnelle ineffable.

15On reste cependant frappé par le fait que cette mention du corps –assez rare pour être noté chez cet auteur qui reste incontestablement marqué par l’idéalisme traditionnel– reste sans incidence sur le programme diltheyen de la psychologie. Le philosophe persiste en quelque sorte à refuser à la théorie de la relation à autrui le droit d’entrer dans le champ de cette discipline, à plus forte raison le droit d’y opérer des refontes d’envergure que, pourtant, justifierait amplement la prise en compte de ce que le philosophe a tacitement découvert en parlant de l’analogie –à savoir l’omniprésence du corps propre, l’immersion dans le monde, la prégnance d’autrui. La psychologie diltheyenne restera donc très traditionnellement subjectiviste, centrée sur les ondoiements de l’expérience privée ; la « vie » qu’elle se donnera à ce moment pour objet demeurera sans objet, c’est-à-dire dépourvue d’un réel qui formerait à la fois son partenaire et son milieu.

16C’est pourquoi la comparaison avec l’Essai sur les données immédiates de la conscience, ouvrage contemporain (1889) de l’essai sur la psychologie, permet d’en dégager correctement les aspects principaux. Dilthey, comme Bergson, part d’un diagnostic critique sur la psychologie de l’époque (objectiviste, naturaliste, matérialiste, parfois quantificatrice) et invoque contre elle l’expérience vécue au sens de l’expérience intérieure, désignée comme la nouvelle planche de salut du spiritualisme. Par contrecoup, le domaine psychique se voit défini comme celui de l’intériorité personnelle, principalement caractérisée par l’affectivité individuelle et qui n’est atteinte que grâce à l’introspection qui me place à distance du monde et surtout de la nature. Certes, Dilthey reste plus hésitant que Bergson devant une telle focalisation sur l’affectivité ; il souhaite maintenir un large espace de jeu pour sa psychologie, ne serait-ce que parce que, pour lui, celle-ci trouve sa finalité naturelle dans le savoir des sciences du monde historique et social. Mais le vocabulaire qu’il emploie tout au long de son texte de 1894 ne laisse guère de doute sur la profondeur de son ralliement à un modèle intérioriste-introspectiviste de la vie psychique très proche de Bergson, même là où il paraît admettre une certaine continuité entre les sciences du vivant et les sciences humaines.

  • 13 Ibid., p. 179.

La botanique déjà, et plus encore la zoologie, partent d’un ensemble fonctionnel que l’on ne peut déterminer que par une interprétation des données physiques analogue à celle des données psychologiques. Or, pour la psychologie, cet ensemble fonctionnel est donné de l’intérieur par l’expérience de la vie. Toute connaissance psychologie particulière n’est qu’une décomposition de cet ensemble. On trouve donc ici, sous forme de donnée immédiate et objective, une structure solide ; aussi, la description repose-t-elle dans ce domaine sur une base incontestable, universellement valable13.

17Le raisonnement se développe ainsi en orchestrant un certain nombre d’oppositions censées mettre en valeur une psychologie capable de se présenter comme un fondement certain du savoir des sciences humaines, par contraste avec une psychologie objectiviste, fascinée par le modèle de la physique, mais qui se révèle pour cela même à la fois pauvre et inféconde. Dilthey explique ainsi que la véritable psychologie, qui se trouve aussi être celle dont toutes les sciences humaines ont besoin, saisit la vie psychique individuelle comme un ensemble concret, vivant, unique, inscrit dans une « durée » auquel nous accédons par une attention sincère à nous-mêmes.

18Est-ce dire que la vocation des sciences du monde historique et social s’épuise dans la connaissance des individus singuliers, par exemple les grands politiques ou les grands créateurs ? La fin du texte de 1894 sur la psychologie reste ambiguë sur ce point : l’individu est à la fois ce qu’il faut connaître pour lui-même dans la mesure où il n’existe rien de plus intéressant au monde que l’individualité en tant que telle, dans sa puissance de développement autonome, mais, toujours aussi, un « point de croisement » qui révèle l’existence de ces forces transcendantes qui font véritablement l’histoire et constituent le social dans son objectivité. Dilthey revient ainsi partiellement à son thème de départ, mais celui-ci apparaît désormais lesté d’un poids psychologique qu’il n’avait pas encore dans le texte inaugural de 1875.

La position de L’Édification du monde historique : une psychologie tacitement renouvelée

19L’ouvrage est précédé chronologiquement par un texte important, « La naissance de l’herméneutique » (1900) qui marque une moment supplémentaire dans l’oscillation entre psychologie et objectivité historique. Avec l’herméneutique classique, Dilthey croit avoir trouvé dans la modèle de l’expression langagière pourvue de sens un nouveau point d’ancrage pour une théorie de l’objectivité sociale-historique. L’idée est de généraliser ce que nous apprend la technique de l’interprétation des énoncés non immédiatement transparents (Dilthey nuançant ici l’espèce de confiance dans l’immédiateté du rapport au monde social-historique au sujet pensant qui semblait caractériser sa position auparavant). Le thème général est que l’objectivité conçue à la manière de l’énoncé est bien un produit, son autonomie n’est pas absolue, comme si elle devait s’opposer de façon irrémédiable à la vitalité du sujet qui, de son côté, pourrait se définir essentiellement à partir de l’intériorité. De cette façon, l’expression objectivée est bien posée dans son existence propre, dans son opacité, contrepartie de sa consistance comme objet indépendant dans le monde. Ainsi se trouve dépassée l’antinomie de l’intérieur et de l’extérieur, du psychique et du social.

  • 14 Ainsi que tentera de le faire Ricœur par exemple. Voir Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1992.

20Cependant, dans L’Édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Dilthey se contente-t-il de tirer les conclusions qu’impose l’objectivisme de l’expression dont il a investi la signification théorique en découvrant la portée de la tradition herméneutique ? En d’autres termes, se borne-t-il, au fond, à assimiler l’action en général à une sorte de texte ou du moins à rapprocher ces deux éléments14 ? Il le semble d’abord. C’est ainsi que, à un moment décisif de son exposé, le philosophe tient à se détacher ostensiblement du psychologisme que l’on pouvait légitimement imputer à sa position antérieure : la recherche du sens des faits objectifs du monde social-historique ne saurait s’épuiser, explique-t-il maintenant, dans une quête des motivations psychiques des actes et des attitudes, motivations qu’éclaireraient la psychologie entendue comme une science des phénomènes de la vie intérieure-personnelle.

  • 15 L’Édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Paris, Cerf, 1988, p. 35-36.

Qu’il s’agisse d’États, d’Églises, d’institutions, de mœurs, de livres, d’œuvres d’art, de tels faits contiennent toujours, comme l’homme lui-même, un rapport entre une dimension externe et une dimension soustraite aux sens et par conséquent interne.
Or, il s’agit à nouveau de déterminer cet intériorité. Et c’est ici une erreur habituelle que de désigner le cours de la vie psychique, la psychologie, comme notre savoir de cette dimension interne15.

21Mais en quoi consiste alors cette compréhension, dont Dilthey considère encore qu’elle forme la démarche intellectuelle la plus caractéristique des sciences de l’esprit, de sorte que l’exhibition philosophique de sa puissance propre suffit, d’après lui, à fonder ces disciplines dans leur autonomie et leur originalité propres ? Nous savions déjà, grâce aux enseignements de l’herméneutique, que comprendre ne revient nullement à communier fusionnellement avec une autre âme, mais plutôt à interpréter à son niveau propre une expression, structurée, singulière et, pour cela, non transparente. Mais, au-delà du modèle du texte, qu’est ce qui impose, selon son être, d’être compris au sens de Dilthey ? Et comment qualifier le sujet qui se situe au principe de l’expression interprétable ? La réponse proposée par L’Édification à ces différentes questions est difficile à cerner. En un mot, elle semble consister à affirmer que l’objet propre de la compréhension est l’expression de la vie en général, tout en ajoutant immédiatement que cette compréhension est constitutive de la vie elle-même, bref que le sujet et l’objet se renvoient l’un à l’autre nécessairement d’une façon qu’il n’est guère facile de prendre en compte dans le cadre des théories de la connaissance conventionnelles.

  • 16 Ibid., p. 38. Voir aussi p. 92 : « Vie et expérience vitale sont les sources toujours fécondes et r (...)

C’est par le processus de la compréhension que la vie est éclairée sur elle-même dans ses profondeurs, et, d’autre part, nous ne nous comprenons nous-mêmes et nous ne comprenons d’autres êtres que la mesure où nous transférant le contenu notre vie dans toute forme d’expression d’une vie, qu’elle soit nôtre ou étrangère à nous. Ainsi, l’ensemble de l’expérience vécue, de l’expression et de la compréhension est-il partout la méthode spécifique par laquelle l’humanité existe pour nous en tant qu’objet des sciences de l’esprit16.

22Mais qu’est ce que la vie (ou « la Vie ») ? Dans l’ouvrage synthétique de 1911, le ralliement de Dilthey à une ontologie relevant de la Lebensphilosophie ne fait pas de doute : à la manière de Nietzsche, de Simmel, du Bergson de L’Évolution créatrice, notre auteur affirme que l’essentiel consiste, contre la tendance première de la raison à valoriser le semblable, le stable et le répétitif, à saisir l’étant comme diversité, mobilité et créativité. Toute l’épistémologie du chapitre III de l’ouvrage se développe dans un cadre inspiré par cette ontologie. Le propre de Dilthey au sein de cette configuration théorique consiste surtout à voir dans le monde historique en évolution, siècles, époques et générations, comme l’espace privilégié de cette vitalité fondamentale. C’est ainsi que s’achèverait, comme pour mettre un point sur le i épistémologique, la critique de la philosophie de l’Histoire dogmatique et de toutes les tentatives pour importer le modèle des lois générales dans le monde des sciences humaines. Elles sont vouées à l’échec, peut-on asséner définitivement, parce que l’Histoire est ce dans quoi, par excellence, se manifeste une diversité et une complexité essentielles du réel qu’aucune méthode scientifique ne saurait réduire.

  • 17 S. Mesure par ex. (Dilthey et la fondation des sciences historiques, Paris, PUF, 1992) considère qu (...)

23Cette lecture « métaphysique » de la prégnance de la thématique vitaliste dans L’Édification, retenue chez certains commentateurs17, n’est pas totalement inexacte. L’auteur lui-même la suggère, et elle trouve sans doute son expression la plus claire dans la mise en valeur du thème de l’individualité, retrouvé par Dilthey au terme de son détour psychologique. La vie est force créatrice de formes singulières, de configurations fabricatrices d’histoire, qu’il faut appréhender en elles-mêmes et pour elles-mêmes.

  • 18 Ibid., p. 112.

Dans les sciences de la nature, c’est donc la loi des transformations qui règne et, dans le monde de l’esprit, ce qui domine, c’est l’appréhension de l’individualité, s’élevant de la personne singulière à l’individu « humanité », et la méthode comparative, qui entreprend d’ordonner conceptuellement cette diversité individuelle18.

24Pourtant, un retour sur la seconde section du chapitre III de l’Aufbau montre que la problématique de la vie est introduite (§ 1 et 2) d’une façon plus empirique, au moins plus contrôlée analytiquement, en sorte que l’accès au vitalisme métaphysique ne devient possible qu’au terme de certaines médiations.

25Il apparaît d’abord que les phrases qui introduisent avec une grande fermeté la thématique vitaliste dans notre texte n’entendent pas couper l’idée de « Vie en général », au sens d’un principe métaphysique qui doit être pensé faute d’être absolument connu, de la problématique de la vie vécue, de l’Erlebnis, qui, pour Dilthey, forme le cadre de ce que l’on peut appeler l’égologie spontanée, c’est-à-dire de la façon la plus courante avec laquelle je parle de moi et de ce qui m’arrive.

  • 19 Ibid., p. 86.

Le développement [des sciences de l’esprit] est dépendant aussi bien de la profondeur accrue des expériences vécues que de leur tendance de plus en plus marquée à épuiser le contenu de celles-ci, et il est conditionné en même temps par l’élargissement de la compréhension à toute l’objectivation de l’esprit et par l’effort pour dégager des diverses expressions de la vie, toujours plus complètement et méthodiquement, l’élément spirituel19.

26En d’autres termes, lorsque la vie personnelle et vécue s’enrichit en diversifiant le registre de ses expériences, elle s’oriente spontanément vers la connaissance de soi, et cela d’une façon telle que le singulier et l’universel (l’historique) communiquent ; cette richesse mienne, je reconnais alors qu’elle a quelque rapport avec une richesse objective et, plus précisément, que ma vitalité ressemble à la vitalité universelle de la Culture dans laquelle, en réalité, elle s’ancre. À ce moment, on pourrait conclure plus précisément que la problématique de la vie entend pour une large part réassumer dans un langage non-psychologisant une évolution propre à la conception du psychique que se fait Dilthey. C’est ce qui la rend en principe non-dogmatique et même intéressante. Citons un passage assez énigmatique, mais significatif de cette mutation prometteuse.

  • 20 Ibid., p. 86-87.

Dans le substrat permanent d’où surgissent les différentes opérations, il n’y a rien qui ne contienne une relation vitale du Moi. Comme tout ici se situe par rapport à lui, l’état du Moi se transforme sans cesse d’après la façon dont les choses et les hommes se rapportent à lui.
Il n’y a nul homme et nulle chose qui soient un pur objet et qui me pèsent ou n’exercent sur moi une action heureuse, qui ne constituent le but d’un désir ou ne contraignent ma volonté, qui n’acquièrent de l’importance, qui ne m’invitent à les prendre en considération et qui ne me soient intimement proches ne m’opposent résistance, distance et étrangeté. La relation vitale, qu’elle soit limitée à un moment donné ou qu’elle dure, fait pour moi de ces hommes et de ces objets le support d’un bonheur, d’un élargissement de mon existence, d’un accroissement de la puissance, à moins au contraire qu’ils ne viennent limiter dans cette relation le libre jeu de mon existence, exercer une pression sur moi, amoindrir ma puissance.[...]
Quand l’historien dépeint des situations et des personnages historiques, il éveillera d’autant plus l’impression de la vie véritable qu’il fera mieux apercevoir ces relations vitales. Il doit extraire les qualités les hommes et des choses telles qu’elles surgissent et agissent dans ces mêmes relations20.

  • 21 Ibid., p. 95.
  • 22 Ibid., p. 100.

27Voilà qui mérite d’être éclairé. Manifestement, Dilthey a renoncé à indexer la connaissance du sujet individuel –qu’il maintient dans une sorte de primauté méthodologique sous le nom de Ich– sur le modèle de l’introspection dirigée vers l’intériorité. Le sujet se trouve maintenant décrit comme tout à la fois relationnel, mondain et, en cela même, vivant (caractéristique la plus englobante). Il apparait plongé dans un système de rapports avec les choses et avec les gens, rapports qui influencent sa puissance vitale, positivement ou négativement. Ainsi, l’affect, par exemple, n’est-il plus ici seulement quelque chose que l’on ressent en soi-même privativement, mais –tout comme chez Spinoza, dont le vocabulaire se fait d’ailleurs prégnant ici– un facteur conditionnant la manière dont on agit dans le monde en se réalisant soi-même. La vie se dévoile certes en tant qu’expérience vécue en première personne, mais celle-ci a désormais pour signification d’évaluer et d’investir des objets situés dans le monde et aussi de manifester cette puissance d’évaluation et d’investissement par des actes et des attitudes. Elle désigne plus précisément le principe de cette mobilité polymorphe d’un sujet clairement lié et impliqué, c’est-à-dire à la fois situé dans le monde et s’y exprimant pratiquement. Tel est l’objet primordial de la compréhension : non pas la motivation cachée dans la vie intérieure, autrefois supposée être à la source des phénomènes objectivés, mais le dynamisme vital global par lequel un sujet individuel habite tel environnement objectal, par exemple telle Lebenswelt historiquement déterminée, et y fait aussi des choses qui laissent des traces –un sujet qui sait d’ailleurs très bien lui-même ce qu’est la compréhension prise en ce sens et la pratique dans sa vie ordinaire. C’est là le travail de l’historien : donner à voir une forme sociale-culturelle, à titre d’horizon évident d’une certaine allure de la vie individuelle qui s’engage dans le monde tout en subissant son poids. La « métaphysique » dans L’Édification commence sans doute lorsque Dilthey pose l’existence d’une continuité entre cette vie-là, individuelle par nature, et la vie universelle, celle qui s’exprime dans la richesse des mondes historiques et culturels qui ont « fait époque » et, ce faisant, constitué l’Histoire. « Au savoir du cours de la vie [en général] appartient, écrit-il, le même caractère de réalité qu’à celui de l’expérience vécue »21, c’est-à-dire la mobilité créatrice. Ce qui l’autorise, à ses yeux, à en conclure, que « à côté de l’expérience vécue [ou de la vie psychique], l’intuition de l’objectivité de la vie, de son aliénation dans des ensembles structurels variés devient le fondement des sciences de l’esprit »22.

  • 23 Cette conclusion peut être renforcée par l’idée selon laquelle les choix théoriques de l’Aufbau rep (...)
  • 24 Une image du psychisme humain qui, bien entendu, a beaucoup plus de facilité à intégrer le phénomèn (...)
  • 25 Sartre, « Une idée fondamentale de la phénoménologie : l’intentionnalité » in Situations, I, Paris, (...)
  • 26 Certains fragments inédits semblent attester que Dilthey, après la publication de L’Édification, a (...)

28En d’autres termes, d’après Dilthey, l’on bute non seulement sur le fait que l’esprit objectif, principe supposé de la vitalité dans le monde sociohistorique, participe à la vie individuelle et peut être compris pour cette raison, mais aussi qu’il peut et doit se penser au moins partiellement sur le modèle de l’esprit subjectif : comme une force qui rattache réellement, existentiellement, le sujet à l’objet, la force créatrice sous-jacente et les formes cristallisées. Le terme de la carrière philosophique du philosophe de Berlin ne consiste donc pas dans un antipsychologisme, d’inspiration à la fois néohégélienne (l’esprit objectif comme unité des manifestations historiques) et vitaliste (la vie comme principe de ces mêmes manifestations), dont les tenants et les aboutissants seraient restés largement spéculatifs23. Au contraire, la position ultime de Dilthey trouve sa présupposition la plus marquante dans une nouvelle image du psychisme individuel, dans une nouvelle psychologie –le Moi (Das Ich) comme relation vitale avec des objets mondains qui entrent en synergie avec sa puissance d’agir ou bien la contredisent24– qui, certes, n’est pas approfondie pour elle-même en tant que psychologie alternative à celle que commande le modèle de l’intériorité, mais rend effectivement possible la transition vers l’objectivité historique. On se rapproche du thème phénoménologique de l’intentionnalité tel qu’il sera orchestré énergiquement chez Sartre ou chez Levinas25. Le fait que cette transition demeure partiellement obscure dans le texte de L’Édification –puisque, encore une fois, on ne saisit pas distinctement, en lisant Dilthey, comment l’idée de relation objectale-vitale pourrait s’appliquer telle quelle à l’esprit objectif26– ne modifie pas cette donnée cruciale, qui représente assurément une avancée théorique d’importance qui peut encore parler à notre époque.

Haut de page

Notes

1 Dans leur majorité, les interprètes ont souvent tendu à présenter l’évolution de Dilthey comme plutôt linéaire, soit dans le sens d’une Lebensphilosophie préheideggérienne (voir par ex. O. Bollnow, Dilthey. Eine Einführung in seine Philosophie, Leipzig/Berlin, Teubner, 1936) soit dans le sens d’un objectivisme quasiment sociologique (ainsi R. Aron, La Philosophie critique de l’histoire [1938], Paris, Fayard, 1987), la brillante interprétation critique de Gadamer (Vérité et méthode [1960], Paris, Seuil, 1996, p. 238-262, combinant en quelque sorte les deux approches Dans tous les cas, la question de la psychologie est évacuée.

2 Chez Weber, la psychologie peut assurément continuer à jouer un rôle dans les sciences sociales, mais pour un nombre assez restreint de problèmes. Voir W. Feuerhahn, « Sociologie, économie et psychophysique », Revue française de sociologie, n° 46-4, 2005, p. 783-797.

3 La traduction littérale de ce terme caractéristique, « sciences de l’esprit », s’impose tant en raison du contenu sémantique assez précis que lui associe Dilthey (qui vise en priorité certaines disciplines traditionnelles parmi celles qui portent sur le monde humain en général) que de ses connotations philosophiques, de type idéaliste-spiritualiste qui conservent un sens pour le penseur allemand. Il n’en reste pas moins que le problème que pose Dilthey est bien, en langage contemporain, celui des sciences humaines. Il n’y a pas de contresens à considérer que ce terme correspond globalement à ce que veut dire Dilthey en parlant des Geisteswissenschaften, à moins de penser –ce qui serait fort problématique– que des paradigmes incommensurables se sont succédés ou ont coexisté historiquement dans le cadre de l’interrogation sur la nature et les fondements de ce type de savoir. L’Aufbau (ch. 1, § 4) définira d’ailleurs explicitement les Geisteswissenschaften comme des savoirs portant sur les différents aspects de la vie de l’humanité.

4 In Dilthey, Critique de la raison historique, Paris, Cerf, 1992, p. 77.

5 Ibid., p. 129.

6 Ibid., p. 227.

7 In Le Monde de l’esprit, Paris, Aubier, 1949, t. 1, p. 150.

8 Dans son ouvrage classique, Dilthey, Philosopher of the Human Studies, Princeton University Press, 1975, R. Makkreel a établi de façon convaincante que toutes les grandes évolutions de la pensée de Dilthey à propos du « fondement des sciences humaines » avaient été accompagnées, voire précédées, par des transformations de son esthétique. Ainsi, le Dilthey « psychologiste » était-il porté à identifier l’œuvre d’art à l’expression transparente d’une âme individuelle, tandis que le Dilthey « herméneute » et « hégélien » insistait-il plus nettement sur le contenu sémantique intrinsèque des œuvres.

9 Op. cit., p. 153.

10 Ibid., p. 157.

11 Ibid., p. 154.

12 Ibid., p. 255.

13 Ibid., p. 179.

14 Ainsi que tentera de le faire Ricœur par exemple. Voir Du texte à l’action, Paris, Seuil, 1992.

15 L’Édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, Paris, Cerf, 1988, p. 35-36.

16 Ibid., p. 38. Voir aussi p. 92 : « Vie et expérience vitale sont les sources toujours fécondes et renouvelées de la compréhension du monde socio-historique ; la compréhension pénètre, à partir de la vie, dans des profondeurs toujours nouvelles ».

17 S. Mesure par ex. (Dilthey et la fondation des sciences historiques, Paris, PUF, 1992) considère que l’apport essentiel du « dernier » Dilthey est d’être parvenu à une sorte de compromis entre holisme et individualisme. Avec une telle présupposition, la philosophie de la vie relève de la pure spéculation et serait en tout cas sans rapports profonds avec la théorie des sciences humaines et ses enjeux.

18 Ibid., p. 112.

19 Ibid., p. 86.

20 Ibid., p. 86-87.

21 Ibid., p. 95.

22 Ibid., p. 100.

23 Cette conclusion peut être renforcée par l’idée selon laquelle les choix théoriques de l’Aufbau reposent sur une tension mal surmontée : que peut être au fond la valeur d’un spiritualisme assumé, tel que celui de Dilthey, qui investit pour se développer un concept d’origine nettement biologique (« la vie ») ? La question se pose parce que ce dernier apparait certes utilisable dans des contextes extrabiologiques mais, pratiquement, sauf à prendre le parti de la pure métaphoricité, il ne semble conserver d’intérêt et de sens que si cette origine reste encore sensible, même légèrement, dans l’usage que l’on en fait.

24 Une image du psychisme humain qui, bien entendu, a beaucoup plus de facilité à intégrer le phénomène de la sympathie et de l’empathie (en tant, peut-on penser, que disposition générale à entrer en synergie avec autrui) que les versions précédentes de la psychologie diltheyenne, toutes dépendantes de l’image du sujet comme intériorité personnelle.

25 Sartre, « Une idée fondamentale de la phénoménologie : l’intentionnalité » in Situations, I, Paris, Gallimard, 1947 ; Levinas, « Intentionnalité et sensation » in En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger, Paris, Vrin, 1949. L’Édification et les fragments qui lui sont rattchés semblent porter peu de traces de l’enthousiasme éprouvé par Dilthey à la lecture des Recherches logiques. Certes, le thème antipsychologiste de Husserl selon lequel il existe réellement des ensembles structurels signifiants (et pas seulement des données que la pensée unifierait, par le jeu des associations, au sein de synthèses artificielles) est considéré comme acquis, mais il se voit « traduit » dans une langue plus hégélienne que phénoménologique. L’avancée vers une psychologie commandée par la problématique de l’intentionnalité constitue en tout cas une rencontre significative. Cette avancée, Heidegger la masquera en voulant en quelque sorte passer directement, donc en restant dans l’élément de l’ontologie, de la Vie au Dasein, sans médiation psychologique.

26 Certains fragments inédits semblent attester que Dilthey, après la publication de L’Édification, a bien perçu le problème. Voir par ex. les tentatives d’opérer un passage entre les catégories générales de la vie et celles de l’esprit objectif, via l’autobiographie et le récit. In Der Aufbau der geschichtlichen Welt in den Geisteswissenschaften, Francfort, Suhrkamp, 1981, p. 282-307.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Haber, « Psychologie et sciences du monde social-historique  », Philosophique, 12 | 2009, 125-142.

Référence électronique

Stéphane Haber, « Psychologie et sciences du monde social-historique  », Philosophique [En ligne], 12 | 2009, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://philosophique.revues.org/149 ; DOI : 10.4000/philosophique.149

Haut de page

Auteur

Stéphane Haber

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page