Navigation – Plan du site

PEUT-ON PARLER D’UNE « FORME RÉPUBLICAINE » ?

Daniel Arnaud

Texte intégral

Introduction

1« République » : le terme est employé dès l’Antiquité, et désigne à l’aube du vingt-et-unième siècle un grand nombre d’États dans le monde. Mais quel rapport pouvons-nous mettre au jour, d’un point de vue philosophique, entre la république des Anciens et celle des Modernes ? Et quel lien pouvons-nous mettre en lumière, d’un point de vue géopolitique, entre des régimes aussi divers que la République française, la République d’Afrique du Sud, la Répu­bli­que islamique d’Iran, la République populaire de Chine, ou encore la Répu­bli­que fédérale du Brésil ? Renvoient-ils à un dénominateur commun dans lequel nous pourrions identifier l’essence même de l’idée républicaine ? Il serait alors envisageable de doter cette dernière d’un fond idéologique, c’est-à-dire d’un contenu qui serait le vecteur d’un certain nombre d’exigences ; lesquelles pourraient être dites spécifiquement « républicaines ». Le concept impli­que­rait un système de valeurs et un programme politique, qu’il s’agirait de définir.

2Il est courant, à cet égard, de rapprocher les termes de « république » et de « démocratie ». Comme le premier désigne le plus souvent un régime re­présentatif, sa proximité sémantique se voit assurer avec le second. Les représentants, en effet, en s’exprimant au nom des représentés, ne font qu’as­surer la démocratie, c’est-à-dire la souveraineté du peuple. C’est bien dans une telle mise en avant de la représentation que les termes de « république » et de « démocratie » semblent converger. Est-ce à dire qu’ils sont syno­ny­mes ? En France, le triptyque « liberté, égalité, fraternité », qui suppose la reconnaissance de droits et de libertés, est en outre présenté comme le socle d’un idéal qualifié indifféremment de « républicain » ou de « démocratique ». Pourtant, il existe des républiques qui ne sont pas démo­cratiques, dans le sens où elles ne garantissent pas certaines libertés indivi­duelles, et, en revan­che, des démocraties qui ne sont nullement dotées d’institutions répu­bli­caines. En Europe, des États qui ont une tradition démocratique plusieurs fois séculaire, tels que le Royaume-Uni, ont de cette manière conservé leur régime monarchique. Aussi apparaît-il nécessaire de se méfier des fausses évidences, et de reconsidérer le vocable « républicain ».

3En interrogeant les conditions d’émergence et de fonctionnement de la matrice républicaine, et leurs effets sur le statut et sur le rôle du citoyen, nous nous efforcerons de déterminer le sens du mot « république ». S’agit-il d’une simple forme de gouvernement qui ne préjuge pas du programme que contient sa mise en œuvre, ou bien plutôt d’un contenu susceptible d’évoluer vers une multiplicité de formes ?

I – Une spécificité française ?

4Il semblerait que le terme de « république », pendant longtemps, n’ait pas, ou plus, fait l’objet d’un problème philosophique déterminé. Les dictionnaires spécialisés, s’ils possèdent une entrée correspondante, ne font que reproduire les définitions habituellement admises, qui sont au nombre de deux : d’abord synonyme d’« État », quel qu’il soit, ensuite « tout État qui n’est pas monar­chique ». Il renverrait dès lors uniquement à une forme de gouver­ne­ment, qu’il permettrait de qualifier.

5Concernant la France, il est notamment employé par l’historien pour nom­mer les périodes au cours desquelles le pays a cessé d’avoir à sa tête un pouvoir héréditaire : la « République », en 1792, a remplacé la Monarchie constitutionnelle, qui avait elle-même succédé à la Monarchie absolue de droit divin. En tant que nom propre, le mot s’écrit cette fois avec une majus­cule. En 1990, c’est dans ce sens-là qu’il figure dans les articles « Deuxième République » et « Troisième République » de l’Encyclopoedia universalis. En revanche, l’encyclopédie en question ne comporte pas d’entrée « Répu­bli­que », en tant que concept cette fois. Tandis que la Guerre froide s’achève – l’année est charnière, entre la chute du mur de Berlin en 1989 et le déman­tè­lement de l’URSS en 1991 –, l’idée républicaine ne semble devoir surgir, ou plutôt resurgir, qu’un peu plus tard, après la fin de la bipolarisation du débat idéologique entre le capitalisme et le communisme. Depuis la Révolution, toute enquête menant sur les traces de l’idée républicaine rencontre du reste, en raison de l’appropriation dont elle fait l’objet, une difficulté d’ordre idéo­lo­gique. « La République », réduite à sa version hexagonale, jouirait d’une exclusivité conceptuelle, avec un contenu allant de soi. Comme si, coupée d’autres traditions, elle s’était auto-engendrée : il s’agirait en somme d’une espèce endémique. La laïcité, par exemple, ferait figure d’étalon permettant de distinguer ce qui serait « républicain » de ce qui ne le serait pas :

« La laïcité est inscrite dans nos traditions. Elle est au cœur de notre identité républicaine. […] », affirme Jacques Chirac lors de son second mandat présidentiel, dans un discours prononcé le 17 décembre 2003.

6En d’autres termes, davantage qu’à une forme de gouvernement ou à un type de régime, l’appellation renverrait ici à un contenu idéologique.

7Il existe pourtant plus d’une centaine de républiques à travers le monde, et nombre d’entre elles ne sont pas laïques, à l’instar de la République islamique d’Iran. La laïcité, par conséquent, ne saurait être admise comme un critère définitif. D’où une matière souvent traitée en vase clos, dont on ne sait plus très bien si les éléments renvoient à un invariant républicain ou à une spécificité française. S’il s’agit d’un fond bien identifié, ou au contraire d’une simple forme parmi tant d’autres.

8Dans le temps médiatique, tel évènement, relevant parfois du fait divers, suffit à dénoncer quelque chose de contraire aux « valeurs républicaines », ou à lancer une initiative en vue de leur promotion. Le 21 avril 2002, Jean-Marie Le Pen accède au second tour de l’élection présidentielle. Or, puisqu’il est le porteur d’un programme rejetant le transfert de la souveraineté nationale vers les institutions européennes, il pourrait être considéré comme un défen­seur de la République. Le troisième article de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qui est aussi le préambule de la Constitution de la Cinquième République, ne stipule-t-il pas que « Le principe de toute souve­raineté réside essentiellement dans la nation. », et que « Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément » ? Pour­tant, le leader du Front national se voit alors stigmatiser comme l’incar­nation d’une idéologie (conception ethniciste de l’identité, contestation de la qualité de « Français » de certains citoyens motivée par l’origine) contredisant les valeurs républicaines, admises comme essentiellement individualistes (con­cep­tion universaliste de l’identité, principe d’égalité des citoyens, sans discri­mi­nation selon une origine vraie ou supposée).

9Une telle stigmatisation débouche sur l’interruption d’un processus démo­cratique (annulation du débat d’entre-deux tours) au nom de valeurs répu­bli­caines. Ces dernières, dans ce contexte, sont davantage associées à la mise en avant de droits individuels qu’à la défense d’un être collectif, que nous l’appe­lions « nation », ou bien « peuple ».

10En 2004, la diffusion du Guide républicain dans les établissements scolaires répond à une série d’incidents violents ayant marqué l’opinion : au cours du premier semestre 2004, 1041 actes à motivation raciste et 235 actes à moti­vation antisémite dans les établissements publics du second degré ont été recensés par le ministère de l’Education nationale. François Fillon, qui en signe la préface en tant que ministre, y affirme sans détours :

« […] il [le présent ouvrage] nous renvoie vers une question essentielle qui se pose à nous : comment concevons-nous notre “vivre ensemble” ?

[…] alors même que nous sortons d’un siècle de fer et de sang, voici que resur­gis­sent certains des démons qui ont fait le malheur du passé : la violence, l’antisé­mi­tisme, le racisme ou encore l’égoïsme identitaire… Autant de phénomènes d’into­lérance auxquels nous devons opposer avec conviction la rigueur et la générosité des valeurs républicaines ».

11Mais le texte, qui se réfère implicitement à la Seconde Guerre mondiale et à la Shoah, ne dit pas en quoi la lutte contre l’intolérance, le racisme ou l’anti­sémitisme serait spécialement l’affaire de la République. Après tout, il est des vainqueurs de 1945, tels que le Royaume-Uni, qui ne sont point républicains. Aussi, pourquoi n’associerions-nous pas tout autant la lutte contre de tels « démons » à la défense des valeurs de la monarchie constitutionnelle ? Ces « valeurs républicaines », qui se voient du reste attribuer une « générosité », que sont-elles au juste ? Relèvent-elles d’un invariant républicain, d’une spéci­fi­cité française, ou d’autre chose ? Si la république, en tant que type de régime, désigne une forme, il semblerait également qu’elle soit dotée en France d’un fond, c’est-à-dire d’un contenu idéologique, politique et programmatique.

12Il serait toutefois envisageable d’en finir avec un tel endémisme, et de refuser le vase clos, en rejoignant une orientation fixée par Jean-Fabien Spitz dans son Moment républicain en France :

« Nous devons ensuite reconstituer la tradition républicaine euro-atlantique de l’âge moderne […] il reste beaucoup à faire pour réinsérer la culture politique de la République française dans ce courant plus vaste et pour contribuer ainsi à sa “dé-singularisation”. À son tour, cette “dé-singularisation” permettrait de corriger quelques incompréhensions majeures […] car, à la lumière de cette tradition plus vaste, il est possible de réinterpréter certains traits de notre culture politique nationale comme des manifestations excessives mais classiques de la tradition républicaine ».

13Tout en nous concentrant sur le cas français, nous n’hésiterons pas, dans une telle optique, à le désingulariser afin de mieux démêler ce qui lui serait propre de ce qu’il partagerait avec d’autres modèles. Un tel exercice d’iden­ti­fication influerait directement sur la question du sens de la république. En abordant l’historiographie traditionnelle avec davantage de prudence, en effet, nous pourrions probablement mettre l’accent sur le fait que des éléments régulièrement admis comme « républicains » le sont à tort, et aller vers des perspectives jusque-là occultées qui, elles, nous permettraient d’isoler une identité républicaine.

14Cette dernière apparaîtrait alors peut-être davantage comme une forme qui ne préjugerait pas d’un contenu à mettre en œuvre.

II – Un vocable « républicain » abusif

15Comme le souligne Claude Nicolet, la France, qui est porteuse d’une longue tradition républicaine, n’a pas seulement connu cinq Républiques.

16Il a également été question des Républiques girondine, montagnarde, op­portuniste, libérale, bourgeoise, ou encore socialiste. La diversité de ces qualifications – diversité dans laquelle il est aisé de se perdre – indique qu’il n’existe pas un « prêt-à-penser » républicain définitif et arrêté une fois pour toutes. Ce qui fait la spécificité de l’histoire républicaine française, à cet égard, plus qu’un contenu précisément déterminé, c’est la confrontation récurrente entre différentes versions de la République. Contrairement aux États-Unis, pays jeune qui n’a pas connu d’autre régime, la France a d’ailleurs édifié la sienne en renversant une monarchie vieille de plusieurs siècles. C’est dès l’ori­gine qu’elle se manifeste dans un cadre conflictuel. Il est en outre courant, depuis la Révolution, d’opposer la république et la démocratie d’une part, et la monarchie et l’Ancien Régime d’autre part. À celles-ci reviendraient la liberté, l’égalité et la fraternité, et à ceux-là la tyrannie, les privilèges et l’absolutisme.

17Pourtant, nous ne saurions nous satisfaire d’une telle dichotomie. Tandis que la tête de Louis XVI tombe, d’autres États réalisent leur transition démo­cratique sans pour autant abattre la personne et la fonction royales. Ils l’avaient même quelquefois réalisée avant que les révolutionnaires n’en récu­pèrent les principes. La démocratie, étymologiquement, renvoie certes à la souveraineté du peuple ; mais elle désigne aussi, plus largement, un régime dans lequel le pouvoir ne peut être concentré en une seule main, et où l’individu se voit garantir certains droits. Or, la monarchie, lorsqu’elle est parlementaire, remplit la première exigence ; et, lorsqu’elle est consti­tu­tion­nelle, également les secondes. Aussi peut-elle déjà représenter une alternative à l’absolutisme, voire assurer plus de liberté qu’une république, comme l’observait déjà Montesquieu :

« Dans la plupart des royaumes de l’Europe, le gouvernement est modéré ; parce que le prince, qui a les deux premiers pouvoirs, laisse à ses sujets l’exercice du troisième. […]

Dans les républiques d’Italie, où ces trois pouvoirs [le législatif, l’exécutif et le judiciaire] sont réunis, la liberté se trouve moins que dans nos monarchies ».

18La démocratie ne nécessite pas la république. Il convient de dissocier les deux régimes, de la même manière que nous ne saurions entretenir l’amal­ga­me entre la monarchie et l’absolutisme. La souveraineté du peuple, la sépa­ra­tion des pouvoirs, ainsi que les droits de l’homme et du citoyen, sont du reste affirmés dès 1789. Ce n’est donc nullement la proclamation de la Première République, en 1792, qui les apporte en France. Dès lors, le vocable français qui tourne autour de l’idée républicaine, et qui la dote d’un fond con­ceptuel qui s’apparente à celui de la matrice démocratique, se révèle-t-il abusif.

19La mise au jour d’un fait républicain souffre probablement d’une difficulté d’ordre historiographique. Même si les travaux qui tendent à réhabiliter cette longue période qui s’étire du cinquième au quinzième siècle existent, il de­meu­re courant de renvoyer le Moyen-Âge à l’obscurité, voire à l’obscu­ran­tisme. La république, à l’instar de la démocratie, apparaîtrait dans une telle optique comme un modèle politique appartenant à l’Antiquité qui, après des siècles de féodalité, émergerait à nouveau à la Renaissance, puis sous une forme moderne, et notamment libérale.

20Le risque, avec cette approche historiographique linéaire, est d’envisager l’histoire des idées sous un angle faussé, spécialement dans le cas français, en amal­gamant tout ce qui appartient au Moyen-Âge avec quelque chose de fon­cièrement « antirépublicain » et, par jeu de miroir, tout ce qui met en cause le caractère républicain d’un État avec un retour à la féodalité (donc à l’arbi­traire du seigneur ou du monarque). Or, si nous admettons au contraire que tout au long de l’époque médiévale coexistent aussi bien des structures féo­dales que des structures qui peuvent être dites « républicaines », telles que les communes, alors nous devons également reconsidérer l’approche que nous pouvons avoir, en particulier du modèle républicain « à la française ». Il est ainsi d’usage d’associer ce dernier à l’unité et à l’indivisibilité de l’État-Nation : la République est « une et indivisible ». Dans la droite ligne de la pensée rousseauiste, cette tradition rejette effectivement toute ébauche de fractionnement comme étant de nature à ruiner l’intérêt collectif. Le délitement de la Cité, qui résulterait de l’action de corps intermédiaires venant brouiller le rapport du citoyen à la communauté politique, aboutirait au retour d’une simple agrégation de territoires assimilable à la résurgence des anciens fiefs.

21En 2000, le projet de décentralisation accrue pour la Corse du gouver­nement Jospin, appelé « Processus de Matignon », est de cette manière vivement critiqué par Jean-Pierre Chevènement, qui démissionne de son poste de ministre de l’Intérieur. Il y voit une atteinte à l’unité et à l’indivisibilité de la République et dénonce, dans un article paru dans Le Monde des débats en 2001, le « néo-féodalisme ». Pourtant, si nous considérons les communes au Moyen Âge, nous nous apercevons que ces petites républiques se sont fréquemment édifiées contre l’extension des grands États seigneuriaux ou royaux. Pour le comprendre, sans doute faut-il en revenir à l’étymologie du mot « république » : res publica, la chose de tous. Elle renverrait à un bien commun, c’est-à-dire à quelque chose qui lierait les membres d’une société politique (nous entendons par là un ensemble d’individus réunis sous le même gouvernement) et qui définirait, au-delà des intérêts particuliers poursuivis par chacun, un intérêt général bénéficiant à un être collectif. Mais sans préjuger ni de la nature de cet intérêt, ni de l’échelle qu’il concernerait.

22La république, qu’il soit question d’un petit territoire ou d’un État plus étendu, suppose la reconnaissance d’un bien commun qui concerne l’ensem­ble de la collectivité. La souveraineté, à cet égard, ne saurait renvoyer au gou­vernement d’un seul, propriétaire de tout ce qui se trouverait sur ses terres, mais s’exerce au nom de tous, unis dans la poursuite d’un but qui transcende l’autorité momentanément exercée par un individu ou un groupe d’individus (les représentants). L’être collectif qui détient légitimement la souveraineté peut alors être appelé « peuple », « nation » (dans le cadre d’un État-Nation), ou « commune » (en particulier dans l’Europe médiévale). Or, au Moyen Age, la commune, justement, se distingue de l’organisation politique et sociale féodale, qui repose sur la mise en avant d’un exercice du pouvoir exclusif et privé, en se dotant d’un système de gouvernement visant non pas la pré­ser­vation d’un intérêt particulier, mais la défense d’une res publica appartenant à la collectivité tout entière. Le suzerain est maître dans son fief, mais la popu­la­tion est souveraine dans sa commune, puisqu’il s’agit d’une ville affranchie que les bourgeois (au sens des habitants du bourg) ont le privilège d’administrer eux-mêmes.

23La république, au bout du compte, consisterait essentiellement dans le gouvernement d’un être collectif par soi-même. Et, dans une telle optique, les républiques sont longtemps nées d’une rupture du monolithisme du domaine du comte, du duc ou du roi. C’est parce que l’indépendance de Dinant gêne son projet de construction d’un vaste État bourguignon allant de Dijon à l’es­tuaire du Rhin que Charles le Téméraire met à sac la ville en 1466. Aussi les concepts d’unité et d’indivisibilité, si chers, depuis 1792, aux plus fervents dé­fenseurs du modèle républicain édifié par les jacobins, s’avère­raient-ils n’être que de beaux restes de l’époque médiévale. Et si la théma­tique de l’unité nationale, par exemple, n’était pas bien plus monarchique que républicaine ?

« […] Elle [la Convention] puisait ainsi dans l’héritage monarchique […], qui rejette le fédéralisme (alors qu’à l’époque la République est assimilée au régime fédéral des États-Unis d’Amérique), un principe qui ne cessera de marquer, jusqu’à aujourd’hui, notre droit et nos Constitutions républicaines. Charles Péguy ne s’y était d’ailleurs pas trompé en illustrant ce paradoxe par sa fameuse comparaison : “La République une et indivisible, c’est notre royaume de France… Rien n’est aussi monarchique et aussi royal, et aussi ancienne France que cette formule” ».

24Dans une telle perspective, encore une fois, le vocable dit « républicain » s’avère abusif. En France, certains faits politiques majeurs sont associés à la république alors qu’ils résultent de l’action des monarques absolus. D’autres, au contraire, sont issus du libéralisme dans sa lutte contre la monarchie absolue de droit divin, mais ne sont pas plus républicains pour autant. Certes, dans le champ médiatique, le mot « libéral » est souvent réduit à sa dimen­sion économique. Il signifierait à la fois la réduction de l’intervention de l’État et la primauté donnée à la libre concurrence. Le libéralisme, cependant, est d’abord politique, et lié aux Lumières dans leur lutte contre l’absolutisme. D’où l’affirmation des libertés fondamentales mentionnées dans les différentes Déclarations des droits au dix-huitième siècle, dont le corollaire est la protection des personnes.

25Les valeurs démocratiques dont se réclament aujourd’hui les défenseurs des « valeurs républicaines », pour la plupart, sont au nombre des conquêtes portées par les libéraux depuis le dix-huitième siècle. Y compris la laïcité, qui est une extension de la liberté de conscience, et qui vise l’émancipation de l’individu des groupes de pressions, notamment des appartenances religieuses. Point de contenu spécifiquement républicain dans un tel héritage politique et idéologique, donc, mais bien plutôt la mise en œuvre du programme de la démocratie libérale, quelle que soit la forme institutionnelle dont elle se dote.

III- Une forme politique avant tout

26Si la décision prise par celui qui exercerait le pouvoir se révélait au bout du compte autre que la volonté collective émise initialement, alors, par définition, le gouvernement de soi-même ne serait pas effectif.

27Aussi la république nécessite-t-elle, pour être opératoire, l’institution d’un processus décisionnel reproduisant du même du début à la fin de la chaîne en vue du bien commun, quel que soit son contenu. Il s’agirait de vérifier qu’il ne soit jamais perdu, et que l’autorité procède toujours de ce que Rousseau appellera la « volonté générale ». Un enjeu absent de l’édifice féodal, où le seigneur ne rend de comptes qu’à lui-même, au suzerain ou à Dieu, mais d’aucune façon à une société politique admise comme la détentrice de l’autorité légitime. Ce qui s’avère remarquable dans un tel édifice, c’est le fait de voir le fief apparenté à une propriété privée : tel territoire appartient à tel seigneur, et peut faire l’objet d’un partage entre les héritiers du suzerain, dans le cadre d’une succession. En d’autres termes, la féodalité nie la chose publi­que (donc la res publica) pour lui préférer un droit héréditaire dans lequel on peut transmettre, et même se partager, une possession comme s’il s’agissait d’un simple bien familial.

28Le partage de Verdun, en 843, illustre le fonctionnement d’un système dans lequel la souveraineté appartient au monarque, et n’intègre nullement la population résidant sur son domaine en tant que collectivité rassemblée autour d’un projet.

29La république, au contraire, revêtirait un aspect démocratique en tant que régime fondé sur la souveraineté populaire, puisque l’action des gouvernants n’y aurait de sens qu’au service des gouvernés. En Corse, par exemple, Bonifacio acquiert le rang de commune au neuvième siècle, avant de devenir colonie génoise au douzième. Elle connaît de cette manière ce que nous pourrions appeler un « moment républicain », jusqu’à ce qu’elle se retrouve sous tutelle étrangère.

30Sambucuccio, au quatorzième siècle, dirige pour sa part des mouvements populaires contre les seigneurs et conduit Gênes à accorder au peuple corse des « statuts » organisant l’administration de l’île. De cette période date la gestion de la vie des villages insulaires par une assemblée générale des habi­tants et un magistrat élu à sa tête : le gonfalonier (ou gonfalonier de justice, c’est-à-dire le chef de certaines républiques italiennes, au Moyen Âge). Ces institutions régissaient principalement l’exploitation des terres communes. La forme républicaine, dans une telle optique, pourrait se rapporter à un proces­sus d’affranchissement. Elle renverrait toujours à la libération d’un état de tutelle, c’est-à-dire dans le fait, pour une collectivité, de s’arracher à un pouvoir lui confisquant sa souveraineté.

31La République française succède de cette manière, après le court inter­mède de la monarchie constitutionnelle, à une organisation sociale d’Ancien Régime dans laquelle, pour reprendre les termes de l’Encyclopédie, le roi était tout, et la nation n’était rien. Il s’agit alors de rompre avec une situation dans laquelle l’exercice de l’autorité relève de l’exclusivité d’un seul en transférant la souveraineté du monarque vers un être collectif que nous nommons « nation », ou « peuple ». Il serait question de s’affranchir d’un pouvoir auto­cratique et héréditaire afin d’établir la souveraineté d’une collectivité pour­suivant un bien commun, ou de la rétablir. Dans le premier cas, la recon­nais­sance de la collectivité comme seule source légitime de l’autorité politique relèverait d’un droit positif. Dans le second, d’un droit naturel. Nous retrou­vons une telle idée d’affranchissement dans la création – ou dans la tentative de création – de plusieurs républiques au cours de l’Histoire.

32La Corse encore, sous l’égide de Pascal Paoli, s’émancipe de la tutelle génoise en 1755. Elle fait l’admiration des philosophes fascinés au dix-huitiè­me siècle par l’expérience paolienne, en particulier Rousseau :

« Il est encore en Europe un pays capable de législation ; c’est l’île de Corse. La valeur et la constance avec laquelle ce brave peuple a su recouvrer et défendre sa liberté mériterait bien que quelque homme sage lui apprît à la conserver. J’ai quelque pressentiment qu’un jour cette petite île étonnera l’Europe ».

33Elle demeure indépendante jusqu’en 1769, date de son « rattachement » au royaume de France après la victoire du corps expéditionnaire de Louis XV sur les troupes paolistes à Ponte-Novo. Paradoxalement, on parle alors du « royaume » de Corse, pour ne pas faire référence à la République de Gênes dont on vient de se libérer. Mais la Constitution de 1755 est sans ambiguïté : elle met en avant, dans une optique républicaine et novatrice, l’idée d’un peuple redevenu maître de lui-même (ce qui suppose que son droit naturel à la souveraineté lui avait été confisqué) :

« La Diète Générale représentant le peuple de Corse, légitimement maître de lui-même, convoquée selon les formes dans la cité de Corte par le Général, les 16, 17 et 18 novembre 1755.

Ayant reconquis sa liberté, voulant donner à son gouvernement une forme durable et permanente, en la transformant en une constitution propre à assurer la félicité de la Nation […] ».

34Les États-Unis par rapport à la couronne britannique en 1776 et le Texas par rapport au Mexique de Santa Anna en 1836 entrent dans un cas de figure similaire.

35L’affranchissement apparaît souvent comme celui qui est réalisé par la population d’un territoire contre une puissance étrangère, occupante ou colo­nisatrice. La République arabe syrienne se voit de cette manière instaurer à la fin du mandat français exercé sur la Syrie, et la plupart des États issus de la décolonisation, que ce soit en Amérique latine au dix-neuvième siècle ou en Afrique et en Asie dans la seconde partie du vingtième siècle, ont pris le titre de « République ».

36Remarquons que s’éclaire ici la distinction entre les termes de « républi­que » et de « démocratie ». La république mise en place après la libération d’un état de tutelle, souvent, n’est pas à proprement parler « démocratique » (ce qui supposerait une souveraineté effective du peuple, des élections libres et la garantie des libertés individuelles). La république ne renvoie donc pas nécessairement à la démocratie, mais bien plutôt à cette idée d’affranchis­sement d’un être collectif, dont l’identité - collective elle aussi – n’inclut pas forcément la prise en considération de l’identité individuelle. L’Union des Républiques socialistes soviétiques (URSS), de 1917 à 1991, suppose l’affranchissement par rapport au Tsar de toutes les Russies mais maintient du reste la négation des libertés individuelles au nom du collectivisme.

37L’exemple de la République d’Afrique du Sud nous permet de prendre d’autant plus de recul par rapport à la tradition républicaine et libérale occi­dentale à laquelle nous sommes habitués. Il révèle effectivement la dicho­to­mie existante entre les perspectives nationaliste et individualiste, qui peuvent pourtant se réclamer l’une comme l’autre de la république. Ainsi, alors que l’apartheid, qui consacre une négation des droits individuels fondamentaux d’une partie de la population, est inauguré dès 1911, et institué depuis 1948, l’Afrique du Sud se constitue en république en 1961 précisément pour s’affranchir du Commonwealth qui n’accepte plus le recours à une telle politique. En d’autres termes, l’instauration de la république consiste alors non seulement dans une émancipation nationale, mais encore dans la volonté, une fois émancipé, de pouvoir poursuivre librement une politique discriminatoire, raciste et antidémocratique (abolie en 1991).

38La perspective nationaliste, ici, ne se distingue pas seulement de la pers­pective individualiste : elle la contredit. Aussi nous semble-t-il un peu réduc­teur d’assimiler la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour de l’élection présidentielle de 2002 à la présence d’un candidat dit « antirépu­blicain ». Il serait plus exact de l’opposer à une tradition républicaine spécifi­quement occidentale, libérale, individualiste et démocratique. Mais, au sens traditionnel du terme, le leader d’extrême-droite pouvait lui aussi se réclamer de la répu­bli­que, sa conception nationaliste visant notamment à s’affranchir de l’Europe en tant qu’instance supranationale.

39La séquence politique du 21 avril ne consistait peut-être au bout du compte-pas tant dans un simple antagonisme entre « républicains » et « antirépublicains » que dans un clivage entre « république individualiste » et « république nationaliste ». Elle révèle à cet égard la diversité des contenus qui peuvent être attribués à la forme républicaine.

40L’existence d’une République islamique d’Iran, d’un point de vue stric­te­ment occidental, ne peut que susciter la perplexité. Ne s’agit-il pas d’une con­tra­diction dans les termes ? Comment une théocratie, régie par la charia, ose-t-elle s’affubler du doux nom de « république » ? Mais, depuis le dix-huitième siècle, seule une tradition républicaine spécifique, qui s’appuie sur les principes libéraux hérités des Lumières, prévoit non seulement la souveraineté de la nation, mais encore l’émancipation de l’individu. Les républiques qui ne s’inscrivent pas dans un tel mouvement, en revanche, tendent à mettre en avant le lien social, quitte à réduire les singularités. La religion (étymologique­ment religare, relier) peut à cet égard très bien apparaître comme un facteur indispensable à la cohésion de la collectivité. C’est en ce sens qu’il faut appré­hender cette république iranienne, dont l’unité et l’identité ont pour ciment le religieux. Elle abolit le régime autocratique du shah (après la révolution de 1979) en attribuant désormais la souveraineté à un corps social dont l’identité collective se voit définir par l’islam. Certes, nous pouvons observer des répu­bliques qui évoluent fort différemment les unes des autres : dans sa version française, elle est laïque ; dans sa version iranienne, en revanche, elle est théo­cratique. Au-delà de leur antagonisme apparent, leur instauration comporte toutefois quelques similitudes. Si la première rejette la mainmise de l’Église sur la société, c’est parce que le clergé se trouve initialement associé au pouvoir de l’aristocratie, aux dépens du tiers-état ; et si la seconde consacre l’autorité de l’ayatollah, c’est en partie parce que l’islam, probablement vécu comme plus proche du sort des plus démunis, contribue au renversement du monarque.

41C’est au bout du compte pour la même raison - établir ou rétablir le bien commun, propriété légitime d’une collectivité - que la France réduit l’influence du religieux tandis que l’Iran la met en avant en créant lui aussi sa république. La république, par conséquent, doit être considérée comme une forme de gouvernement avant tout, sans que cette forme ne préjuge d’un contenu politique qui pourrait lui être associé.

Conclusion

42En France, la république est si fortement associée à la démocratie pour forger l’identité de la nation que son invocation donne à penser qu’il n’en existerait qu’un modèle, porteur d’un contenu déterminé. À l’instar du mot « citoyenneté », le terme est, de manière récurrente, convoqué dans l’espace médiatique comme s’il permettait de répondre à toutes les interrogations du temps présent. Il impliquerait la défense de valeurs qui lui seraient con­substantielles, telles que la liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité, ou encore la lutte « contre l’intolérance et le racisme ». Le lexique « républicain » suppo­serait ainsi l’existence d’un fond idéologique, assimilable à un programme politique à mettre en œuvre. Dans le cadre de cette réflexion, au contraire, nous avons pris le parti de nous méfier des fausses évidences.

43Il nous a donc fallu prendre de la distance par rapport aux présupposés qui, en nous incitant à amalgamer la république avec ce qui n’est pas forcément républicain, auraient pu biaiser le cheminement. Aussi n’avons-nous pas cherché à l’appréhender selon les normes habituellement admises dans le cadre du débat hexagonal. Nous nous sommes plutôt efforcés de démystifier le discours dominant en désingularisant le modèle français. Nous avons montré, en effet, que ses principaux attributs ne sont en réalité que des émanations d’une vaste tradition occidentale. Cette dernière puise aux sources de l’humanisme et des Lumières pour produire la démocratie libérale, et n’est pas spécifiquement républicaine. Des monarchies constitutionnelles, telles que le Royaume-Uni, partagent son idéal.

44Nous avons dès lors qualifié de « république » un être collectif indé­pen­dant et se gouvernant soi-même, éventuellement au moyen d’une repré­sen­tation, sans préjuger de la nature du lien unissant ses membres. Si la France, en raison de sa tradition laïque, ne fonde pas ce dernier sur le sentiment reli­gieux, nous avons vu que d’autres républiques y avaient au contraire recours, par exemple l’Iran. De la même façon, nous avons vu que des États se pré­sentaient eux aussi comme des républiques, dans le sens où ils avaient acquis leur indépendance nationale, sans pour autant inclure dans leur gouvernance la reconnaissance des droits et des libertés chers à la démocratie libérale.

45Pour toutes ces raisons, il nous paraît au bout du compte nécessaire de rendre à César ce qui est à César, à la république ce qui appartient à la répu­blique, et à la démocratie libérale ce qui relève de la seule démocratie libérale. La république, définie de manière classique comme « tout régime qui n’est pas monarchique », désigne uniquement une forme de gouvernement, sans qu’il soit possible de lui associer un programme politique au contenu dé­terminé. C’est pourquoi, au lieu d’entretenir un vocable républicain qui s’avère excessif, il nous semble plus juste de parler d’une « forme républicaine ».

Haut de page

Bibliographie

Démocratie (ouvrage collectif sous la direction de Robert Darnton et Olivier Duhamel). Paris, Editions du Rocher, 1998.

Arnaud (Daniel). La République a-t-elle encore un sens ?. L’Harmattan, 2011.

Audier (Serge). Les Théories de la République. Paris, La Découverte, 2004.

Nicolet (Claude). L’Idée républicaine en France (1789-1924). Paris, Gallimard, 1994.

Rosanvallon (Pierre). L’État en France de 1789 à nos jours. Paris, Seuil, 1990.

Schnapper (Dominique). Qu’est-ce que la citoyenneté ?. Paris, Gallimard, 2000.

Saint-Victor (Jacques de). Les Racines de la liberté : le débat français oublié, 1689-1789. Paris, Perrin, 2007.

Spitz (Jean-Fabien). Le Moment républicain en France. Paris, Gallimard, 2005.

Tenzer (Nicolas). La République. Paris, PUF, 1993.

Winock (Michel). La France politique, XIXe-XXe siècle. Paris, Seuil, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Arnaud, « PEUT-ON PARLER D’UNE « FORME RÉPUBLICAINE » ?
 », Philosophique [En ligne], 16 | 2013, mis en ligne le 09 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://philosophique.revues.org/816 ; DOI : 10.4000/philosophique.816

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page