Navigation – Plan du site

La vie de monsieur Gottfried Wilhelm Von Leibniz

Christian Wolff
p. 5-38

Résumé

Jean-Marc Rohrbasser propose une version française de la biographie post mortem de Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716) rédigée par le philosophe allemand Christian Wolff (1679-1754), et originellement publiée dans les Actes des Savants (Acta Eruditorum) de juillet 1717. Cette version française a été établie à partir de la traduction allemande que l'on trouve dans le volume 21 des Oeuvres complètes de Wolff

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Nous remercions Christine Théré de sa relecture attentive qui a beaucoup amélioré la présente traduction

Texte intégral

1Leibniz n’avait joué pratiquement aucun rôle dans la formation intellectuelle de Wolff. C’est par l’intercession de Otto Mencke, l’éditeur des Acta eruditorum de Leipzig, que Wolff entra en contact direct avec le philosophe de Hanovre, en 1704. Quoiqu’ayant écrit à Iéna sa dissertation d’habilitation, Wolff la soutint à l’université de Leipzig. Mencke y était professeur de philosophie morale et fut le principal lecteur de De philosophia practica universalis mathematica methodo conscripta. Mencke fut très favorablement impressionné et demanda à Wolff de contribuer aux Acta. Il envoya en outre sa dissertation à Leibniz et lui conseilla d’adresser au même Leibniz un traité sur l’algèbre. Leibniz fut également impressionné et répondit favorablement à Wolff. Ainsi débuta un échange épistolaire riche de 127 lettres. C’est Leibniz qui intercéda, en 1706, pour que Wolff soit nommé professeur à l’Université de Halle fondée douze ans auparavant.

  • 1 On trouve cette traduction allemande dans les Œuvres complètes de Christian Wolff, première section (...)

2Wolff rédigea l’Éloge post mortem de Leibniz, en latin, pour les Acta eruditorum (“Elogium Godofredi Guilelmi Leibnitii”, Acta eruditorum de juillet 1717, pp. 322-336). Nous présentons ici une version française de la traduction allemande de cette pièce1, due à Gottlieb Friedrich Hagen et intitulée Lebenslauf Herrn Gottfried Wilhelm von Leibnizens.

  • 2 Yvon Belaval, “L’héritage leibnizien au siècle des Lumières”, in Leibniz, aspects de l’homme et de (...)

3Fontenelle prononça, le 13 novembre 1717, un Éloge de Monsieur Leibnitz, à l’Académie des Sciences de Paris. Cet écrit, comme le signale Y. Belaval2, joua un rôle important dans la diffusion des idées de l’auteur de la Théodicée. Il y a de nombreux points communs entre cet Éloge et le texte traduit ici, en raison de leur source commune, Johann Georg von Eckhardt dont il sera question dans le texte.

4Les notes du traducteur allemand sont appelées par une lettre entre parenthèses, nos propres notes par un chiffre.
(Le traducteur Jean-Marc ROHRBASSER) [p. 449]

La naissance de Leibniz

5Le monde savant a l’année passée perdu son plus bel ornement, je veux parler du célèbre Monsieur Gottfried Wilhelm von Leibniz, homme très versé dans toutes les sciences, perte qui n’est pas peu dommageable. Il était né en l’année mille six cent quarante-six à Leipzig le 23 du mois de juin, suivant l’ancien calendrier, [p. 450] mais le 4 juillet selon le nouveau.

Ses parents et sa famille

  • 3 Actuarius. Fontenelle : “Frédéric Léibnitz, Professeur de Morale, et Greffier de l’Université de Lé (...)
  • 4 Wilhelm Schmuck ( ?-1634), professeur de droit à Leipzig.
  • a Ceci ayant été imprimé à Leipzig et arrangé en conséquence, il y a, dans le document, “notre Univer (...)

6Son père était Monsieur Friederich Leibniz, professeur de morale et secrétaire3 à l’université, et sa mère était Madame Catharina, fille de Monsieur Wilhelm Schmuck4, docteur en droit et en droit canon, et professeur à l’université de cet endroita. Parmi ses ancêtres, Monsieur Paul von Leibniz est célèbre ; c’était le frère utérin de Christoph Leibniz, l’un des arrière-arrière grands-pères (atavus) de notre Leibniz. L’empereur Rodolphe avait anobli Paul von Leibniz (la lettre de noblesse en témoigne) pour ses exploits guerriers et lui avait donné un sceau particulier dont usa constamment notre Leibniz. La sœur utérine de ce dernier, Anna Catharina, épousa Monsieur Simeon Löffler, licencié en théologie et archidiacre (Archidiaconus) de St. Thomas de Leipzig ; de ce mariage naquit uniquement Friederich Simeon Löffler, à présent pasteur dans le voisinage. [p. 451]

  • 5 Heinrich Freysleben, 1628-1666.

7En premières noces, le père de Leibniz engendra Monsieur Johann Friederich, auxiliaire de troisième classe à l’école Saint Thomas de Leipzig, et Rosina, épouse de M. Heinrich Freissleben5, docteur en théologie et surintendant à Orlamünde ; tous deux, ainsi que sa sœur utérine, ont quitté ce monde il y a déjà nombre d’années.

  • 6 Johann Hornschuh (1600-1663), philosophe et philologue.
  • 7 Tilemann Bachusius (dates inconnues).
  • 8 Tite-Live (59 AJC-17), historien.
  • 9 Publius Virgilius Maro, dit Virgile (70-19 AJC), auteur de L’Enéide.
  • 10 Fontenelle : “Il avoit une fois composé en un jour un Ouvrage de trois cents Vers latins sans se pe (...)

8Comme Leibniz devint orphelin de père en sa sixième année, savoir en 1652, le 5 du mois de septembre, Madame sa mère, personne très sage et craignant Dieu, se chargea de son éducation avec le plus grand zèle. Elle l’envoya à l’école Saint Nicolas de Leipzig où, par Messieurs Johann Hornschuh6 et Tielemann Bachus7 principalement, il fut fidèlement instruit dans les langues latine et grecque. Il avait à peine acquis les premiers rudiments en ces deux langues, qu’il commença à lire Livius8 et tous les bons ouvrages de l’antiquité latine, et ce contre la volonté de ses maîtres. Parmi les ouvrages dont nous sommes redevables aux poètes, il lut celui de Virgile9 avec tant d’application et d’attention que, l’âge venu, il pouvait en réciter presque tous les vers dans l’ordre. Il avait tellement approfondi cette lecture [p. 452] qu’il fut à même de composer en un jour un poème héroïque de trois cents vers sans, à la manière du poète, en exclure une seule syllabe10.

À l’université

  • 11 René Descartes (1596-1650), mathématicien et philosophe.
  • 12 Weltweisheit.
  • 13 Jacob Thomasius (1622-1684), professeur de droit à Leipzig.
  • 14 neueren Weltweisen.
  • 15 De ce Johann Kühn, G. E. Guhrauer (Gottfried Wilhelm Freiherr von Leibniz. Eine Biographie, Breslau (...)
  • b Ici, il y a à nouveau notre, dans le premier document.

9Dans sa 15e année, voyant que, quoiqu’il entendît alors parfaitement le latin, il ne pouvait comprendre ni les ouvrages des anciens scolastiques et géomètres ni ceux de Descartes11, qu’il avait pris dans la bibliothèque de son père, il commença à étudier ce que l’on enseigne communément dans les universités ; il s’exerça d’abord, autant qu’il le put, à la philosophie12 et à la mathématique. Il s’attacha principalement à Monsieur Jacob Thomas13 qui pratiquait ensemble la philosophie scolastique alors commune et les belles sciences. De lui il dit plus tard, lorsqu’il fut parvenu à la maturité, qu’il n’aurait pas eu son pareil s’il avait eu le bonheur de faire les découvertes philosophiques et mathématiques que Dieu a réservées aux plus récents philosophes14. Dans la mathématique, il entendit Monsieur Johann Kühn15, professeur de mathématiques à l’Université [p. 453] de Leipzigb. Alors que d’autres ne pouvaient entendre ses propos, Monsieur Leibniz, au contraire, les comprit entièrement et exactement. Comme il devait éclairer ses condisciples, il s’entretenait souvent en leur présence avec le maître et recherchait le vrai sens de ses dires.

  • 16 Ehrard Weigel (1625-1699), mathématicien.
  • 17 Johann Andreas Bose (1626-1674), philosophe et historien.
  • 18 Il s’agit sans doute de Johann Christophore Falkner, Conseiller à la Cour supérieure de justice et (...)
  • c Les mots primam lauream impetrare signifiaient alors Baculaureus [sic], soit l’un de ceux qui peuve (...)

10Peu après, il se rendit à l’Université d’Iéna pour y entendre les leçons de mathématiques de Ehrard Weigel16 qui y était professeur. Il suivit l’enseignement du célèbre et savant historien Johann Andreas Bose17. Il ne manqua également pas de se rendre aux conférences sur le droit données par Falkner18, alors que, en 1662, il avait passé le premier degré en philosophiec.

  • d Ceci ne peut se traduire.
  • 19 Johann Strauch (1614-1679).

11En 1663, il revint dans sa patrie et disputa publiquement de principio individuationis)d sous l’autorité de Monsieur Thomas. Cette même année, [p. 454] il alla à Brunschwig pour parler au célèbre savant en droit et greffier de la ville, Johann Strauch19, qui avait épousé la sœur de sa mère, et pour vider quelques chicanes qui s’étaient élevées au sujet de son héritage.

  • 20 Magister et Assessor, en latin dans le texte.

Sa dignité de Maître et d’Assesseur20.

  • 21 Platon (428-347 AJC), philosophe.
  • 22 Aristote (384-322 AJC), philosophe.
  • e Pour être compris, on ne peut rendre autrement en allemand [um die Assessur in der philosophischen (...)
  • 23 L’édition originale du De arte combinatoria date de 1666.

12Il revint à Leipzig en 1664 et y devint Maître es Arts. Ensuite, lorsqu’il eut appliqué la philosophie à l’explication du droit, il présida à la défense d’un savant ouvrage de controverse contenant quelques questions philosophiques empruntées au droit. Il lut avec beaucoup d’application les écrits des philosophes grecs : et comme il songeait à combiner les philosophies de Platon21 et d’Aristote22, il y passait souvent des jours entiers dans un petit bois situé près de Leipzig. Il soutint là-dessus une dispute à propos des tempéraments, afin d’obtenir le grade d’Assesseur à la Faculté de philosophiee. Ce fut le début [p. 455] de l’écrit sur l’art des combinaisons (de arte combinatoria) ; lorsque, sans son consentement, l’ouvrage fut imprimé à nouveau en 169023, il ne fut pas satisfait de cette édition parce que, ayant acquis l’expérience de l’âge, il y remarquait certes beaucoup de belles choses, mais aussi beaucoup d’imperfections.

Ses maîtres en jurisprudence

  • 24 Bartholomäus Leonhard Schwendendörffer (1631-1705).
  • 25 Quirin Schacher (1597-1670).
  • 26 Leibniz était donc docteur en droit canonique et en droit allemand.

13Sa principale étude était celle de la jurisprudence, qu’il mena sous l’autorité de Bartholomä Leonhard Schwendendörffer24 et de Quirin Schacher25. Sous le premier, il soutint en 1665 deux controverses juridiques de conditionibus et fut promu Baccalaureus Iuris utriusque26. A ses heures perdues, il lisait les ouvrages des savants les plus réputés et rassembla la matière de son ouvrage de scriptoribus Lipsianisantibus seu Laconicum Lipsii scribendi genus imitantibus, que cependant, préoccupé d’autres affaires, il n’acheva pas même à moitié.

Promotion de Docteur

14En 1666, il brigua le titre de Docteur en droit, mais ne put l’obtenir pour certaines raisons et parce qu’on le tenait pour trop jeune. Il quitta alors sa patrie et se rendit à l’Université d’Altdorf où, sous les louanges extraordinaires et unanimes, [p. 456] il fut fait Docteur en droit, après avoir disputé publiquement des cas embrouillés en droit (de casibus perplexis in jure). On lui demanda également d’enseigner le droit comme professeur extraordinaire, offre qu’il déclina.

Premiers écrits

  • 27 Proben aus der Rechtsgelehrsamkeit.

15Les disputes juridiques qu’il avait menées furent publiées ensemble sous le titre : Essais sur la jurisprudence27. 1) Un essai sur les affaires difficiles en droit, ou Traité des cas embrouillés. 2) Un essai pour introduire à la science du droit, ou Questions philosophiques plaisantes tirées du droit. 3) Un essai sur la certitude ou les preuves en droit selon la doctrine des conditions par Gottfried Wilhelm Leibniz.

Séjour à Nuremberg et rencontre avec les alchimistes28

  • 28 Goldmacher.
  • 29 Geistliche.
  • 30 Der Stein der Weisen : la Pierre philosophale.
  • 31 En 1667, ladite “Société” était présidée, à Nuremberg, par Daniel Wülfers.

16À Nuremberg, il fréquenta les savants de ce temps afin de s’entretenir avec eux de leur savoir. Il y avait alors en cette ville une certaine société qui, sous la conduite d’un certain savant29, et pour trouver la Pierre des sages30, s’occupait des secrets de la chimie. Afin de pénétrer ces mystères, notre Leibniz collationna les expressions les plus obscures qu’il trouvait dans les plus célèbres ouvrages chimiques [p. 457] et écrivit une lettre, inintelligible pour lui-même, au Supérieur de cette société31. Ce dernier, estimant que la lettre montrait que Leibniz cherchait à devenir membre de cette société secrète, le conduisit dans le Laboratorium et voulut, contre rémunération, l’engager comme secrétaire privé (Secretarius) afin qu’il tienne registre de toutes les activités [de la société] et fasse des extraits des plus célèbres ouvrages chimiques à l’usage de celle-ci.

Il fait la connaissance de Monsieur de Boineburg32

  • 32 Johann Christian, Baron de Boinebourg (1622-1672) fut Grand Maréchal, puis Premier Ministre auprès (...)

17Il advint cependant que Johann Christian baron de Boineburg, le plus considérable des ministres d’Etat de l’Electeur de Mayence, vint à Nuremberg, et que Leibniz soupa avec lui. Dans les propos savants du philosophe, cet homme d’état démêla les dons extraordinaires dont son entendement était pourvu, ses solides connaissances en droit et sa grande puissance de jugement ; il lui conseilla d’approfondir le droit et l’histoire, et lui promit de faire en sorte qu’il fût appelé [p. 458] à la Cour de son Excellence le Prince électeur Johann Philipp von Schönborn. Suivant ces conseils, Monsieur de Leibniz quitta Nuremberg et se rendit à Francfort-sur-le-Main où il entreprit de vivre par ses propres moyens.

Écrit sur l’élection de Pologne

  • 33 Johann Heinrich Böcler (1611-1672).

18Lorsque, en 1668, le roi de Pologne, Jean-Casimir, céda le trône, et que l’excellent Boineburg, sur l’ordre du comte palatin Philippe Guillaume qui briguait la couronne, se rendit en Pologne, Leibniz, sous le pseudonyme de Georg Ulicov Litthauer, fit imprimer un écrit à Francfort-sur-le-Main, qui fut réimprimé en 1669 à Vilna. Le titre en était : Un essai de démonstration politique à propos de l’élection d’un roi en Pologne, dans lequel, par une nouvelle méthode, tout est porté à une claire certitude. Dans cet écrit, il s’efforçait de démontrer que la Pologne ne pouvait avoir un meilleur roi que Philippe Guillaume. Lorsque Monsieur Böcler33, homme célèbre et très expérimenté en ces matières, eut entre les mains ce savant écrit, il constata qu’il n’avait pas son pareil. Il plut également au comte qui voulut [p. 459] et fit en sorte qu’il fût promis à son auteur un poste très considérable s’il venait à sa Cour. Mais notre Leibniz suivit le conseil de Monsieur de Boineburg et ne souscrivit pas à cette requête, pensant que l’on y devait préférer une place de conseiller à la Cour de Mayence. Le Prince électeur avait en effet immédiatement appris à reconnaître les dons extraordinaires de Leibniz.

Deux nouveaux écrits

  • 34 Johann Albrecht Portner (pseudonyme : Anton Periander Rhötus, 1628-1687).

19Lorsque Leibniz aperçut qu’il était en grâce auprès du Prince électeur, il lui vint à l’esprit de lui dédier l’écrit sur la nouvelle manière d’apprendre et d’enseigner le droit qu’il avait fait imprimer en 1668 à Francfort, après qu’il l’eut corrigé en voyage, et sans le secours de beaucoup d’ouvrages. Il avait ajouté à la fin une liste des choses qui manquaient encore dans la jurisprudence, en promettant un nouveau Corpus iuris. Comme il voyait que ceci plairait beaucoup au Prince électeur, il donna, la même année, un autre opuscule, avec le nom de l’auteur et le lieu d’impression, Mayence, sous le titre L’art et la manière de composer un nouvel ouvrage de droit (Corporis Iuris reconcinnandi ratio). [p. 460] Au sujet de ce travail, il échangea plusieurs lettres avec le célèbre juriste Johann Albert Portner34 qui s’occupait de la même chose.

Projet de corriger l’Encyclopédie de Alsted35

  • 35 Johann Heinrich Alsted (1588-1638). Son Encyclopaedia avait paru à Herborn en 1610.
  • 36 Magnus Heinrich Hesenthaler (1621-1681), orientaliste, professeur de politique et d’éloquence à Tüb (...)
  • 37 Einsencken.
  • 38 Il s’agit des fondements de la connaissance établis selon la “méthode mathématique” de Christian Wo (...)

20Il avait alors entrepris, avec l’aide du savant Hesenthaler36, de réexaminer l’Encyclopédie de Alsted, de la corriger et de l’augmenter. Quoique de nouvelles affaires empêchèrent qu’il menât à bien son projet, il était toujours de cet avis en son âge mûr. En effet, lorsque, environ trois mois avant sa mort, il s’entretint avec le Professeur Wolf à Halle, il lui dit qu’il aurait vu avec bien du contentement l’un de nos nouveaux savants, après tant de découvertes, compiler une encyclopédie suivant l’exemple de Alsted, dans laquelle on pourrait introduire37 les fondements wolffiens de l’ensemble des mathématiques38.

Quelques autres écrits

  • 39 Mario Nizzoli (1498-1566), latiniste et humaniste, professeur à l’Université de Parme. Le XVIIe siè (...)

21En 1670, il fit réimprimer l’Antibarbarum philosophicum de Marius Nizol39, qui avait d’abord paru à Parme en 1553 sous le titre : Des véritables fondements de la philosophie et de la bonne méthode de philosopher (de veris principiis & vera ratione philosophandi). Il y joignit quelques observations [p. 461] ainsi qu’une préface et une lettre à Jacob Thomas dans laquelle il indiquait que l’on pouvait accorder Aristote avec les nouveaux philosophes. Il dédicaça l’ouvrage à son protecteur, le célèbre Boineburg. Par l’intercession de ce dernier, il fut également connu du savant prince Johann Friederich, duc de Brunschwig et de Luneburg, à qui il dédia par la suite tout ce qu’il fit de nouveau.

Contre les Sociniens

  • 40 Verleiten, “séduire”, “détourner du droit chemin”.
  • 41 Andreas Wissowatius (1608-1678) publia à partir de 1656 la Bibliotheca Fratrum Polonorum, recueil c (...)

22Après qu’il se fut fait catholique romain, Boineburg, souhaitant le convertir40, écrivit une longue lettre à son ami Wissowar41, un Socinien fort érudit, à propos de l’ancienneté de la religion catholique. Mais ce dernier répondit qu’il s’étonnait de ce que quelqu’un qui entendait la philosophie et la logique puisse fonder son opinion sur une faible base historique ; il lui demandait de répondre sur les raisons des Sociniens. Leibniz écrivit, en 1671, une lettre au nom de Boineburg sous le titre : La sainte Trinité défendue par la doctrine de la raison et suivant de nouvelles découvertes, lettre dans laquelle il montrait des défauts de liaison entre les conclusions, que l’on n’avait pas encore jusqu’ici mis au jour. [p. 462]

À propos du mouvement

  • f Le titre latin est, Nova hypothesis physica, quae phaenomenorum naturae plerorumque causae ab unico (...)
  • 42 Christian Knorr von Rosenroth (1636-1689), auteur de la Kabbala denudata (1677-1683).
  • 43 Sir Thomas Browne (1605-1682), médecin.

23La même année, il donna à Mayence quelque chose de nouveau dans la doctrine de la nature, à savoir que les causes des principales choses qui arrivent dans la nature proviennent d’un certain mouvement universel sur notre globe terrestre, ou, pour le dire en bref, des considérations sur le mouvementf. Il envoya ce traité à la Société royale anglaise, et il fut réimprimé à Londres puis traduit en allemand, en 1680, par Monsieur Knorr von Rosenroth sous le nom d’emprunt de Christoph Pegan42 ; on y joignit la Fausse doctrine générale (pseudodoxia epidemica) de Thomas Brown43. Quoique ce petit livre eût été partout favorablement reçu et que l’on y trouvât beaucoup de belles choses, il déplut à son auteur en son âge mûr.

À propos de l’optique

  • g En latin, Notitia opticae promotae.
  • 44 Baruch Spinoza (1632-1677), philosophe.
  • h In posthumis.

24Il fit également imprimer un petit écrit paru sous le titre : Avis sur l’amélioration [p. 463] de l’optiqueg, dans lequel on trouvait quelques nouvelles découvertes sur le polissage du verre. Il l’envoya à Benedikt Spinoz44 qui entendait fort bien l’optique, en y joignant une lettre que l’on trouve, avec la réponse, dans les écrits de Spinoza réunis après sa morth, p. 559 sq.

Voyage en France

  • 45 C’est-à-dire en mathématiques.
  • 46 Christiaan Huygens (1629-1695).
  • 47 Blaise Pascal (1623-1662), mathématicien et philosophe.
  • 48 Grégoire de Saint Vincent (1584-1667), mathématicien belge.
  • 49 Pierre-Daniel Huet, évêque d’Avranches (1630-1721), théologien et érudit.
  • 50 Marcianus Capella (Ve siècle), philosophe latin.
  • i Il est bien connu que beaucoup de sublimes écrits ont toujours été imprimés en France ad usum Delph (...)
  • 51 Antoine Arnauld (le “Grand Arnauld”, 1612-1694), théologien janséniste.
  • 52 Nicolas Malebranche (1638-1715), philosophe.

25Monsieur de Boineburg envoya son fils à Paris pour y avancer ses études et y acquérir une certaine expérience. Et comme il avait en outre, à la Cour de France, d’autres affaires à traiter que son fils ne pouvait prendre en charge, il confia à Monsieur Leibniz la mission d’accompagner le jeune Boineburg à Paris afin que le philosophe y veille sur sa conduite. Ce dernier le fit d’autant plus volontiers que lui était venu depuis longtemps le grand désir de fréquenter tous les hommes célèbres qui vivaient alors à Paris. L’événement lui confirma qu’il [p. 464] ne s’était pas trompé dans son attente. En effet, en arrivant à Paris, Leibniz était encore très ignorant de la haute géométrie45. Il y côtoya principalement le savant Hugen46 dont il lut l’ingénieux écrit sur l’horloge (horologio oscillatorio) ; il lut également avec beaucoup d’attention les lettres de Pascal47 et l’excellent ouvrage de Grégoire de St. Vincent48 sur la quadrature du cercle et les sections coniques. Il lui en naquit sur le champ une telle lumière, à l’admiration de chacun, que, dans cette partie du savoir, on ne tint personne pour plus habile que notre Leibniz. Quoiqu’il s’exerçât alors principalement à la mathématique, il ne négligea pas pour autant les autres études. Il avait en effet l’intention, sur l’instigation réitérée du célèbre Huet49, de faire imprimer Martian Capella50 avec des observations utiles au prince royal de Francei, et il ne se serait [p. 465] pas écarté de ce projet, si, suite à la méchanceté de ceux qui lui portaient envie, ce qu’il avait écrit ne lui avait pas été sournoisement dérobé. Il gagna également la confiance de Monsieur Arnold51 et échangea avec lui une correspondance sur différentes controverses théologiques, celle entre Arnold et Malebranche52, et avec d’autres savants français, parce qu’il avait vu l’imperfection de la machine arithmétique que Pascal avait inventée, mais non portée à un point d’achèvement ; il avait, avec beaucoup d’habileté, entrepris d’en construire une autre. Lorsqu’il en fit parvenir le plan au ministre d’Etat Colbert et à l’Académie royale des Sciences, il y rencontra des deux côtés tant de louanges qu’on l’agréa comme membre de ladite Académie.

Voyage en Angleterre et retour en France

  • 53 Anthony Collins (1676-1729).
  • 54 Henry Oldenburg (1618-1677).

26En 1673, Monsieur de Boinebourg étant mort, et n’ayant plus à s’occuper de ses affaires, Leibniz alla en Angleterre. Entre autres savants, il y visita Collins53 et Oldenburg54, ce dernier étant le Secretarius de la Société royale, et s’en fit de bons amis. Après que la mort du Prince électeur de Mayence eut anéanti ses espérances [p. 466] de s’élever dans cette Cour et qu’il n’en eut plus les revenus annuels, il quitta l’Angleterre pour revenir en France.

Au service de Brunschwig

27Il écrivit alors à Son Excellence le duc de Brunschwig Johann Friederich en lui mandant ces circonstances. Le duc lui répondit en lui proposant la place de Conseiller à sa Cour, lui donnant la permission de demeurer à Paris jusqu’à ce qu’il eût porté la machine à calculer à son point d’achèvement.

Correspondance avec Oldenburg et Neuton55

  • 55 Sir Isaac Newton (1643-1727), mathématicien.
  • 56 John Wallis (1616-1703), mathématicien.
  • 57 Auflösungskunst.

28Son voyage en Angleterre eut pour lui, entre autres, cette utilité qu’il put correspondre avec Monsieur Oldenburg, et, par son entremise, avec Isaac Neuton, déjà alors grand géomètre. On peut voir, dans la troisième partie des œuvres de Wallis56, p. 17 sq., ces lettres qui contenaient tant de choses sur l’analyse57 (Analytica), ou algèbre, et sur la haute géométrie, que l’on ne pouvait qu’à peine trouver la pareille dans l’ensemble des ouvrages de ce temps.

Écrit sur les montres

  • 58 Sakuhren.

29En 1675, il coucha sur le papier l’art et la manière [p. 467] d’améliorer les montres58 et l’introduisit dans la Société parisienne des Sciences.

Voyage de retour en Allemagne et amitiés en Hollande

  • 59 Nikolaus Kauffunger, dit Mercator ( ?-1687).
  • 60 Jean Hudde (1628-1704) et René-François-Walter de Sluse (1623-1685) donnèrent à la tangente à la cy (...)

30En septembre de l’année suivante, ayant en vue de se fixer à Hanovre, il revint en Allemagne en passant par l’Angleterre et la Hollande. En Hollande, il conversa avec Monsieur Hudde, Bourgmestre d’Amsterdam. Chargé de nombreuses affaires et ne pouvant plus vaquer à des études de mathématiques, ce dernier montra à Leibniz un livre manuscrit qui contenait de magnifiques découvertes. On pouvait en tirer ceci que, non seulement la quadrature de Mercator59 et la méthode slusienne60 des tangentes étaient connues de Monsieur Hudde dès 1662, bien avant qu’elles n’eussent été répandues, mais encore qu’il avait lui-même découvert une méthode bien plus excellente et utile que celle de Sluse et qui méritait bien d’être imprimée. Leibniz déplora souvent que ce manuscrit se fût perdu.

Constitution de la bibliothèque de Wolfenbüttel

  • 61 Martin Fogel (1634-1675), médecin et philosophe.

31Il était à peine arrivé à Hanovre qu’il lui fut mandé de constituer une bibliothèque aux frais de son souverain. [p. 468] Il acheta beaucoup d’ouvrages de physique, de médecine et d’histoire, en partie manuscrits, en partie imprimés, que le savant Martin Fogel61 avait rassemblés à grand peine et avec beaucoup de discernement partout en Europe.

Proposition pour améliorer les carrosses

  • 62 Johann Joachim Becher (1635-1682), médecin, alchimiste et caméraliste, auteur de Närrische Weisheit (...)

32Il travaillait aussi à toutes sortes de choses utiles comme la manière de faire de bons carrosses pour bien voyager. Là-dessus, Becher62, furieux contre Leibniz de ne pouvoir à cause de lui toucher la solde annuelle qu’il recevait du duc, saisit l’opportunité de railler cet homme avisé en un petit livre allemand von der närrischen Weisheit, feignant de penser qu’il avait voulu inventer un carrosse qui irait de Hanovre à Amsterdam en 24 heures.

Travaux sur la doctrine de la nature

33Il consacra beaucoup de temps à des expériences physiques et chimiques par amour pour les choses de la nature et sur ordre de son souverain pour ce qui se rapportait aux métaux. En 1677, il fit insérer l’histoire d’un crâne extraordinaire et non encore formé d’un chevreau dans le Journal des Savants de Paris.

  • 63 C’est Hennig Brandt, médecin et alchimiste hambourgeois ( ?-1692), qui découvrit fortuitement le ph (...)
  • 64 Les “Mélanges berlinois”.
  • j On l’y trouve dans la première livraison de 1710, avec une seconde partie qui contient la Physica e (...)

34Il envoya également la description du phosphore que Monsieur Kraft63 avait découvert et préparé [p. 469] à la Cour ducale. Il compléta plus tard cette description qu’il fit insérer dans les Berlinische Sammlungen64 (Miscellanea berolinensia)j.

Écrits politiques

  • 65 1678 pour les deux premiers traités, 1679 pour le troisième.
  • 66 Caesarinus Fürstenerius. Fontenelle : “Quand on commença à traiter de la paix de Nimègue, il y eut (...)
  • 67 En français dans le texte.
  • 68 Einige Schrifften den Character der Chur- und Fürstlichen Gesandten betreffend.

35Mais ces études ne l’éloignaient ni de la politique ni de l’histoire. Ainsi lorsque, à l’époque de la Paix de Nimègue65, la question fut soulevée de savoir si les ambassadeurs des princes de l’Empire pouvaient être envoyés aux négociations, il fit, sous le nom d’emprunt de Cäsarin Fürstener66, paraître un petit ouvrage sur le droit de souveraineté des princes d’Empire (de jure suprematus principum imperii). Il donna également en français la substance de cet écrit sous le titre : Entretien de philarete & d’Eugene, sur la question du temps agitée à Nimwegue, touchant le Droit d’Ambassades des Electeurs & Princes de l’Empire67. C’est aussi le sujet [p. 470] de son ouvrage allemand qui porte le titre suivant : Quelques écrits touchant au caractère des ambassadeurs des Princes et Electeurs68. Tout ceci contribua à sa nomination comme Conseiller à la Cour dès 1677.

Travaux mathématiques

  • 69 In die Parisische Geschichte der Gelehrten. C’est le Journal des Sçavans.

36Qu’il n’ait alors pas entièrement laissé de côté la mathématique, on peut assez le voir à ce qu’il fit insérer en 1678 dans l’Histoire des Savants de Paris69 à propos de la différence des nombres premiers et de la quadrature de la cycloïde.

Autres divers écrits

  • 70 Nicolas Steensen, dit Sténon (1638-1686).
  • 71 Guhrauer (op. cit., I, 360) dit du baron von Reck, qu’il est un “eifriger Edelmann”, soit un “genti (...)
  • 72 Il pourrait s’agir de Arnold Eckhart qui enseigna les mathématiques à Rinteln.

37Avec les catholiques, et principalement avec Niclas Steno70, Monsieur von Rek71 et le Landgrave Ernst de Hesse, il échangea diverses lettres à propos de certaines controverses théologiques. Il écrivit également au savant Surintendant Monsieur Heinrich Echart72, jadis professeur de mathématiques à l’Ecole supérieure de Rinteln, à propos de certaines propositions de Des Cartes. En 1679, le duc Johann Friederich, son souverain, mourut, et il lui consacra un éloge funèbre sous la forme d’un poème héroïque en latin. Ernst August, alors Evêque d’Osnabrück, succéda à Johann Friederich au gouvernement ; il fut aussi bienveillant [p. 471] à l’égard de Leibniz que l’avait été son prédécesseur et il lui ordonna de coucher sur le papier l’histoire de sa Maison.

Contribution aux Actes des Savants

  • 73 Otto Mencke (1644-1707), théologien.

38Alors que, en 1682, on commençait, sous la direction de M. Otto Menke73, à publier à Leipzig les Actes des Savants (Acta eruditorum), Leibniz favorisa grandement ce projet. En effet, en sus de ses propres jugements sur différents ouvrages, il enrichit les Actes susdits de beaucoup de découvertes en mathématiques, particulièrement en géométrie et en analyse (Analytica) et encouragea d’autres savants géomètres de premier plan à en faire autant. Il n’est pas nécessaire que nous rapportions année par année ce qu’il inséra dans ces Actes. En effet, les registres montrent aisément ce qu’il s’y trouve de cet homme admirable.

Découverte du Calculus differentialis

  • 74 L’abbé François de Catelan, en activité de 1675 à 1710, mathématicien, coéditeur de la Recherche de (...)
  • 75 Dans sa Réplique de M. L. à M. l’abbé D. C. (Catelan), Leibniz s’exprime ainsi : “ Or cette variété (...)
  • 76 Jacques Bernoulli (1654-1705), mathématicien.
  • 77 Jean Bernoulli (1667-1748), également mathématicien, frère de Jacques.

39En 1684, il fit insérer dans ces Actes des Savants l’admirable invention du Calculus differentialis. Dès 1677, il en avait adressé une esquisse à Monsieur Neuton, et ces lettres se trouvent dans la troisième partie des œuvres de Wallis, feuillet 648. Mais, comme les géomètres ne virent pas immédiatement l’excellent usage [p. 472] qu’ils pouvaient faire de cette invention, et que Hugen lui-même, ne comprenant pas entièrement la chose, était d’avis que, avec ce calcul, on ne pouvait faire d’autres inventions que d’une manière différente, on n’y prêta pas attention durant quelques années. Il s’y ajouta que Leibniz, en 1686, fit insérer une courte démonstration d’une erreur remarquable que Des Cartes avait commise dans une proposition touchant à la loi de la nature. L’erreur consistait en ceci que Des Cartes affirmait que Dieu conservait éternellement une même quantité de mouvement. Cette même année, dans les Nouvelles de la République des Lettres (Novellis reipublicae litterariae), l’abbé Catelan74 soutint Des Cartes contre Leibniz qui répondit, en 1687, à l’abbé dans la même publication. Mais comme l’abbé fit derechef des objections et qu’il n’y avait pas d’apparence qu’il eût suffisamment approfondi la question, Leibniz entreprit de le persuader que Des Cartes disait beaucoup de choses, mais pas toutes justes, et lui proposa enfin le problème d’une courbe que l’on pouvait parcourir en des temps égaux (Problema lineae isochronae)75. L’abbé, ne sachant pas résoudre [p. 473] ce problème, abandonna sa défense, tandis que Hugen résolut la question, gardant toutefois par-devers soi la démonstration et la solution. Leibniz fit connaître la démonstration en 1689, dans les Actes des Savants. Il trouva la solution à l’aide de son Calculus differentialis et, lorsqu’il la publia, il l’envoya au savant Jacob Bernoulli76 dans le premier numéro mensuel de 1690. Ce même Bernoulli proposa à Leibniz le problema catenariae, afin de voir jusqu’où s’étendait la puissance du calcul. Lorsque Leibniz, à l’aide de ce dernier, eut résolu le problème, il le mit dans les Actes des Savants et donna à d’autres savants le temps de mettre leurs propres méthodes à l’épreuve. Là-dessus, il proposa un nouveau problème aux géomètres, celui de la courbe que parcourt un corps pesant lorsqu’il s’éloigne constamment d’un point donné ou s’en rapproche constamment. Hugen, Johann Bernoulli77 et Leibniz ont mis la solution du Problema Catenariae dans les Actes des Savants de 1691, tout en dissimulant la manière dont ils l’avaient résolu. Jacob Bernoulli [p. 474] a dès lors donné différents échantillons du Calculus differentialis de Leibniz, et même fait connaître publiquement, p. 290, qu’il en avait bien reconnu l’admirable et tout particulier usage dans des problèmes de physique et de mécanique auxquels personne ne se serait risqué en employant une autre méthode ; il tenait également ce calcul pour l’invention la plus importante de son siècle. Depuis lors, le Calculus differentialis a gagné en célébrité ; que Johann Bernoulli en particulier y ait beaucoup contribué, c’est ce qu’un auteur anonyme a clairement exposé dans les Actes des Savants de l’année 1716.

Préparatifs pour écrire l’histoire du Brunschwig

  • 78 Ce Friedrich Heyn devint (Guhrauer, op. cit., II, 75) Conseiller des Mines de Gotha.

40Entre-temps, Monsieur Leibniz commença, en 1687, à songer sérieusement à une histoire de la Maison de Brunschwig-Lunebourg. Il voyagea aux frais de Son Excellence le duc à travers la Bavière, la Franconie, la Souabe et d’autres provinces allemandes, recherchant avec zèle des manuscrits (manuscripta) dans les couvents et visitant partout de savants hommes et d’habiles artistes. A Francfort-sur-le-Main, il prit avec lui Monsieur Friederich Heyn78, un jeune homme courageux qui devait l’aider [p. 475] à faire des extraits d’ouvrages rares. Il partit avec lui pour Vienne afin d’y faire des recherches à la Bibliothèque impériale. De là, il alla en Italie pour y examiner les écrits secrets des princes, les bibliothèques célèbres, les églises, les épitaphes et d’autres choses remarquables. En 1690, il revint chez lui et à ses études.

Quelques petits écrits

  • 79 Paul Pellisson (1624-1693), historien.
  • 80 En français dans le texte.
  • k En français, le titre est : De la tolerance des Religions lettres de Mr. de Leibniz & Reponse de M. (...)
  • 81 Simon Foucher (1644-1696), philosophe.
  • 82 Les “Entretiens mensuels” de Wilhelm Ernst Tentzel (1659-1707), polyhistor.

41Hormis ce qu’il avait inséré de mathématique dans les Actes des Savants de Leipzig, il fit également introduire dans la Société parisienne des Savants une recherche sur la question de savoir si l’essence d’un corps consiste dans son extension. En 1691, il fit par lettre quelques objections contre l’écrit de Pelisson79 qui avait paru sous le titre Gedanken über die Religionstreitigkeiten (Reflexions sur les differents de la Religion80). Leibniz prétendait y réconcilier la religion réformée avec la catholique, et l’ouvrage a paru avec la réponse de Pelisson sur les sentiments de la Sorbonne en 1692 à Paris sous le titre : Briefe des Herrn von Leibnizens, und Antwort des Herrn von Pelissons von Duldung der Religion, oder vierter [p. 476] Theil der Gedanken von den Religionstreitigkeitenk ; il fut immédiatement réimprimé en Hollande. Cette même année, dans le Journal des Savants de France, fut insérée une lettre à Monsieur Fouchier81 portant sur quelques propositions de philosophie, et une autre, dans les Monatliche Gespräche de Monsieur Tenzel82, portant sur de nouvelles connaissances. Nous ne dirons rien de ce qui touche au Catenaria et à l’Analysis transcendentis, de même que ce qu’il a donné au monde savant sur d’autres points de la géométrie dans les Actes des Savants.

Nouveau travail historique

  • 83 “Des premières particularités du pays”. Un mémoire de deux pages intitulé Protogaea autore G. G. L.(...)

42Lorsque son Altesse sérénissime le duc Ernst August fut élevé à la dignité de Prince électeur, Monsieur de Leibniz rechercha auprès de ses ministres d’Etat ce qu’ils voulaient savoir en histoire et en droit public. Cette même année, [p. 477] il travailla pour lui à l’histoire du Brunschwig et en donna le résultat à lire au Prince électeur. Comme il était occupé à l’examen de la constitution naturelle de la contrée, il en tira son beau traité von den ersten Umständen des Landes83, dans lequel il indiquait les soubassements que l’on avait trouvés des différentes couches superposées de terrains dues aux alluvions de la mer, ceux des mines, des filons cachés, des montagnes, des lacs et autres choses semblables.

Quelques-uns des écrits touchant à la philosophie84

  • 84 Weltweisheit.
  • 85 Johann Eberhard Schweling (dates inconnues), notamment l’auteur de Exercitationes cathedratiae in P (...)
  • 86 L’abbé Claude Nicaise (1623-1707), antiquaire et numismate.
  • 87 Christian Thomasius (1655-1728), juriste et philosophe.
  • 88 “Histoire de la sagesse et de la folie”.
  • 89 Sic pour Foucher. Voir note 82.
  • 90 François Nodot, homme de lettres. Il publia, en 1693, à Rotterdam, une version qu’il estimait compl (...)

43Il en avait donné un échantillon dans les Actes des Savants de Leipzig de 1693, en y joignant ses réflexions sur le jugement qu’avait fait Huet de la philosophie cartésienne, tout comme sur la réponse de Sweling85 à l’abbé Nicais86. Il s’était également largement expliqué avec Christian Thomasius87 sur ce qu’il reprochait aux propositions cartésiennes, et ce dernier fit ensuite insérer dans son Historie der Weisheit und Thorheit88 les observations de Leibniz sur la vie de Descartes et sur sa doctrine. Dans le Journal des Savants de France, il avait disputé avec Fauchier89 de quelques principes de la philosophie et donné une règle directrice [p. 478] des mouvements composés. Dans les Monatliche Gespräche de Tentzel il traita du reliquat de Nodot90 d’un fragmentum de Pétrone.

À propos du Codex diplomaticus

44L’intendance de la bibliothèque de Wolfenbüttel lui ayant été confiée, il parcourut avec application tous les actes publics (Acta publica) conservés parmi les pièces, et particulièrement les Mazariniennes, et, avec ceux qu’il avait obtenus des princes et des savants d’un peu partout, il les donna in-folio sous le titre de diplomatische Sammlung (Codex diplomaticus) qu’il fit précéder d’une préface sur le fondement du droit et sur l’amour de Dieu.

Les écrits se rapportant au droit public

  • 91 Johann Georg von Kulpis, dit Conrad Sincerus (1652-1698), juriste et historien.
  • 92 Tobias Pfanner (1641-1716), théologien et juriste.

45En 1694, eut lieu la controverse entre Leibniz et le célèbre et savant juriste Kulpis91 à propos du droit public (Juris publici controversia). Leibniz défendait la bannière impériale de son Prince électeur, et Kulpis celle du duc de Wurtemberg. Il soutenait l’alliance qu’avaient nouée, en 1444, le roi Charles de France et les ducs de Saxe Friedrich et Wilhelm, prouvée contre Pfanner92 dans le diplomatische Sammlung. Ceci se trouvait dans les lettres qu’il écrivit [p. 479] à Tenzel, qu’il fit ensuite imprimer, avec les écrits de Pfanner, dans la 23e Livraison des Actes des Savants allemands.

Quelques autres écrits

  • 93 Jacques Aimar-Vernai, paysan de Saint-Véran en Dauphiné, s’était rendu célèbre par l’usage de la ba (...)
  • 94 Père François d’Aix de La Chaise (1624-1709), confesseur de Louis XIV.
  • 95 “Entretiens mensuels”.
  • l En français, Lettres sur la Connexion des Maisons de Brunsvic & d’Este.
  • 96 Il s’agit de l’abbé Guidi.

46Ce qu’il avait eu l’intention de publier chaque année d’une histoire de la médecine se trouve dans les Actes des Savants français. Mais ses lettres à propos du vain art magique de la baguette de Aimar93 et à propos de la biographie controuvée du Père La Chaise94 qui avait paru en Hollande peuvent être lues dans les Monatliche Unterredungen95 de Tenzel (puisqu’elles étaient adressées à ce dernier). Le contrat de mariage qui avait été établi entre le duc de Modène et la princesse aînée fille de Johann Friedrich duc de Brunschwig-Lunebourg avait donné lieu, en 1698, à un écrit français intitulé Briefe von der Vereinigung der Häuser Braunschweig und Modenal qui fut ensuite traduit en italien par l’abbé Guido96. [p. 480] Il avait également inséré dans les Actes de Leipzig une démonstration de la force, dans laquelle il s’appliquait à dévoiler et à ramener à leurs fondements les merveilleuses lois de la nature par rapport aux forces des corps et à leurs effets.

Systema de l’harmonie préétablie97

  • 97 Vorherbestimmte Harmonie.
  • 98 Pierre Bayle (1647-1704), philosophe.

47C’est dans les Actes des Savants français qu’il fit d’abord publiquement connaître la doctrine de l’harmonie préétablie en tant que par elle seule s’explique de manière raisonnable l’union des choses subsistant par elles-mêmes et l’union du corps et de l’âme, ce que Bayle98 lui-même ne put nier dans son Dictionnaire historique et critique. Ce dernier s’efforce en vérité d’élever quelques difficultés que Leibniz a résolues dans des lettres qu’il lui écrivit, non encore imprimées jusqu’ici.

Ses écrits sur la dynamique

48Il est regrettable qu’il n’ait pas publié l’autre partie de la démonstration de la force, qu’il avait promise. Et l’on doit encore davantage déplorer que, pris par de nombreuses autres affaires, il n’ait pas mené à son terme cette nouvelle science de la force à laquelle il avait tout d’abord songé et qu’il aurait pu achever de la meilleure façon. [p. 481]

Quelques écrits sur l’histoire

  • 99 “Réflexions sur l’origine de l’allemand”.
  • 100 Hermioner.
  • 101 Joachim Friedrich Feller (1673-1726), bibliothécaire à Wolfenbüttel. Il travailla avec Leibniz.

49En 1696, il publia l’essai d’une histoire secrète de la vie du pape Alexandre VI. Il avait écrit cette histoire à partir du journal que tenait jour après jour le maître des cérémonies du pape, Johann Burchard, et la fit précéder d’une savante préface sur ce genre d’ouvrages. Il voulait encore compléter l’ouvrage en tenant compte de toute l’œuvre de Burchard qu’il eut ensuite entre les mains, mais la mort anéantit ce dessein. Cette même année, dans le nouveau bulletin mensuel publié à Berlin, il fit paraître ses Gedancken von dem Ursprung des Deutschen99, dans lesquelles il soutenait que les Allemands et les Herminones100 — qui tiennent leur nom des princes Irmin, Hermin ou Hermann — sont un seul et même peuple. Il adressa son opinion sur l’origine des Suédois au célèbre Tenzel, alors Professor et Bibliothecarius à Uppsala. C’est cet écrit que le fameux Feller101 a fait sans tarder imprimer dans ses mélanges.

Élévation au rang de Conseiller de justice

  • 102 Toujours en 1696.

50Les services que notre grand Leibniz avait rendus à la cour princière [p. 482] étaient alors aussi considérables que ceux qu’il avait rendus au monde savant ; c’est pourquoi le Prince électeur le fit cette même année102 Conseiller privé de justice.

Nouveaux travaux historiques

  • 103 Johann Georg von Eckhardt (aussi Eccard, 1664-1730), bibliothécaire et historien. Il fut le secréta (...)

51Il fit également imprimer ce qu’il tirait des lettres des missionnaires sur l’état de la religion chrétienne en Chine, et, en 1698, des thèses historiques en deux parties dans lesquelles sont inclus les chroniqueurs du Moyen Age qui n’étaient alors pas connus. Il commença également à utiliser les services du célèbre Eckhard103 (qui m’a aimablement fait parvenir beaucoup de faits concernant la vie de Leibniz) pour alléger ses travaux historiques.

Admission dans deux Sociétés savantes

52En 1700, il reçut le Diploma par lequel il était agrégé à l’Académie royale des Sciences de Paris. Et, la même année, le Prince Electeur de Brandebourg, sur ses conseils, fonda la Société des Sciences que le philosophe présida. Il fut cependant contraint d’en être le plus souvent absent.

Faveur de la reine de Prusse à son égard

  • 104 L’Electrice Sophie de Hanovre.

53Il était particulièrement en faveur auprès de l’Electrice104, plus tard reine de Prusse, qui avait coutume de lui demander conseil dans toutes sortes [p. 483] de hautes matières philosophiques.

Quelques écrits

  • 105 “Abrégé des livres nouveaux”.
  • 106 Il s’agit du mémoire du médecin et professeur d’anatomie Alexander Christian Gakenholz ( ?-1717), A (...)
  • 107 Johann Schilter (1632-1705), historien et juriste, auteur du Thesaurus antiquitatum teutonicarum.
  • 108 In dem Trevonischen Tagbuch.
  • m Ces termes allemands étant quelque peu obscurs, il est nécessaire de mettre ici le titre latin : Sp (...)

54Il donna alors le supplément de son recueil diplomatique. Dans une gazette savante d’Allemagne, que Monsieur Eckardt commença à écrire à Hanovre sous le titre : Auszug neuer Bücher105, parurent également quelques observations de lui sur les fondements du droit. S’y ajoutèrent l’année suivante, savoir en 1701, une réponse au Mémoire de Monsieur A. C. Gakenholz sur l’art d’apprendre la science des plantes (Botanic) et ce Mémoire lui-même106. Egalement quelques observations sur ce que le droit des rois devait puiser dans le droit des peuples actuel, à l’occasion du couronnement du roi en Prusse. Et un Traité sur la monnaie de l’empereur Gratien avec cette inscription : Gloria novi seculi. Enfin, quelques observations sur l’essai de Schilter107 d’un Glossario alémanique. Dans le Journal de Trévoux108, il traita de l’origine du fer, de la preuve cartésienne de l’existence de Dieu, du projet de l’Académie berlinoise des Sciences, d’une monnaie romaine, et, en 1702, de son Calculus differentialis. [p. 484] Dans ce journal érudit, il paracheva une nouvelle démonstration d’une méthode de résolution dans la science de l’infini, regardant les sommes et les quadraturesm. Et comme on peut l’appeler une invention tout à fait particulière et nouvelle, et qui n’a pas son pareil dans la géométrie d’aujourd’hui, il valait certes la peine de la mentionner, quitte à devoir passer sous silence d’autres contributions qu’il fit à ce Journal.

  • 109 Gilbert Burnet ou Burnett (1643-1715) théologien et historien connu comme auteur d’une histoire de (...)
  • 110 Il s’agit de Daniel Ernst Jablonski (1660-1741) qui fut, avec Leibniz, le principal fondateur de l’ (...)
  • 111 David Gregory (1659-1708), auteur de Astronomiae Physicae et Geometricae Elementa (Oxford, 1702).
  • 112 Georges Hickes (1642-1715), auteur d’un Linguarum veterum septentrionalium Thesaurus (1703-1705).
  • n A savoir en 1717 année où ceci a été écrit. Pour lors, c’est Monsieur Enkel qui a cette charge.
  • 113 “Mélanges berlinois”, voir note 65.
  • 114 Essais de Théodicée sur la bonté de Dieu, la liberté de l’homme et l’origine du mal. L’ouvrage est (...)

55Il fut parmi les conseillers du ministre d’Etat du roi de Prusse alors que l’on délibérait sur la succession de la principauté de Neuchâtel. Et comme la culture des vers à soie prospérait à Berlin, il entreprit également de la promouvoir en d’autres endroits de l’Allemagne. Il reçut également la permission de Sa Majesté le Roi de Pologne de planter des mûriers dans tous les endroits de la Saxe [p. 485] qu’il lui semblerait bon. Mais lui-même, quoiqu’ayant, non sans grands dommages, mené de pareilles recherches à Hanovre et les ayant poursuivies jusqu’à sa mort, n’en recueillit jamais les fruits. En 1703, il chercha à persuader Sa Majesté Royale de fonder une Académie des Sciences à Dresde ; les agitations survenues en Pologne ont été cause que cela ne s’est pas fait. Depuis lors, il consacra beaucoup d’efforts à l’histoire du Brunschwig et réfléchit à une nouvelle langue philosophique. Il employa pour ce faire un jeune savant qui, sous sa direction, devait rassembler des éclaircissements en toute chose ; il n’a cependant rien achevé. Entre-temps, il écrivit des observations sur cet écrit, tiré de l’ouvrage plus étendu de Burnet109, en anglais et traduit ensuite en latin, que le Conseiller du Consistoire de Prusse Jablonski110 avait fait imprimer pour promouvoir la réunion des réformés et des luthériens, et qui portait sur la prédestination et l’Eucharistie. Il y montrait que Burnet n’avait pas vu le fondement des disputes [p. 486] et n’avait pas bien compris l’opinion des luthériens, ce dont il indiquait les raisons suffisantes. Il envoya copie de ces observations à Burnet lui-même qui les prit en bonne part, pour l’essentiel. Aux objections que lui avait faites David Gregorius111 dans ses premiers principes de l’astronomie contre l’essai sur les causes des mouvements des corps célestes, il répondit dans un Mémoire particulier et détaillé. En 1704, il envoya ce dernier à Wolff à Leipzig afin que, s’il le jugeait bon, il le fît insérer dans les Actes des savants. Mais comme Monsieur Menke, à cause de l’étendue de ce Mémoire, ne pouvait satisfaire Monsieur de Leibniz, il mit à la place, en 1706, une lettre que le philosophe avait écrite à un ami sur le même sujet. Monsieur Menke y ajouta les observations que notre Monsieur de Leibniz avait faites sur le Trésor des langues septentrionales de Hike112 (thesaurus linguarum septentrionalium). Mais Monsieur son fils, qui s’occupe à présentn de recueillir [p. 487] les actes des savants, les a publiées dans les additions. En 1707, Leibniz fit paraître la première partie des auteurs du Brunschwig ; la deuxième suivit en 1710, et la troisième en 1711. Ce qui est paru de Leibniz dans les Berlinische Sammlungen113 (Miscellanea) est déjà indiqué dans ces Mémoires, et il en a traité en détail dans son magnifique ouvrage intitulé Théodice114 qui vit le jour pour la première fois en 1710.

Heureux coups de fortune

56En 1711, Leibniz, sur l’intercession de Son Altesse Monsieur le duc Anton Ulrich de Brunschwig, fut nommé par l’empereur Conseiller aulique de l’empire. Alors que, à Torgau, lors du mariage de Son Altesse la princesse Charlotte Christina Sophia avec le prince héritier de Russie, il s’entretenait avec l’empereur de ce pays du mouvement de l’aiguille aimantée et d’autres questions savantes, il reçut un important présent et fut en même temps admis au nombre [p. 488] des conseillers privés de justice avec un salaire de 1000 thaler annuels.

Quelques écrits

  • o Peu avant, on trouve, dans les Actae eruditorum, mention de l’écrit publié avec une préface de Joh. (...)
  • 115 Samuel Pufendorf (1632-1694), juriste. Son De Jure Naturae et Gentium parut en 1672.
  • 116 Gerhard Walter van der Meulen, dit Molanus (1633-1722), abbé de Lokkum et président du Consistoire (...)

57A l’occasion de l’histoire des Studii étymologiques de la langue allemande que Monsieur Ekhardt avait publiées, il écrivit des recueils étymologiques que Monsieur Ekhardt ne put donner à l’impression qu’après la mort de Leibniz, lequel en avait fait mention un peu auparavanto. La lettre à propos des principes de l’ouvrage de Puffendorf115 sur les devoirs d’un homme et d’un citoyen, qui ne vint que cette année en librairie, avait été écrite longtemps auparavant à Monsieur l’abbé Molan116.

Projet d’une nouvelle Académie des Sciences à Vienne et séjour en ce lieu

  • p On s’expliquera davantage sur ceci dans l’observation ci-dessous.

58Comme le roi de Prusse, fondateur de la Société royale, était mort, Monsieur de Leibniz se demanda comment l’on pourrait établir ailleurs une Société des Sciences. Sur l’intercession de Son Altesse le Prince Eugène, il reçut aussitôt entière assistance de Sa Majesté impériale. [p. 489] Il partit alors pour Vienne et y obtint, outre le couvert à la Cour, deux mille gulden de salaire annuel. Et il aurait dû toucher encore une fois autant s’il s’était établi définitivement à Vienne (ce qu’il aurait bien voulu faire s’il avait vécu plus longtemps). Mais comme les intentions d’y fonder une Académie ne furent pas poursuivies, il fut empêché d’y rester, en partie à cause de la survenue de la peste, et en partie parce que l’histoire du Brunschwigp lui fit précipiter son retour à Hanovre dès 1714.

Quelques petits écrits

  • 117 Henry Sully (1680-1729), horloger anglais qui vécut longtemps en France. La Regle artificielle du t (...)
  • 118 Nikolaus Hieronymus Gundling (1671-1729), théologien et juriste.

59À Hanovre, il trouva de l’aide dans son travail auprès de Monsieur Ekhardt que le roi d’Angleterre, au nom de l’Académie de Helmstadt, avait appelé à la Cour et auquel il avait conféré le titre d’Historiographus ; et comme, en Angleterre, avaient paru à la barbe du roi quelques écrits contre la religion luthérienne, il répondit aux objections qui y étaient faites, dans un écrit en français intitulé Anti-Jacobite, dans lequel il montrait clairement la différence entre l’Eglise anglicane et la luthérienne, [p. 490] sur la question de l’Eucharistie. Comme Monsieur Sully117 avait fait paraître à Vienne un petit ouvrage en français intitulé Regle artificielle du tems, Monsieur Leibniz, sur d’autres instances, y ajouta quelques observations sur l’art et la manière de pratiquer les pendules (pendula) à mouvement à ressort. Quelques savants en France et, en Allemagne, Monsieur Gundling118, professeur public d’éloquence à l’Académie de Halle attaquèrent son écrit sur l’origine des Francs, qu’il donna à l’impression en 1715. Mais le philosophe lui a assez répondu publiquement et sur tous les points.

Correspondance avec Monsieur Clark119

  • 119 Samuel Clarke (1675-1729), théologien, est le représentant de Newton dans cette Correspondance.
  • q Le nouveau recueil des lettres de Monsieur de Leibniz que Monsieur Kortholt a publié à Leipzig ne l (...)
  • 120 Nicolas Rémond (vers 1685-avant 1755), conseiller privé du duc d’Orléans, amateur de philosophie pl (...)
  • 121 Louis-Armand de Lom d’Arce, baron de La Hontan (1666-vers 1715), voyageur.
  • r Le titre français est : Response de Baron de la Hontan à la lettre d’un particulier opposée au mani (...)

60En 1716, il correspondit avec Monsieur Clark au sujet de quelques propositions de métaphysique. Mais comme ces lettres devaient être imprimées en Angleterre, nous les considérerons lorsque le moment sera venuq. [p. 491] Il fit parvenir à Monsieur Rémont120, à Paris, quelques pièces d’érudition à propos des Chinois, et, comme le Baron de Hontan121 était mort, il publia un écrit en français sous le titre : Antwort des Herrn Barons von Hontan auf den von jemand herausgegebenen Brief, welcher dem Manifest ihro Majestät des Königes von Grobrittannien als Churfürstens von Braunschweig wieder die Crone Schweden entgegen gesezet worden istr. Sur la prière de Monsieur Jablonski, il écrivit différentes lettres sur la réunion des protestants.

Controverse à propos de l’invention du Calculus differentialis

  • 122 In Haagischen Tagbuch.
  • 123 Il s’agit sans doute tout particulièrement de John Keill (1671-1721), mathématicien, membre de la R (...)
  • s C’est toujours marqué ainsi. En effet, le présent morceau figure dans les Acta eruditorum de Leipzi (...)

61En Angleterre, en 1708, on entreprit de contester la gloire que s’était acquise Leibniz par l’invention du Calculus differentialis, dont il s’était occupé depuis déjà tant d’années. Il l’avait établi, étant à Vienne, sur une feuille volante, et avait écrit à un ami quelques réflexions contre ce qui en avait paru [p. 492] dans la Gazette de La Haye122. Lorsqu’il revint chez lui, il prit connaissance de la correspondance qui avait fini par s’échanger en Angleterre, et il répondit très clairement sur tous les points à tout le monde. Mais comme il savait que son contradicteur était enclin à l’impolitesse, ce qui ne convenait ni à sa propre opinion, ni aux mœurs de son temps, il ne pouvait pas se laisser aller à suivre les traces de son impertinent adversaire123 en réfutant des matières si fastidieusement réchauffées, ni non plus accepter que des amis bien intentionnés entrassent en lice à sa place. C’est pourquoi il n’est pas fait mention de ces controverses dans les Actes des Savantss. Mais afin que ceux qui comprennent toute cette controverse puissent savoir ce qu’il convient d’en penser, Leibniz, comme le lui avait suggéré peu de temps avant sa mort Monsieur Wolff, s’était résolu d’opposer à la correspondance des Anglais, qui offensait sa réputation, d’autres lettres [p. 493] plus étendues qui réfuteraient comme il fallait les premières. Il annonça en effet que, sitôt qu’il aurait pu mettre un peu de côté ses travaux historiques, il voulait publier quelque chose qui soit entièrement nouveau et qui n’aurait aucune parenté avec les inventions qui avaient été faites jusque là, aussi bien celles de Neuton que d’autres.

Mort

  • 124 Das Zipperlein. Fontenelle : “[Leibniz] étoit sujet à la goutte, dont les attaques devenoient plus (...)

62Mais de ceci et de tout ce que l’on pouvait encore attendre du profond entendement de cet homme, le monde savant s’en doit passer : contre sa propre attente et celle de ses amis, en l’année 1716, le 14e jour du mois de novembre, il quitta cette vie terrestre. La cause première de sa mort fut la goutte124 qui lui pesait aux épaules. Pour la combattre, il avait reçu d’un Jésuite d’Ingolstadt une décoction à boire. Mais comme celle-ci ne pouvait ressortir par les voies naturelles et que la pierre s’ensuivit, il endura de grands désordres dans son corps qui accélérèrent son trépas survenu dans le cours d’une seule heure. L’unique héritier de sa fortune, Monsieur Löfler, ne négligea rien [p. 494] de ce qui convenait à ses funérailles.

Écrits posthumes

  • t Voici ce que l’on trouve dans les Acta eruditorum de Leipzig pour l’année 1717e, en août, à la page (...)

63Il laissait derrière lui l’Histoire du Brunschwig qu’il avait entreprise et devait poursuivre du règne de Charlemagne jusqu’à l’an 1024 ; il ne la conduisit cependant que jusque l’an 1005. Monsieur Eckhardt, qui avait prêté main-forte à Monsieur Leibniz durant sa vie et dont nous avons déjà mentionné les excellents services, doit continuer cette Histoire et publier en une ou plusieurs parties ce qui est prêt pour l’impression. Les propres mots de Leibniz dont nous disposons donneront une notion de l’ouvrage entiert. [p. 495]

Son apparence et sa manière de vivre

64Monsieur de Leibniz était au reste de taille moyenne et eut la vue certes un peu courte mais néanmoins perçante jusqu’à sa mort. Il était plus maigre que gros. Il était mesuré dans la boisson, mais aimait à manger [p. 496] un peu davantage. Il coupait son vin d’eau afin d’empêcher par là une trop grande chaleur de l’estomac. Il soupait à heures régulières à midi [p. 497] ou à la nuit ; mais, lorsqu’il n’étudiait pas et qu’il avait faim, il mangeait quelque chose. Lorsque, l’âge venant, il fut gêné par la goutte, il remplaça le repas de midi par un peu de lait : mais, le soir, il mangeait un peu et allait aussitôt au lit, ce qui auparavant arrivait rarement avant 1 ou 2 heures du matin. [p. 498]

Faveur de personnes de condition

65Il soupait très souvent avec des princes ou d’autres hauts personnages. Il fut en particulière grande faveur auprès de la princesse Sophie, puis auprès de Sa Majesté la reine Sophie Charlotte de Prusse, ainsi qu’auprès de Son Altesse Royale [p. 499] la princesse Wilhelmine Charlotte, épouse du prince de Galles George August. [p. 500]

Son caractère

66Il n’a jamais dit du mal de personne, mais a bien davantage toujours cherché ce qu’il y avait de meilleur [en chacun]. Il a consacré beaucoup de temps à lire des livres. Il en a fait avec application des extraits, et, sur chaque ouvrage renfermant une particularité, il avait coutume d’écrire quelques observations [p. 501] sur des morceaux de papier qu’il mettait aussitôt de côté ; comme il avait une bonne mémoire, il ne les relisait jamais. Il serait trop long de donner les noms de tous les hommes célèbres et savants et aussi des princes avec lesquels il entretint diverses correspondances qui lui prirent beaucoup de son temps. Avec ses domestiques, il était très indulgent : s’il se mettait promptement en colère, il savait cependant aussitôt s’apaiser. Il aimait autant la vertu que l’on peut l’aimer, et rien ne pouvait aisément troubler la tranquillité de son esprit.

Autres observations

67Il voyageait souvent dans les Cours de grands seigneurs auprès desquels il était en faveur, et, en chemin, il élaborait ces travaux de mathématique que l’on trouve aussi bien dans les recueils savants que dans d’autres gazettes érudites. Il y a encore [p. 502] beaucoup de belles choses dans ses manuscrits et papiers conservés à la bibliothèque royale de Hanovre. Monsieur Eckhardt fera rassembler ses petits écrits qui ont été imprimés jusqu’ici séparément. Et celui-ci s’est également résolu de publier à l’avenir aussi bien l’ensemble des ouvrages que Monsieur de Leibniz a laissés que ce qui se trouve dans ses papiers.

Haut de page

Notes

1 On trouve cette traduction allemande dans les Œuvres complètes de Christian Wolff, première section, volume 21, 4, Gesammlete kleine philosophische Schriften… meistentheils aus dem Lateinischen übersetzt, Halle, 1736-1740, pp. 449-502.

2 Yvon Belaval, “L’héritage leibnizien au siècle des Lumières”, in Leibniz, aspects de l’homme et de l’œuvre, 1646-1716. Paris, Aubier-Montaigne, “Journées Leibniz organisées au Centre International de Synthèse les 28, 29 et 30 mai 1966, 1968, pp. 253-263.

3 Actuarius. Fontenelle : “Frédéric Léibnitz, Professeur de Morale, et Greffier de l’Université de Léipsic”.

4 Wilhelm Schmuck ( ?-1634), professeur de droit à Leipzig.

5 Heinrich Freysleben, 1628-1666.

6 Johann Hornschuh (1600-1663), philosophe et philologue.

7 Tilemann Bachusius (dates inconnues).

8 Tite-Live (59 AJC-17), historien.

9 Publius Virgilius Maro, dit Virgile (70-19 AJC), auteur de L’Enéide.

10 Fontenelle : “Il avoit une fois composé en un jour un Ouvrage de trois cents Vers latins sans se permettre une seule élision : jeu d’esprit, mais jeu difficile”.

11 René Descartes (1596-1650), mathématicien et philosophe.

12 Weltweisheit.

13 Jacob Thomasius (1622-1684), professeur de droit à Leipzig.

14 neueren Weltweisen.

15 De ce Johann Kühn, G. E. Guhrauer (Gottfried Wilhelm Freiherr von Leibniz. Eine Biographie, Breslau, 1846) écrit, I, 26, qu’il est “presque inconnu”.

16 Ehrard Weigel (1625-1699), mathématicien.

17 Johann Andreas Bose (1626-1674), philosophe et historien.

18 Il s’agit sans doute de Johann Christophore Falkner, Conseiller à la Cour supérieure de justice et Rector magnificus de l’Université d’Iéna dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Nous traduisons par “conférences sur le droit” l’expression ,juristische Stunden.

19 Johann Strauch (1614-1679).

20 Magister et Assessor, en latin dans le texte.

21 Platon (428-347 AJC), philosophe.

22 Aristote (384-322 AJC), philosophe.

23 L’édition originale du De arte combinatoria date de 1666.

24 Bartholomäus Leonhard Schwendendörffer (1631-1705).

25 Quirin Schacher (1597-1670).

26 Leibniz était donc docteur en droit canonique et en droit allemand.

27 Proben aus der Rechtsgelehrsamkeit.

28 Goldmacher.

29 Geistliche.

30 Der Stein der Weisen : la Pierre philosophale.

31 En 1667, ladite “Société” était présidée, à Nuremberg, par Daniel Wülfers.

32 Johann Christian, Baron de Boinebourg (1622-1672) fut Grand Maréchal, puis Premier Ministre auprès de l’Archevêque-Electeur de Mayence, Johann Philipp von Schönborn.

33 Johann Heinrich Böcler (1611-1672).

34 Johann Albrecht Portner (pseudonyme : Anton Periander Rhötus, 1628-1687).

35 Johann Heinrich Alsted (1588-1638). Son Encyclopaedia avait paru à Herborn en 1610.

36 Magnus Heinrich Hesenthaler (1621-1681), orientaliste, professeur de politique et d’éloquence à Tübingen, puis à Stuttgart.

37 Einsencken.

38 Il s’agit des fondements de la connaissance établis selon la “méthode mathématique” de Christian Wolff.

39 Mario Nizzoli (1498-1566), latiniste et humaniste, professeur à l’Université de Parme. Le XVIIe siècle ne connaissait plus guère de lui que ses travaux sur Cicéron. Fontenelle : “ Marius Nizolius […] publia en 1553 un Traité De veris principiis et verâ ratione philosophandi contra Pseudophilosophos. Les faux Philosophes étoient tous les Scholastiques passés et présens, et Nizolius s’élevoit avec la dernière hardiesse contre leurs idées monstrueuses et leur langage barbare, jusques-là qu’il traitoit S. Thomas lui-même de borgne entre des aveugles. La longue et confiante admiration qu’on a eue pour Aristote ne prouve, disoit-il, que la multitude des sots, et la durée de la sottise. [Leibniz] loue [l’ouvrage], mais seulement par la circonstance du temps où il a été écrit […] il y reconnoît de faux raisonnemens et des vues imparfaites ; il le blâme de ses excès et de ses emportemens à l’égard d’Aristote, qui n’est pas coupable des rêveries de ses prétendus Disciples, et même à l’égard de S. Thomas dont la gloire pouvoit n’être pas si chère à un Luthérien ”.

40 Verleiten, “séduire”, “détourner du droit chemin”.

41 Andreas Wissowatius (1608-1678) publia à partir de 1656 la Bibliotheca Fratrum Polonorum, recueil contenant la doctrine socinienne. Lelio Sozzini (1525-1562) et Fausto Sozzini (1539-1604), son neveu, tous deux réfugiés en Pologne, avaient organisé une Eglise. Proches du déisme et du rationalisme, ils niaient la Trinité, la divinité du Christ et le péché originel.

42 Christian Knorr von Rosenroth (1636-1689), auteur de la Kabbala denudata (1677-1683).

43 Sir Thomas Browne (1605-1682), médecin.

44 Baruch Spinoza (1632-1677), philosophe.

45 C’est-à-dire en mathématiques.

46 Christiaan Huygens (1629-1695).

47 Blaise Pascal (1623-1662), mathématicien et philosophe.

48 Grégoire de Saint Vincent (1584-1667), mathématicien belge.

49 Pierre-Daniel Huet, évêque d’Avranches (1630-1721), théologien et érudit.

50 Marcianus Capella (Ve siècle), philosophe latin.

51 Antoine Arnauld (le “Grand Arnauld”, 1612-1694), théologien janséniste.

52 Nicolas Malebranche (1638-1715), philosophe.

53 Anthony Collins (1676-1729).

54 Henry Oldenburg (1618-1677).

55 Sir Isaac Newton (1643-1727), mathématicien.

56 John Wallis (1616-1703), mathématicien.

57 Auflösungskunst.

58 Sakuhren.

59 Nikolaus Kauffunger, dit Mercator ( ?-1687).

60 Jean Hudde (1628-1704) et René-François-Walter de Sluse (1623-1685) donnèrent à la tangente à la cycloïde une expression équivalente à celle de la dérivée d’une fonction algébrique implicite.

61 Martin Fogel (1634-1675), médecin et philosophe.

62 Johann Joachim Becher (1635-1682), médecin, alchimiste et caméraliste, auteur de Närrische Weisheit und weise Narrheit [Folle sagesse et sage folie], 1680.

63 C’est Hennig Brandt, médecin et alchimiste hambourgeois ( ?-1692), qui découvrit fortuitement le phosphore en distillant de l’urine humaine. Johann Daniel Crafft (1624-1697), alchimiste et caméraliste originaire de Wertheim, lui extorqua son secret, en informa Robert Boyle et d’autres, et l’invention tomba dans le domaine public. Leibniz fut en relation avec Crafft, à partir de 1676, mais s’institua le protecteur de Brandt et lui rendit justice dans le volume des Mélanges berlinois auquel le texte fait allusion. La note suivante du traducteur allemand donne le titre de l’opuscule de 1710.

64 Les “Mélanges berlinois”.

65 1678 pour les deux premiers traités, 1679 pour le troisième.

66 Caesarinus Fürstenerius. Fontenelle : “Quand on commença à traiter de la paix de Nimègue, il y eut des difficultés sur le cérémonial à l’égard des Princes libres de l’Empire qui n’étoient pas Electeurs : on ne vouloit accorder à leurs Ministres les mêmes titres et les mêmes traitemens qu’à ceux des Princes d’Italie, […] M. Léibnitz publia en leur faveur un Livre […] Le faux nom qu’il se donne signifie qu’il étoit et dans les intérêts de l’Empereur, et dans ceux des Princes ; et qu’en soutenant leur dignité, il ne nuisoit point à celle du Chef de l’Empire”. Fürst signifie “ prince ” en allemand.

67 En français dans le texte.

68 Einige Schrifften den Character der Chur- und Fürstlichen Gesandten betreffend.

69 In die Parisische Geschichte der Gelehrten. C’est le Journal des Sçavans.

70 Nicolas Steensen, dit Sténon (1638-1686).

71 Guhrauer (op. cit., I, 360) dit du baron von Reck, qu’il est un “eifriger Edelmann”, soit un “gentilhomme plein de zèle”, soit un “gentilhomme emporté”.

72 Il pourrait s’agir de Arnold Eckhart qui enseigna les mathématiques à Rinteln.

73 Otto Mencke (1644-1707), théologien.

74 L’abbé François de Catelan, en activité de 1675 à 1710, mathématicien, coéditeur de la Recherche de la vérité de Malebranche et membre de l’Académie des sciences.

75 Dans sa Réplique de M. L. à M. l’abbé D. C. (Catelan), Leibniz s’exprime ainsi : “ Or cette variété de temps m’a fait penser à un fort joli problème que je viens de résoudre présentement, et que je veux marquer ici, afin que notre dispute donne quelque occasion à l’avancement de la science : Trouver une ligne de descente, dans laquelle le corps pesant descende uniformément, et approche également de l’horizon en temps égaux. ”

76 Jacques Bernoulli (1654-1705), mathématicien.

77 Jean Bernoulli (1667-1748), également mathématicien, frère de Jacques.

78 Ce Friedrich Heyn devint (Guhrauer, op. cit., II, 75) Conseiller des Mines de Gotha.

79 Paul Pellisson (1624-1693), historien.

80 En français dans le texte.

81 Simon Foucher (1644-1696), philosophe.

82 Les “Entretiens mensuels” de Wilhelm Ernst Tentzel (1659-1707), polyhistor.

83 “Des premières particularités du pays”. Un mémoire de deux pages intitulé Protogaea autore G. G. L. parut dans les Acta eruditorum de janvier 1693 (voir le début de la section suivante : “Il en avait donné un échantillon…”). En 1749, Ludwig Scheidt publia à Göttingen un recueil de notes et d’observations intitulé, lui aussi, Protogaea. Voir Jacques Roger, “Leibniz et la théorie de la terre”, dans Leibniz, aspects de l’homme et de l’œuvre, op. cit., pp. 137-144.

84 Weltweisheit.

85 Johann Eberhard Schweling (dates inconnues), notamment l’auteur de Exercitationes cathedratiae in P. D. Huetii censuram philosophiae Cartesianae (Brême, 1690).

86 L’abbé Claude Nicaise (1623-1707), antiquaire et numismate.

87 Christian Thomasius (1655-1728), juriste et philosophe.

88 “Histoire de la sagesse et de la folie”.

89 Sic pour Foucher. Voir note 82.

90 François Nodot, homme de lettres. Il publia, en 1693, à Rotterdam, une version qu’il estimait complète du Satyricon de Pétrone, poète latin du 1er siècle. Nodot prétendait avoir pris cette version d’un manuscrit trouvé à Belgrade lors de la prise de cette ville en 1688. C’était une imposture.

91 Johann Georg von Kulpis, dit Conrad Sincerus (1652-1698), juriste et historien.

92 Tobias Pfanner (1641-1716), théologien et juriste.

93 Jacques Aimar-Vernai, paysan de Saint-Véran en Dauphiné, s’était rendu célèbre par l’usage de la baguette divinatoire.

94 Père François d’Aix de La Chaise (1624-1709), confesseur de Louis XIV.

95 “Entretiens mensuels”.

96 Il s’agit de l’abbé Guidi.

97 Vorherbestimmte Harmonie.

98 Pierre Bayle (1647-1704), philosophe.

99 “Réflexions sur l’origine de l’allemand”.

100 Hermioner.

101 Joachim Friedrich Feller (1673-1726), bibliothécaire à Wolfenbüttel. Il travailla avec Leibniz.

102 Toujours en 1696.

103 Johann Georg von Eckhardt (aussi Eccard, 1664-1730), bibliothécaire et historien. Il fut le secrétaire de Leibniz. Fontenelle et Wolff ont abondamment puisé à cette source.

104 L’Electrice Sophie de Hanovre.

105 “Abrégé des livres nouveaux”.

106 Il s’agit du mémoire du médecin et professeur d’anatomie Alexander Christian Gakenholz ( ?-1717), Ad Dominum Godofr. Guilielmum Leibnitium, Epistola in qua de emendenda ac rite instituenda medicina breviter quædam disserit (1701). Il laissa, après sa mort, 4 000 Francs à l’Université d’Utrecht pour créer un jardin botanique.

107 Johann Schilter (1632-1705), historien et juriste, auteur du Thesaurus antiquitatum teutonicarum.

108 In dem Trevonischen Tagbuch.

109 Gilbert Burnet ou Burnett (1643-1715) théologien et historien connu comme auteur d’une histoire de la Réforme qui fut un grand succès à l’époque et qui est encore utilisée aujourd’hui.

110 Il s’agit de Daniel Ernst Jablonski (1660-1741) qui fut, avec Leibniz, le principal fondateur de l’Académie et son président à partir de 1731. Il était prédicateur à la cour.

111 David Gregory (1659-1708), auteur de Astronomiae Physicae et Geometricae Elementa (Oxford, 1702).

112 Georges Hickes (1642-1715), auteur d’un Linguarum veterum septentrionalium Thesaurus (1703-1705).

113 “Mélanges berlinois”, voir note 65.

114 Essais de Théodicée sur la bonté de Dieu, la liberté de l’homme et l’origine du mal. L’ouvrage est écrit en français.

115 Samuel Pufendorf (1632-1694), juriste. Son De Jure Naturae et Gentium parut en 1672.

116 Gerhard Walter van der Meulen, dit Molanus (1633-1722), abbé de Lokkum et président du Consistoire à Hanovre.

117 Henry Sully (1680-1729), horloger anglais qui vécut longtemps en France. La Regle artificielle du tems a été publiée à Paris en 1717.

118 Nikolaus Hieronymus Gundling (1671-1729), théologien et juriste.

119 Samuel Clarke (1675-1729), théologien, est le représentant de Newton dans cette Correspondance.

120 Nicolas Rémond (vers 1685-avant 1755), conseiller privé du duc d’Orléans, amateur de philosophie platonicienne. Leibniz lui adressa sa longue lettre sur la Chine en 1716.

121 Louis-Armand de Lom d’Arce, baron de La Hontan (1666-vers 1715), voyageur.

122 In Haagischen Tagbuch.

123 Il s’agit sans doute tout particulièrement de John Keill (1671-1721), mathématicien, membre de la Royal Society, et l’un des plus ardents champions de Newton. En 1711, dans les Philosophical Transactions, Keill accusait Leibniz d’avoir plagié Newton en s’attribuant l’invention du calcul différentiel. Leibniz, “Lettre à Chamberlayne” du 28 avril 1714 in Correspondance Leibniz-Clarke présentée d’après les manuscrits originaux des bibliothèques de Hanovre et de Londres par André Robinet, Paris, PUF, 2e éd. 1991, p. 15 : “Un nommé M. Keil insera quelque chose contre moy dans une de vos Transactions philosophicales. J’en fus fort surpris, et j’en demanday reparation par une lettre à M. Sloane [qui] m’envoia un discours de M. Keil, ou il justifioit son dire, d’une maniere qui attaquoit encore ma bonne foy. Je pris cela pour une animosité particuliere de ce personnage […]”

124 Das Zipperlein. Fontenelle : “[Leibniz] étoit sujet à la goutte, dont les attaques devenoient plus fréquentes. Elle lui gagna les épaules : on croit qu’une certaine tisane particulière qu’il prit dans un grand accès, et qui ne passa point, lui causa les convulsions et les douleurs excessives dont il mourut en une heure le 14 novembre 1716. Dans les derniers momens qu’il put parler, il raisonnoit sur la manière dont le fameux Furtenback avoit changé la moitié d’un clou de fer en or”.

Haut de page

Note de fin

a Ceci ayant été imprimé à Leipzig et arrangé en conséquence, il y a, dans le document, “notre Université” ; il était nécessaire de le changer ici.

b Ici, il y a à nouveau notre, dans le premier document.

c Les mots primam lauream impetrare signifiaient alors Baculaureus [sic], soit l’un de ceux qui peuvent espérer d’acquérir la dignité de Magister.

d Ceci ne peut se traduire.

e Pour être compris, on ne peut rendre autrement en allemand [um die Assessur in der philosophischen Facultät zu erhalten] cette tournure latine pro loco in ordine philosophorum obtinendo.

f Le titre latin est, Nova hypothesis physica, quae phaenomenorum naturae plerorumque causae ab unico quodam motu in globo nostro supposito repetuntur.

g En latin, Notitia opticae promotae.

h In posthumis.

i Il est bien connu que beaucoup de sublimes écrits ont toujours été imprimés en France ad usum Delphini. Notre Leibniz n’y voyait aucun blâme si cela pouvait donner quelque ornement à ses ouvrages.

j On l’y trouve dans la première livraison de 1710, avec une seconde partie qui contient la Physica et la Medica, sous le titre : G. G. L. Historia inventionis Phosphori, de la p. 93 à la p. 98, en un feuillet.

k En français, le titre est : De la tolerance des Religions lettres de Mr. de Leibniz & Reponse de M. Pelisson, ou quatrieme partie des Reflexions sur les differents de la Religion.

l En français, Lettres sur la Connexion des Maisons de Brunsvic & d’Este.

m Ces termes allemands étant quelque peu obscurs, il est nécessaire de mettre ici le titre latin : Specimen novum Analyseos pro scientia infiniti circa summas & quadraturas.

n A savoir en 1717 année où ceci a été écrit. Pour lors, c’est Monsieur Enkel qui a cette charge.

o Peu avant, on trouve, dans les Actae eruditorum, mention de l’écrit publié avec une préface de Joh. Georg Ekhardt, sous le titre : Illustris viri Godofredi Wilhelmi Leibnitii Collectanae Etymologica illustrationi linguarum veteris Celticae Germanicae Gallicae aliarumque inseruientia.

p On s’expliquera davantage sur ceci dans l’observation ci-dessous.

q Le nouveau recueil des lettres de Monsieur de Leibniz que Monsieur Kortholt a publié à Leipzig ne les renferme pas, mais Monsieur Köhler, de Iéna, les a fait imprimer avec une préface de Monsieur Wolff et une réponse de Monsieur Thümmig au dernier écrit.

r Le titre français est : Response de Baron de la Hontan à la lettre d’un particulier opposée au manifeste de la Majesté de la Grande Bretagne comme Electeur de Bronsvic contre la Suede.

s C’est toujours marqué ainsi. En effet, le présent morceau figure dans les Acta eruditorum de Leipzig, et personne ne prendra à mal que cette expression soit toujours mise à la place du mot “Leipzig”, dont il n’est ici jamais fait mention.

t Voici ce que l’on trouve dans les Acta eruditorum de Leipzig pour l’année 1717e, en août, à la page 360 et suivantes ; puisque Monsieur Wolff y a ajouté quelque chose, il ne sera pas inutile de le traduire ici.
Monsieur de Leibniz a laissé de son histoire du Brunschwig, cette Chronique du Brunschwig [Die Braunschweigische Chronic] (Annales originum Brunsvicensium) [p. 495] jetée sur le papier et qui doit renfermer l’histoire de l’empire d’Occident depuis le commencement du règne de Charlemagne jusqu’à la mort de l’empereur Henri le Saint [Henri II qui régna de 1002 à 1025], donc de 769 après la naissance de notre Sauveur jusque 1025. On doit ainsi y trouver les antiquités saxonnes remontant à la souche des Wittkinds, les événements en haute Allemagne remontant à la souche des Guelfes, et l’histoire des Longobards [les Lombards] remontant à la souche des anciens ducs et margraves de Tuscie [Toscane] et de Ligurie. De tous descendent les ducs de Brunschwig qui ont hérité de leurs terres. Il est donc nécessaire [p. 496] d’expliquer l’histoire de l’empire entier en ces temps-là. Après les entreprises des empereurs de la souche carolingienne, doivent être décrits les événements, tels qu’ils prennent leur origine des précédents, touchant aux cinq empereurs ou rois de l’ancienne Maison de Brunschwig, savoir Henri l’Oiseleur [Henri Ier régna de 919 à 936], les trois Otton [Othon Ier, roi de 937 à 961, puis empereur de 962 à 973 ; Othon II, 974-983 ; Othon III, roi de 984 à 995, puis empereur de 996 à 1002] et Henri le Saint.
Cette chronique doit constituer un traité des plus anciennes circonstances touchant à ces pays, pour autant que l’on puisse les appréhender par des traces naturelles puisque les témoignages des historiens manquent ici ; et l’on y doit également évoquer les mouvements des peuples qui sont venus dans ces contrées. [p. 497] Il faut enfin y joindre un tableau de la généalogie et de la descendance de la Maison des Guelfes ou de Brunschwig jusqu’à notre époque, pris dans les chartes, ainsi qu’une brève relation de l’histoire de toute la Maison et des principales Maisons, savoir celles des Gibelins, des anciens et récents Autrichiens, des Angovices, des Anglais, du Palatinat et de Bavière, relation bien meilleure que celles dont nous disposions jusqu’ici, et dans l’ordre de la descendance. Il faut encore disposer les chartes selon une chronologie adéquate des neuvième et dixième siècles, et même des huitième et onzième [p. 498], ce qui est jusqu’ici demeuré particulièrement enveloppé de ténèbres. Doit encore s’y ajouter un petit traité dont le titre est : Les fleurs répandues sur le tombeau de la papesse [Die auf das Grab der Päbstin gestreuete blumen] (Flores sparsi in tumulum papissae) dans lequel sont réfutées, d’une manière qui éclaire l’histoire de lueurs nouvelles, les affabulations jusqu’ici soutenues par l’obscurité de la chronologie. J’ose dire enfin que rien de tel n’est jusqu’ici paru pour expliquer l’histoire du Moyen Age, dans laquelle tant d’erreurs sont répandues qui [p. 499] touchent à l’empire romain pour l’Allemagne et l’Italie, et qui sont ici mises en pleine lumière. Il y aura deux volumes in-folio qu’agrémenteront des gravures sur cuivre des anciens monuments (monumenten), des chartes (documenten), des sceaux et des monnaies.
Des lettres de Monsieur Eckhardt, qui a succédé à Monsieur de Leibniz dans la charge d’historiographus du Brunschwig, on peut tirer que ce grand homme n’avait, de ce qu’il s’était représenté dans son esprit, jeté sur le papier que le traité de la formation du pays, et que, en revanche, il n’a pas du tout [p. 500] évoqué les mouvements des peuples. Pour ce qui est de l’histoire elle-même, il est allé du commencement du règne de Charlemagne jusque l’an 1005. Nous sommes redevables au zèle de Monsieur Eckhardt des chronologies qui vont jusqu’aux ancêtres du margrave Azon ; il fera également le reste de ce qui manque encore. Il donne aussi à espérer que, dans les années à venir, il portera au jour les deux premiers volumes dans lesquels sont résolues les énigmes les plus difficiles touchant aux descendances et où est expliquée l’origine de toutes les grandes Maisons de l’Europe. Mais il sera à peine possible, dans les cinq années à venir, de livrer le reste [p. 501], de l’an 1025 à Othon, premier duc de Brunschwig et Lunebourg.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Wolff, « La vie de monsieur Gottfried Wilhelm Von Leibniz », Philosophique, 5 | 2002, 5-38.

Référence électronique

Christian Wolff, « La vie de monsieur Gottfried Wilhelm Von Leibniz », Philosophique [En ligne], 5 | 2002, mis en ligne le 06 avril 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://philosophique.revues.org/190 ; DOI : 10.4000/philosophique.190

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page