Navigation – Plan du site

Heidegger, aujourd’hui
Éléments pour un dossier (mars/sept. 2014)

Jean-Pierre COTTEN

Texte intégral

1. À propos des cahiers noirs (Schwarze Hefte)1 – mars 2014

  • 1 Texte d'un article, primitivement prévu pour L'Humanité, rédigé juste après la parution des Cahiers (...)

1Poser la question Heidegger, aujourd’hui ? est tout à fait légitime.

2Mais y répondre en quelques feuillets exige certaines précautions.

3Heidegger était né en 1889 et il est mort en 1976.

4Depuis lors, nombre de textes de l’auteur inédits ont paru dans une édi­tion, voulue par Heidegger, dont les principes ont donné lieu à controverse. La traduction de ses écrits, en particulier en France, ne rencontre pas un consensus de par la nature de la langue de Heidegger et des conditions dans lesquelles ont été élaborées ces traductions. Enfin, la bibliographie heidegge­rienne au plan international a pris une telle ampleur qu’il est difficile, même pour le spécialiste, d’en prendre la mesure.

5Tout ceci pour resituer à leur exacte place les polémiques qui accompa­gnent, depuis au moins décembre 2013, l’annonce de la publication de trois volumes chez Klostermann de « Cahiers noirs », de Schwarze Hefte.

6Il s’agit, tout simplement, de cahiers de couverture noire dont la rédaction s’étale sur la période 1931-1970. Ce qui est actuellement publié s’arrête aux années de guerre, en 1941. On y lira des notations, parfois étendues, mais nullement systématiques, dont la teneur philosophique est de même nature que celle que Heidegger développa dans les fameuses « Contributions à la philosophie. De l’événement » (Beiträge zur Philosophie (Vom Ereignis)) à partir de 1936, publiées en 1989 et récemment traduites de façon problématique (2013). Quels sont les concepts-clés (Heidegger n’aimerait guère ce lan­gage) ? Wahrheit des Seyns (vérité de l’être/estre, « traduction » proposée dans le Dictionnaire Martin Heidegger) ; Ereignis (événement) ; Machenschaft (« domination manipulatrice du réel », trad. Nicolas Tertulian) ; der andere Anfang (l’autre commencement). Mais ces notes, dans nombre de passages, réinterprètent des événements de l’histoire contemporaine, avant et aussi pendant la 2ème guerre mondiale, en usant de cette conceptualisation philoso­phique. Ce qui est au cœur du débat actuel.

7Peut-on sans trop la trahir donner une idée de la « problématique » de Heidegger ? D’une problématique dont nous pouvons, maintenant, suivre les étapes de sa formation depuis les premiers textes d’avant les années 1920, jusqu’ à sa « cristallisation » dans Être et temps (Sein und Zeit, 1927), puis dans ses transformations/ métamorphoses au cours des années trente et au-delà, jusqu’ aux textes des années 1960, tels Temps et être (Zeit und Sein, 1962, paru en 1968). Bien d’autres publications suivront après cette date mais, pour l’essentiel, à part quelques courts textes qui ne modifient pas l‘état de la pensée de l‘auteur, il s’agit d’ inédits composés souvent bien avant (ainsi, dans l’édition donnée pour complète qui paraît à partir de 1976).

8Cette conception ne fait qu’une avec ce que l’on pourrait appeler une histoire spéculative du destin de l’ « Occident » (comme le fait très souvent Heidegger lui-même, usons de guillemets pour signaler que nous ne faisons pas nôtre cette notion) : une histoire de la vérité entendue comme l’histoire du « dévoilement » par celui qui pose la « question de l’être (Seinsfrage) ». Non pas l’homme mais le Dasein (mot peut-être intraduisible) en l’homme, porteur de cette question et non pas maître et possesseur de cette « vérité de l’être ». Se déploie, à partir des années trente, une « histoire » bien parti­culière, qui commence par un recouvrement de l’ouverture à une vérité inséparable d‘une dissimulation (alètheia), sous la forme de la recherche d’une justesse, de la pleine présence de ce qui est vrai jusqu’à cette ultime étape où tout devient fonds dont on peut, on veut s’assurer : « Le dévoilement qui régit la technique moderne est une pro-vocation (Herausfordern) par laquelle la nature est mise en demeure de livrer une énergie qui puisse comme telle être extraite (herausgefördet) et accumulée », La question de la technique (1953). Ce « dévoilement pro-vocant », Heidegger le nomme, alors, Ge-stell , que les traducteurs français ont, d’abord, rendu par « arraisonnement ».

9Peut-il y avoir un point de contact entre cette méta-histoire spéculative et l’histoire tout empirique des États-nations européens, au XXème siècle, en parti­culier à l’époque des fascismes, italien et surtout hitlérien ?

10Certes, en 1953, « la guerre a eu lieu », titre d‘un célèbre éditorial des jeunes Temps modernes (juin 1945), mais dans son cours Qu‘appelle-t-on penser ? (1951-52) Heidegger déclare encore qu‘elle « n‘a rien décidé ».

11Quelques parutions récentes, en France, peuvent être l’occasion, sinon de fournir une réponse claire et définitive, du moins de pointer les enjeux dans un domaine où beaucoup reste encore à faire.

12En particulier, Heidegger, le sol, la communauté, la race (sous la direction d’Emmanuel Faye, Paris, Beauchesne, 2014, coll. « Le grenier à sel », 373 p.).

13Pour mesurer l’intérêt voire, éventuellement, l’importance de ce recueil, mieux vaut d’abord choisir au moins quatre repères : 1987, la parution de l’ouvrage de Victor Farias, Heidegger et le nazisme ; 2005, la première édition de celui d’Emmanuel Faye, L‘introduction du nazisme dans la philosophie, Autour des séminaires inédits de 1933-1935 ; 2013, la publication du Dictionnaire Martin Heidegger, aux Éditions du Cerf. Enfin, février-mars 2014 : c’est la date de la sortie chez Klostermann, l’éditeur des « Œuvres complètes » de Heidegger, d’environ 1200 pages de Cahiers noirs (Schwarze Hefte).

14L’ouvrage de Farias relançait un débat, largement entamé, même avant la deuxième guerre mondiale, sur les implications politiques de la pensée de Heidegger. Celui d’Emmanuel Faye, à la faveur de la production de nouveaux documents et de nouveaux textes, soutenait que la pensée de Heidegger serait intrinsèquement nazie et profondément antisémite. Le Dictionnaire Martin Heidegger sépare nettement l’œuvre de Heidegger de son embardée politique, limitée à la période du rectorat de l’université de Fribourg (21 avril 1933-février 1934). Quant aux Cahiers noirs, nous ne disposions que d’infor­mations parcellaires à confirmer ou infirmer, maintenant, par la lecture suivie des trois volumes (numérotés de 94 à 96) dont la publication a été achevée en mars 2014 (d‘autres volumes sont annoncés).

15Deux – voire trois – textes étaient déjà connus, concernant ce que Heidegger a dit des juifs.

16Une lettre (publiée en 2005) de Martin Heidegger à Elfride, sa future femme du 18 octobre 1916 que même le Dictionnaire Martin Heidegger n’écarte pas, mais en en proposant une interprétation a minima : concession à un anti-judaïsme ambiant dans l’Allemagne du temps (p. 89).

17Un passage de l’Autobiographie philosophique de Jaspers, rapportant une conversation qui aurait eu lieu en mai 1933 (« il y a pourtant des liaisons internationales dangereuses entre les juifs [Er gibt doch eine gefährliche interna­tionale Verbindung der Juden] », éd. de 1977, p. 101). Certains se contenteront de parler de la reprise par Heidegger de rumeurs, de racontars propagés à partir des Protocoles des sages de Sion.

18On pourrait y ajouter, encore, une lettre à Viktor Schwoerer, de 1929 (en ce sens, Faye, 2014, p. 315).

19Mais ce qui est nouveau, même par rapport aux textes cités par Emmanuel Faye en 2005, ce sont des passages des Cahiers noirs, restés inédits voire secrets, mais que Heidegger n’a pas supprimés ou réécrits, et dont il prévoyait la publication de manière posthume. Ces passages inscrivent, si l’on peut dire, la représentation que Heidegger se fait des juifs dans une concep­tion de ce qu’il nomme l’histoire de l’être jusqu’à cette phase finale de la Machenschaft (manipulation dominatrice du réel), appelée plus tard celle du Ge-stell (arraisonnement, dis-positif).

  • 2 Le Weltjudentum, pour reprendre un mot qu’utilise Heidegger, dans l’édition toute récente de ces Ca (...)
  • 3 « Historial » ou historique, parfois nommé bolchevisme, voir l’article « communisme » dans le Dicti (...)

20Le « judaïsme mondial »2, serait une sorte d’instrument de la réalisation de cette Machenschaft, tout comme le communisme3. Il présente ce dernier en ces termes : « Le premier pas, et le pas décisif, vers la mécanisation absolue de l‘espèce humaine, a été accompli par la socialisme soviétique » (Bd. 96, cahier XV, p. 7), avant d’ajouter, juste un peu après : « Le pouvoir des soviets est, selon l’expression utilisée par Lénine, « le socialisme plus l’électri­fi­cation » » (p. 7, la formule est reprise plus d’une fois). Et, dans un court passage du cahier XIV, Heidegger écrit que la Russie est passée du « despotisme du féodalisme » au « despotisme sous la forme du bolche­visme » après avoir connu six mois le gouvernement Kerenski, participant du « monde « démocratique » », les guillemets sont dans le texte de Heidegger (p. 6). Cela, on ne pouvait pas le lire avant les Cahiers.

  • 4 Dans le recueil édité par E. Faye on se réfèrera, d’une part, à l’analyse de deux cours de l’époque (...)

21Et l’on arrive, ici, à un point décisif : Heidegger, après avoir placé ses espoirs dans l’Aufbruch (rupture, sursaut, nouveau départ) que constituerait l’arrivée au pouvoir des nationaux-socialistes, va, progressivement, non pas s’en séparer clairement et décisivement4 mais opposer à un national-socia­lisme finalement prisonnier de cette Machenschaft, une sorte de national-socialisme « idéal » qui, seul, correspondrait à ce qui permettrait au « peuple métaphysique », le peuple allemand, d’être à la hauteur de son destin, de trouver/retrouver son identité, en excluant de soi (mais comment ? avec quelles conséquences ?) tous ses ennemis de l’intérieur, dont, à cette époque, les juifs font, semble-t-il, partie (eux qui seraient « sans monde (weltlos) » : cosmopolites, déracinés et apatrides, selon une expression des Cahiers que commente Faye, p. 311), ce point est évidemment à confirmer par une lecture attentive des volumes 2 et 3 des Cahiers.

22Une confrontation de deux rédactions manuscrites de la conférence de 1938 et du texte finalement publié en 1950 pourrait même conduire à esti­mer que cette présentation, somme toute déjà classique, est apologétique, s’il apparaît qu’à cette date l’accent est encore mis sur « une description positive de la réalité allemande et donc du mouvement national-socialiste » (Sidonie Kellerer, p. 112).

23Une étude précise de vocabulaire serait, ici, nécessaire pour repérer, dans la douzaine de passages déjà isolés, les qualificatifs attribués aux juifs : Bodenlosigkeit (absence de sol), par ex., Bd.95, VIII, 9, Weltlosigkeit (absence de monde), Bd. 95, VIII, 9, Rechenfähigkeit (aptitude au calcul), Bd.96, XII, 67. Quali­ficatifs qui, il est vrai, demandent, ensuite, à être interprétés et recontextuali­sés.

  • 5 Ouvrage, maintenant, traduit, en septembre 2014, aux Editions du Seuil, sous le titre affadissant H (...)

24Peter Trawny, l’éditeur de ces Cahiers noirs, a publié, en même temps, un petit ouvrage qui mérite une lecture attentive et critique, Heidegger und der Mythos der jüdischen Weltverschwörung (Heidegger et le mythe de la conspira­tion mondiale juive)5. Il suggère que la question de la race, du racisme de Heidegger réfère à plusieurs registres, mais tous renvoient à la figure « historiale » de la Machenschaft. Ainsi, l’interprétation « historiale », à la lumière de sa conception de la « domination manipulatrice du réel », d’imputations banalement antisémites, - le juif trafiquant devient la figure « historiale » de l’aptitude à compter, à calculer (p. 33 sq.). Cela dit, si le judaïsme, toujours sous l’empire de l’omniprésente Machenschaft, est comme la première figure de l’ organisation de la vie sous forme d’une race, les choses ne sont pas d‘une totale clarté, - loin s’en faut : si la « race » n’est assurément pas un concept pseudo-biologique, pour Heidegger, il écrit par ailleurs que celle-ci est « une condition nécessaire (…) du Dasein historique (être-jeté) (Geworfenheit) », GA, Bd.94, III, p. 127. Une condition et non pas la condition unique et comme portée à l’absolu, -tout est dans la nuance.

25Trawny, à ce sujet, évoque le parallèle que l'on peut établir entre certaines formules de Heidegger et des phrases que l'on trouve dans ce qui va consti­tuer une, sinon la « bible » de l'antisémitisme, à savoir les « Protocoles des Sages de Sion » (p. 45 et sq.). Protocoles qui ont été abondamment utilisés par Hitler (en ce sens, par ex., p. 47). Il esquisse, par ailleurs, une interpréta­tion - que l'on pourrait bien dire raciale/raciste - de la deuxième guerre mondiale selon Heidegger, comme d’une concurrence, allant jusqu'à l'affron­tement, entre le « judaïsme mondial » et le national-socialisme (p. 47). Ce dernier est distingué, en un sens, mais en un sens seulement, du peuple allemand, pensé comme « peuple métaphysique » porteur d'un « destin » à lui confié par le « commencement grec », tel qu'il l'interprète.

26Cela dit, ce ne serait qu’ après la deuxième guerre mondiale que s‘épa­nouirait, si l‘on peut ainsi s’exprimer, une relecture de l’histoire mondiale, du point de vue de cette Machenschaft, devenant l’ère de la « technique planétaire », où la figure du juif « sans patrie » s’efface (complètement ?) devant celle de l’américanisme/« libéralisme »/technicisme qui, du point de vue de l’histoire de l’être (donc de l’époque - actuelle - du nihilisme), ne vaut pas mieux que le communisme. D’où la reprise, dans le cours de 1951-52 : la deuxième guerre mondiale n’a rien décidé, d’où le texte datant de 1949- scandaleux mais « logique » - assimilant l’agriculture mécanisée et la sinistre industrie de la mort dans les camps de concentration nazis.

27Mais, en réalité, cette « géopolitique » est présente dans les Cahiers dès les années de guerre, par ex., Bd. 96, cahier XV, 1941, p. 7 et sq., p. 15 et sq., et les deux dernières pages, p. 41-42, où il est question des russes, de la Russie et du communisme.

28Il n’y aurait donc jamais eu le moindre regret exprimé par Heidegger : tout au plus, il a commis une « grosse bêtise » (grosse Dummheit) en plaçant ses espoirs dans ce qui, finalement, allait, jusqu’au délire criminel, accomplir plei­nement l’errance propre à cette ultime époque de l’histoire de l’être, pensée comme l’histoire même de ce qu’il nomme « l’Occident ».

29Les Cahiers peuvent, ainsi, apporter de nouveaux matériaux d’un grand prix.

30Et se pose, avec de nouveaux éléments, la question décisive : faut-il tout rabattre sur un seul plan ? L’œuvre de Heidegger ne serait alors que l’idéologie nazie profondément antisémite, masquée sous des atours des plus sophistiqués, -c’est, au total, la thèse de Faye et des contributeurs au recueil récemment paru (par ex. : « l‘antisémitisme prétendument « historial » » de l‘auteur des Cahiers noirs transpose dans l‘être ce qui, chez Hitler ou Rosenberg, s‘inscrit dans l‘histoire », p. 317). L’étude de François Rastier mé­riterait, cependant, une mention à part (« une lecture exclusivement politique serait sans doute réductrice ; une lecture seulement théologique le serait également », p. 288) : les trois « domaines sémantiques » , « le discours de l’ontologie philosophique, celui du mythe identitaire et celui du radicalisme politique » seraient « entrelacés », p. 288-89.

31À ce propos, Faye, qui ne voit de « recherche approfondie et méthodi­que » (p. 70) sur ce thème, dans la littérature de langue française, que dans les travaux de Nicolas Tertulian, conclut ses remarques par une formule : « mais il ne se risque pas à interroger jusqu’au bout son rapport hautement problématique à la philosophie », note 2, p. 70. Il s’agit de deux thèses diffé­rentes, au plan théorique. On se reportera, par exemple, à l’article de Tertulian paru dans L’Humanité du 28 avril 2005 (accessible en ligne), compte rendu du livre de Faye : qu’il y ait, chez Heidegger, en effet, un « rapport hautement problématique à la philosophie », c’est l’évidence même, mais la position de Faye est, sur ce sujet, une position théorique, et ce n’est pas la seule possible.

32Quelle que soit l’importance et la nouveauté des éléments factuels et textuels apportés par les Cahiers noirs, ne disparaît pas nécessairement la question de la philosophie chez Heidegger, plus que celle de la philosophie de Heidegger.

33Pour choisir deux références dans les écrits de Marx et d’Engels, Marx et Engels ne retiennent rien - ou presque - des épigones de Hegel, dans l’Idéo­logie allemande, à l’époque où ils développent une conception de l’idéo­logie-reflet. En revanche, lorsque Engels rédige sa brochure sur Feuerbach, il se propose de démêler, chez Hegel, ce qui comporte un contenu théorique qui peut, sous certaines conditions, être assimilé et ce qui témoi­gne, directement, du « philistinisme » de Hegel. Toutes choses différentes par ailleurs, mais le travail est en grande partie à accomplir, il y aurait lieu de faire le départ, chez Heidegger, entre ce qui, disons, réfère au court ou au moyen terme (sa « géopolitique » spéculative, ses dérapages effectivement racistes) et ce qui réfère, ne serait-ce qu’indirectement, dans une spéculation qui n’a aucun rap­port avec quelque matérialisme que ce soit, à une crise d’ensemble de la for­mation sociale jusque dans ses assises anthropologiques (la « finalité » d‘une formation sociale capitaliste n‘est, faut-il le rappeler, nullement la satis­faction des besoins des hommes). Par exemple, la crise des conceptions clas­siques du politique, de l’humanisme des Lumières, du « sujet », d’un progrès porté par un développement linéaire des « forces productives », d’un pro­méthéisme à courte vue qui ne réinscrit pas les sociétés humaines, sinon dans une my­thique « nature », du moins dans ce qu’un concept épicurien profon­dément matérialiste nomme le « tout » (qui n’est pas, justement, une tota­lité).

34En regard de cette crise globale, fruit, pour lui, de la domination planétaire du Ge-stell, Heidegger ne dessine que la figure, aussi insistante qu’indé­ter­minée, d’un autre commencement. Ceci dans un langage spéculatif, dans celui d’une interprétation du monde.

35Et cela nous incite à envisager la possibilité - il est vrai partiellement indé­terminée, aujourd’hui - d’une réponse pratique à cette crise globale, tout autrement analysée bien évidemment. Pour dire les choses, très simplement : à l’actualité (ou à l’inactualité) du communisme, ici et maintenant.

36Cela dit, qu’il n’y ait pas, qu’il n’y ait plus lieu de sous-estimer la présence du national-socialisme jusque dans son œuvre, selon des formes diverses qu’il faut continuer d’analyser et d’étudier avec précision et minutie : remplisse­ment de concepts par une réalité historique bien déterminée (par ex., du Volk du § 74 de Sein und Zeit au Volk dans les textes de l‘époque du Rectorat, voire au-delà), torsion ou déformation de concepts pour qu‘ils s‘adaptent à l‘histoire réelle telle que vécue et interprétée par Heidegger, brutale « trans­cription », même, de slogans idéologico-politiques dans un langage spéculatif : la « géopolitique » heideggerienne exprimée avec le langage de l‘ « histoire de l‘être », - assurément !

2. Addendum (mai 2014) :

37Dans un article paru dans le numéro de mai de Philosophie magazine, « Heidegger, l’être-pour-le-Reich », on trouvera, insérée dans le texte, la traduction, très instructive, de passages que Peter Trawny avait reproduits, en totalité ou partiellement, dans le troisième partie de son essai paru en 2014, « Modèles de l’antisémitisme historial », aux pages 31, 32, 34, 49, 51 et 52. Il en proposait un commentaire précis et étendu, pour les trois textes republiés aux pages 31 à 33 (le troisième texte n’est, ici, ni traduit ni commenté, il y est question de l‘Angleterre et de l‘américanisme).

38On peut faire quelques brèves remarques sur la traduction : rendre Weltlosigkeit par « acosmisme » n’est pas de plus parlants, pourquoi ne pas parler d’absence de monde (p. 59) ? Rendre Rassenprinzip par « principe de la race » n’est guère éclairant : mieux vaut parler de « principe racial », s’il est vrai que Heidegger accorde une place qui fait question, mais une place tout de même à la notion de race (la suite du texte mériterait d’être traduite, pour pré­ciser la teneur du contexte), p. 59. Traduire « die aus Deutschland hinaus­gelassenen Emigranten » par « les émigrants qu‘on a laissé sortir d‘Allemagne » n’est peut-être pas la meilleure manière de rendre ce qu’a de problématique l’usage, à cet instant, du mot « hinausgelassenen » (cf. les re­marques de P. Trawny, op. cit., p. 49-50). La traduction de Machenschaft, - ici « machenschaftliche » est rendu par « industrieuse »-, me semble manquer ce que rend la traduction de Nicolas Tertulian, lorsqu’il parle de « domination manipulatrice du réel » (Heidegger utilise le substantif Machenschaft juste après). « Grund » : origine ou, plutôt, fondement (p. 65) ? De même, traduire « in ihrer neuzeitlichen Entfaltung » par « dans son déploiement moderne » me semble insuffisamment spécifique : mieux vaudrait parler de « son dé­ploie­ment à l’époque des Temps modernes ». Enfin, pour le dernier passage traduit, quelques courtes remarques : Heidegger met entre guillemets le mot « Angriff », rendu par attaque (c’est une stratégie dont Heidegger est coutu­mier que de mettre entre guillemets les mots dont il ne reprend pas la signifi­cation courante à son compte). Dans la suite du texte, Heidegger utilise le même mot, mais sans guillemets. Encore une fois, traduire « Machenschaft » par « fabrication technique » me paraît peu satisfaisant, eu égard à la charge que comporte ce mot dans la rhétorique heideggerienne. Dans la dernière phrase traduite, il semble qu’il y ait une coquille (le traducteur n’est proba­blement pas ici responsable) : il ne faut pas lire « suprême décision contre » mais « suprême décision entre » : zwischen, autrement la phrase n’est plus compréhensible. Enfin, il convient de respecter la graphie « Seyn » et non plus « Sein », sans nécessairement reprendre la traduction des émules de François Fédier, à savoir « estre ».

  • 6 Des indications, depuis lors, plus précises dans une communication faite par P. Trawny le 3 mai 201 (...)

39Il est évident que l’élément le plus nouveau - et le plus inquiétant - c ‘est ce que dit l’éditeur des Cahiers noirs concernant un passage d’un Cahier non encore paru (donc, au plus tôt, courant 1941, ou plus avant pendant la guerre) : « le « judaïsme mondial » s’était efforcé pendant douze ans de détruire l’Allemagne - et y serait finalement parvenu »6. De telles phrases nécessiteraient une appréciation beaucoup plus sévère sur la nature et la portée de l’antisémitisme de Heidegger.

3. Géopolitique heideggerienne dans le Cahier XV7 : juin 2014

  • 7 Quelques indications sur cette « géopolitique » dans l'article de P. Trawny paru , depuis, dans Esp (...)

40Heidegger, GA, Bd.96, cahier XV (1941), indication de la page dans l’édition, indication, ensuite, de la page dans le cahier tel que publié dans cette édition.

41Sowietische Sozialismus, 256-7 : « Den ersten und entscheidenden Schritt zur unbedingten Motorisierung des Menschentums hat der sowjetische Sozia­lismus vollzogen (Le premier pas, et le pas décisif, vers la mécanisation abso­lue de l‘espèce humaine, a été accompli par la socialisme soviétique) » ; Lenin, 257-7 : « Sowjetmacht ist nach Lenins Wort : « Socialismus + Electrifizie­rung » » (Le pouvoir des soviets est, selon l’expression utilisée par Lénine, « le socialisme plus l’électrification » » ; Bolschewismus, 267-26.

42Russentum, 257-9 Russland, 276-41 Russen, 276-41 : « Sowohl der Kommunismus (als unbedingter Marxismus genommen) als auch die moderne Technik sind durch und durch europaïsch-westlich. Beides sind nur Instru­mente des Russentums und nicht dieses selbst (Le communisme (entendu comme le marxisme absolu) tout aussi bien que la technique moderne sont de part et part /entièrement européens/ situés’ à l‘ouest‘. Tous deux ne sont que des instruments au service de la russéité et non pas celle-ci elle-même) ».

Deutschland, Deutsche, 262-18, 263-20, 275-39.

43Amerika, Amerikanismus, 257-8, 9 : « Der Amerikanismus ist die historisch feststellbare Erscheinung der unbedingten Verendung der Neuzeit in die Verwüstung (L‘américanisme est la manifestation historiquement constatable de la mort/décomposition complète des temps modernes dans la dévasta­tion », 258-10, 259-12, 260-13, 266-23, 24 : « Der eigentliche Schrittmacher der Einheit von Planetarismus und Idiotismus, aber auch ihr eigentlich gemäs­ser Erbe, ist der Amerikanismus (L‘authentique pionnier de l‘unité de la mon­dialisation et de l‘idiotisme/particularisme, mais aussi l’héritier qui lui convient véritablement, c‘est l‘américanisme) », 268-28 : « Der Sieg der unbedingten « Abstraktion », des Absehens vom Wesen des Seyns, ist der Amerikanismus (La victoire de l‘’abstraction’ absolue , du renoncement à l‘essence de l‘’estre‘ [ !  !], c‘est l‘américanisme », 269-29, 272-34.

44Amerikanische Anthropologismus, 267-26 Pragmatismus, amerikanische Pragmatismus, 268-28 : tous les paragraphes 2 et 3 de la p. 28 ; Überamerika­nismus, 270-31 : « Die Zukunft des Abendslandes im Zeitalter der Vollendung der Neuzeit : ein preussisch gestraffter unbedingter Überamerikanismus (Le destin de l’Occident à l’époque de l’accomplissement des temps modernes : un ultra-américanisme absolu tendu/raidi à la prussienne) », 275-39 : « Durch Überamerikanisierung werden wir Amerika und die « angelsäschsiche Welt » niemals überwinden, sondern nur an ihr zugrunde gehen (Par l‘ultra-américa­nisation nous ne dépasserons nullement l‘Amérique et le « monde anglo-saxon », mais nous ne ferons que disparaître en/avec lui) ».

45England, 258-10 : « Die Bedientenrolle innerhalb dieser Verwüstung hat das « Herrenvolk » der Engländer übernommen. Die metaphysische Nichtig­keit ihrer Geschichte kommt jetzt an den Tag (La « race dominante » des anglais a assumé le rôle de pilote dans le cadre de cette dévastation. La nullité métaphysique de leur histoire vient maintenant au jour) » ; englische Christentum, 262-18.

Japan, Amerika, Europa, 261-15

46Géopolitique après trois années de guerre (1941), 261-62 -16, 17 [« Am Beginn des dritten Jahres des planetarischen Krieges (au début de la troisième année de la guerre qui s’est étendue à l’ensemble de la planète) », 259-15].

Weltjudentum, 262-17 : tout le point 9

« Liberalismus », 271-33

Europa-Abendland, 274-37, 38

4. Post-scriptum (13 septembre 2014) :

47Ces trois textes ont été écrits avant la parution de la traduction de l'ouvrage de Peter Trawny, en septembre 2014, aux Editions du Seuil, sous le titre Heidegger et l'antisémitisme (titre qui atté­nue singulièrement la teneur du titre de l'édition originale). Cette traduction a pris pour base la deuxième édition de ce livre, qui comporte l'ajout d'un chapitre, Heidegger et Husserl, avec une préface inédite de l'auteur pour cette édition française.

48Pour le reste, le texte est sans changement notable.

  • 8 Voir en ce sens la note du traducteur de la communication de P. Trawny parue dans Esprit, p. 133 qu (...)

49Les traducteurs, Julia Christ et Jean-Claude Monod, ont inséré un avant-propos pour justifier leur traduction du terme Weltjudentum par « juiverie mondiale » (peut-être eût-il mieux valu mettre l'accent sur ceci que Judentum, c'est à la fois « judaïsme » et « juiverie », donc sur une nécessaire et redou­table équivocité)8. Pour le reste, les critiques que je formulais à propos des traductions contenues dans l'article de Philosophie magazine tombent puisque nos traducteurs rendent Machenschaft par « manipulation » (l'expression complète utilisée par Nicolas Tertulian me semble toujours préférable) et Rassendenken par pensée raciale (ce qui est plus fort que pensée de la race), la coquille, touchant la traduction de zwischen, ne subsiste plus, sur quelques autres points, plus mineurs, les choix contestables du traducteur de passages de Heidegger pour Philosophie magazine ne sont nullement repris (voir par ex. la traduction du premier texte choisi par Trawny, trad. fr., p. 52, dans l'éd. originale, 1ère éd., p. 32). Par ailleurs, on peut, légitimement, ne pas utiliser « historial » pour rendre l'expression « seinsgeschichtlich », et faire choix de la formule « inscrit dans l'histoire de l'être ».

50Les papiers, rédigés peu de temps après la parution de l'ouvrage de Trawny, signalent, sans les aborder au fond, deux questions que pointe Trawny, mais qui exigeront un traitement beaucoup plus substantiel : la rela­tion entre la conception de la Machenschaft, pièce théorique essentielle du dispositif de pensée heideggerien dans ces Cahiers noirs, et celle de la judéité, du judaïsme (je ne parlerai pas, ici, de juiverie), l'une découle-t-elle de l' autre, de manière simple, ce que l'on peut voir dans les deux sens possibles, - ou bien la première « surdétermine »-t-elle l'autre ? Trawny expose le problème mais ne tranche pas, en reconnaissant la nécessité d'un approfondissement (trad. fr. p. 82 et sq., éd. originale allemande, p. 54 et sq.). Ce qui renvoie à l'autre question, celle de la conception de la race, la race conçue en quelque sorte de manière « générale » (une condition nécessaire du Dasein histori­que) et la race en tant qu'elle est « surdéterminée » à l' époque des Temps modernes, le judaïsme étant, en effet, envisagé comme le « prototype » à l'époque des Temps modernes de cette transformation d'une condition en la seule et unique condition (trad.fr., p. 64-65, éd. originale allemande, p. 40) le national-socialisme étant comme l'exacerbation, à l'âge de la Machenschaft « triomphante », de cette transformation (par ex., trad. fr., p. 66 et sq, éd. originale allemande, p. 41 et sq.). Mais, comme le note d'ailleurs Trawny, dans ces textes de Heidegger, le statut d'un peuple, d'une race en tant que tels n'est jamais véritablement élaboré (trad. fr., p. 63, éd. originale allemande, p. 39, mais également, trad. fr., p. 90 et sq., éd. originale allemande, p. 59 et sq., ou encore, trad. fr., p. 101, éd. originale allemande, p. 69), tout en ne pouvant se ramener, selon lui, à ce processus de « déracisation » accompli par le judaïsme et le national-socialisme sous l'empire de la Machenschaft : la russéité n'est pas le bolchevisme, mais qu'est-ce, alors ? Donc, également : la germanité ou la judéité ?

  • 9 On peut maintenant, d'ores et déjà, se reporter à l'article paru dans la revue Esprit.

51Dans cette toute récente traduction est annoncée, pour la fin de 2014, une publication du volume 97 des « œuvres complètes » de Heidegger. Y trouvera-t-on la formule rapportée, selon l'article de Philosophie magazine, par Trawny ? Affaire à suivre9.

Haut de page

Notes

1 Texte d'un article, primitivement prévu pour L'Humanité, rédigé juste après la parution des Cahiers noirs (on y a ajouté des références textuelles, qui n'y figuraient pas).

2 Le Weltjudentum, pour reprendre un mot qu’utilise Heidegger, dans l’édition toute récente de ces Cahiers, voir, par ex., Bd. 96, cahier XIV, p. 121, année 1940, cahier XV, p. 17, année 1941.

3 « Historial » ou historique, parfois nommé bolchevisme, voir l’article « communisme » dans le Dictionnaire, qui mériterait un commentaire approprié.

4 Dans le recueil édité par E. Faye on se réfèrera, d’une part, à l’analyse de deux cours de l’époque du Rectorat, ch. 6 et 7, d’autre part, à l’étude de la réécriture d’une célèbre conférence de 1938 sur L’époque de l’ image du monde (Die Zeit des Weltbildes) lors de sa publication en 1950, ch.4, avec texte et traduction d’une « annexe » inédite, p. 142-3.

5 Ouvrage, maintenant, traduit, en septembre 2014, aux Editions du Seuil, sous le titre affadissant Heidegger et l'antisémitisme.

6 Des indications, depuis lors, plus précises dans une communication faite par P. Trawny le 3 mai 2014, publiée (en traduction) sous le titre « Heidegger et les Cahiers noirs », Esprit, août-sept. 2014, p. 133-148, en particulier aux p. 141 et 147, annonçant la parution, avant fin 2014, du volume 97, sous le titre Anmerkungen I-V.

7 Quelques indications sur cette « géopolitique » dans l'article de P. Trawny paru , depuis, dans Esprit, p. 140-141.

8 Voir en ce sens la note du traducteur de la communication de P. Trawny parue dans Esprit, p. 133 qui, sans contester au fond cette traduction en « appelle cependant à une extrême prudence herméneutique ».

9 On peut maintenant, d'ores et déjà, se reporter à l'article paru dans la revue Esprit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre COTTEN, « Heidegger, aujourd’hui
Éléments pour un dossier (mars/sept. 2014)
 », Philosophique [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 24 novembre 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://philosophique.revues.org/889 ; DOI : 10.4000/philosophique.889

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre COTTEN

Université de Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page