Navigation – Plan du site

Le dépassement du jugement de goût

Carole Guibet-Lafaye
p. 47-61

Résumé

La philosophie transcendantale kantienne serait coupable, dans la lecture hégélienne, de réintroduire « l’opposition rigide du subjectif et de l’objectif, de la pensée et des objets, de l’uni­versalité abstraite et de la singularité sensible de la volonté », là même où elle pose la nécessité de leur unification. L’identification par Hegel de la problématique d’un entendement intuitif, au cœur de l’esthétique kantienne, révèle et relève toutefois d’un décentrage problématique, qui conduit nécessairement Hegel à stigmatiser le caractère seulement subjectif de la réconciliation kantienne de l’universel et du particulier, de la pensée et de l’intuition sensible.Toutefois la pertinence de la critique hégélienne de Kant demande à être prouvée, ce que nous nous proposons de faire en examinant d’abord l’analyse hégélienne du jugement de goût kantien, le jugement esthétique dans la philosophie hégélienne et enfin le sens de l’expérience esthétique conçue indépendamment de l’appréciation esthétique

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hegel, Cours d’esthétique, traduction J.-P. Lefebvre et V. Von Schenck, Paris, Aubier, 1995, tome I (...)
  • 2 Esth., I, 85.
  • 3 Esth., I, 80.
  • 4 Esth., I, 81.

1L’examen des thèses de la Critique de la faculté de juger prend place dans la longue partie introductive des Cours d’esthétique de Hegel. La philosophie et l’esthétique kantiennes constituent l’une des étapes qui ont conduit, selon Hegel, de l’opposition de l’esprit et de la nature, phénoménale ou intérieure, à leur réconciliation. De façon plus essentielle encore Kant aurait « découvert » l’absoluité de la raison en elle-même, « découverte qui a amené dans l’époque récente le tournant de la philosophie en lui fournissant ce point de départ absolu »1. Pourtant et bien que l’esthétique kantienne « constitue le point de départ de la vraie compréhension du beau artistique »2, elle tombe sous la critique hégélienne. La philosophie transcendantale se rend en effet coupable de réintroduire « l’opposition rigide du subjectif et de l’objectif, de la pensée et des objets, de l’universalité abstraite et de la singularité sensible de la volonté »3, là où elle pose la nécessité de leur unification. L’identification par Hegel de la problématique d’un entendement intuitif, au cœur de l’esthétique kantienne, révèle et relève toutefois d’un décentrage problématique, qui conduit nécessairement Hegel à stigmatiser le caractère seulement subjectif de la réconciliation kantienne de l’universel et du particulier, de la pensée et de l’intuition sensible. Cette réconciliation demeure, selon Hegel, abstraite, « seulement subjective, et non pas vraie et effective en soi et pour soi »4, dans la mesure où elle se tient dans la subjectivité, au plan des facultés, d’une part et se produit dans et par le jugement, d’autre part. De fait le deuxième moment de l’Analytique du beau, à partir duquel nous considèrerons, de façon privilégiée, la critique hégélienne de Kant, dégage une forme subjective d’universalité que Hegel juge « seulement subjective ». Toutefois la pertinence de la critique hégélienne de Kant demande à être prouvée, ce que nous nous proposons de faire en examinant d’abord l’analyse hégélienne du jugement de goût kantien, le jugement esthétique dans la philosophie hégélienne et enfin le sens de l’expérience esthétique conçue indépendamment de l’appréciation esthétique.

La lecture hégélienne de l’esthétique de Kant

a) Un décentrage problématique

  • 5 Esth., I, 82 ; nous soulignons.

« Pour pouvoir apprécier le beau à sa juste valeur, il faut avoir un esprit cultivé ; l’homme de la rue n’a pas de jugement du beau, dès lors que ce jugement émet la prétention à une validité universelle. Certes, l’universel est d’abord, en tant que tel, une abstraction ; mais ce qui est vrai en soi et pour soi comporte aussi la détermination et l’exigence de valoir universellement. C’est en ce sens que le beau est censé lui aussi jouir d’une reconnaissance universelle, bien qu’il ne soit pas du ressort des simples concepts de l’entendement de produire un jugement là-dessus »5.

  • 6 Esth., I, 82.
  • 7 Esth., I, 82.

2Cet extrait des Cours d’esthétique de Hegel manifeste un déplacement de perspective évident, puisque Hegel ne peut rendre compte de la « prétention à une universalité » du jugement de goût qu’en rapportant l’expérience esthétique à une expérience du vrai6. Par là, la lecture hégélienne récuse l’autonomie du jugement de goût, en son universalité, à l’égard du concept. Ainsi l’expérience esthétique, au même titre que toute autre expérience de l’universalité, est rapportée à ce qui est vrai et « c’est en ce sens que le beau est censé lui aussi jouir d’une reconnaissance universelle »7. La prétention du jugement de goût à une validité universelle est convertie par Hegel en une expérience de la reconnaissance du beau par tous les hommes. Ce faisant Hegel interprète la thèse kantienne, établissant l’universalité du jugement de goût, à la lumière de ce que le beau, en tant que tel, doit être. Le beau ayant sa raison dans ce qui est vrai en et pour soi, le jugement de goût peut alors et alors seulement prétendre légitimement à une validité universelle.

  • 8 A. Stanguennec distingue, concernant les structures générales des réfutations hégéliennes de Kant (...)

3Néanmoins le traitement hégélien de l’universalité subjective kantienne illustre ce qu’André Stanguennec appelle des « décentrages problématiques » ou « décentrages de problèmes »8. Ils consistent, de la part de Hegel, à présenter comme central un concept qui, chez Kant, ne l’était pas ou inversement. Dans la lecture et l’interprétation hégéliennes, celui-ci devient « inessentiel » et « subordonné ». Ce devenir-inessentiel de l’essentiel s’accompagne de la mise au premier plan, corrélativement, d’une question paraissant jusqu’alors secondaire, voire inexistante. Ainsi Hegel laisse dans l’ombre, d’une part, la question de la prétention à la validité universelle du jugement et, d’autre part, le fait que la possibilité d’une universalité esthétique dépende, dans la Critique de la faculté de juger, du jugement. Hegel substitue à la problématique judiciaire le thème du beau en tant tel. Ce déplacement du centre de la question de l’universalité du goût a une vocation critique. Hegel s’approprie les concepts kantiens, en leur faisant jouer un rôle nouveau dans son propre système, en l’occurrence en mettant en perspective le beau sur l’horizon du vrai et du savoir absolu prenant conscience de soi. A une universalité non conceptuelle et subjective, dont le jugement est la source, Hegel substitue une universalité objective, justifiée dans et par le vrai, et dont la reconnaissance subjective est seconde. Hegel reformule ainsi les termes dans lesquels la question de l’universalité esthétique avait été posée par Kant. Le « dépassement » (Aufhebung) hégélien du concept kantien d’universalité esthétique se produit sur le mode d’un « déplacement ».

  • 9 Alors même que Kant souligne qu’« on ne peut passer de concepts au sentiment de plaisir et de pei (...)

4L’idée d’une universalité esthétique non conceptuelle, propre au jugement de goût et caractéristique de ce dernier, met donc en échec la pensée hégélienne. En rapportant l’universalité du jugement de goût kantien au concept, Hegel justifie la thèse selon laquelle l’esthétique hégélienne accomplit ce qui, dans l’esthétique de Kant, demeurait latent et implicite, mais l’originalité du jugement de goût comme jugement esthétique est occultée. L’universalité esthétique n’a de sens et de réalité, du point de vue hégélien, que dans et par le concept9. Pourtant le jugement de goût, en son universalité esthétique, ne se dépasse pas dans le concept, pas plus que l’esthétique kantienne ne se dépasse dans le hégélianisme.

b) Jugement de goût et jugement-du-concept

  • 10 CFJ, § 15, p. 207.
  • 11 Esth., I, 82.
  • 12 Hegel, La logique subjective ou doctrine du concept (notée dans la suite du texte Doct.), traduct (...)
  • 13 Doct., p. 143.
  • 14 Doct., p. 143-144.

5Comme nous venons de le souligner, la lecture hégélienne se justifie de l’immédiateté de l’expérience esthétique, pour affirmer que le rapport au concept constitue l’horizon de celle-ci et du jugement de goût. Le jugement de goût consiste en effet, pour Hegel, dans une appréciation immédiate du beau, qui ne requiert pas que l’objet soit effectivement ou consciemment subsumé sous des concepts. L’interprétation hégélienne ne laisse aucune place à un jugement esthétique, tel qu’il soit sans rapport au concept. Pourtant cette analyse est fautive, car elle interprète le jugement de goût à partir de la forme générale du jugement, c’est-à-dire sur le modèle du jugement logique. Or Kant prévient toute erreur d’interprétation en démontrant que le jugement de goût est « unique en son espèce »10. A l’inverse le jugement dans sa forme générale est, pour Hegel, subsomption sous un concept et correspondance, coïncidence d’un sujet au prédicat (conceptuel) du jugement. Ainsi par exemple, « l’action passe pour bonne si elle est susceptible de correspondre à ces concepts »11, ce qui est également vrai de la beauté, car « les prédicats bon, mauvais, vrai, beau, juste, etc. expriment que la Chose, en son concept universel, est ou n’[est] pas conforme au devoir-être purement-et-simplement présupposé et en concordance avec ce même devoir-être »12. Hegel voit dans le jugement de goût un jugement-du-concept, réduisant de la sorte la singularité du jugement esthétique de réflexion à la forme logique de tout jugement. L’interprétation hégélienne de la Critique de la faculté de juger identifie le jugement de goût à ce que la Doctrine du concept établit au titre de jugement-du-concept. En tant que tel, le jugement de goût se distingue à la fois des jugements de l’être-là – du type « la rose est rouge » ou « la neige est blanche » - et des jugements de la réflexion – du type « l’homme est mortel », « les choses sont caduques », « cette chose est nuisible (ou utile) ». Dans les jugements-du-concept, l’objet est envisagé dans son rapport au concept. Celui-ci est placé au fondement du jugement. L’objet est en rapport à lui comme à « un devoir-être auquel la réalité peut être conforme ou encore ne pas [l’être] »13. Le beau est donc assimilé aux prédicats : bon, mauvais, vrai, juste. Le jugement qui affirme la beauté d’un objet exprime alors que « la Chose, en son concept universel, est ou n’est pas conforme au devoir-être purement-et-simplement présupposé et en concordance avec ce même devoir-être »14.

  • 15 Doct., p. 144 ; nous soulignons.

6Dans cette mesure, le jugement-du-concept, et par conséquent le jugement de goût kantien selon l’interprétation qu’en propose Hegel, constitue la vérité du jugement en général. Il est « le jugement objectif et la vérité en regard [des jugements précédents] justement parce que le concept se trouve à son fondement dans sa déterminité comme concept, mais non pas en réflexion extérieure ou en rapport à un penser subjectif, c’est-à-dire contingent »15. La lecture hégélienne du jugement de goût, à partir du jugement-du-concept et du jugement apodictique en particulier, conduit à la question de savoir si au sujet total revient ou non le prédicat du jugement-du-concept, si le sujet correspond ou non à son concept. Le prédicat, en l’occurrence le beau, est un universel qui a un devoir-être au fondement et qui contient, en même temps, le correspondre de l’être-là. L’universalité qui constitue le prédicat du jugement apodictique est ce correspondre. Incontestablement l’interprétation hégélienne fait droit à la thèse kantienne selon laquelle il n’est pas du « ressort des simples concepts de l’entendement de produire un jugement » sur le beau et sa reconnaissance universelle, mais elle l’outrepasse en confondant l’expérience subjective de la beauté et l’appréhension immédiate et intuitive de l’Idée du beau artistique. Par cette réduction du non-conceptuel au conceptuel, la lecture hégélienne menace l’esthétique en sa définition kantienne, c’est-à-dire en tant que domaine du sensible relatif à la sensibilité, alors même que la Critique de la faculté de juger se distingue en élevant le subjectif à l’universalité et à la nécessité. L’interprétation hégélienne de Kant pose donc la question du devenir de l’esthétique, en sa spécificité, dans la pensée hégélienne.

c) Une appréhension intuitive du concept

7De façon comparable la lecture hégélienne des thèses kantiennes relatives au beau naturel, prend acte du privilège que Kant lui confère, mais renvoie en réalité aux thèses hégéliennes sur le beau. Les Cours d’esthétique montrent en effet que le pressentiment du concept est au fondement de l’appréciation esthétique des produits naturels, c’est pourquoi Hegel croit pouvoir soutenir que l’universalité esthétique kantienne suppose la conscience du concept et la possibilité d’une subsomption sous des concepts, quand bien même elle ne serait pas réalisée.

  • 16 Esth., I, 177.

« La nature, comme représentation sensible du concept concret et de l’Idée, devrait de manière générale être nommée belle dans la mesure précisément où, au spectacle des figures naturelles conformes au concept, une telle correspondance est pressentie, et dans la mesure où, avec l’examen sensible, s’ouvrent en même temps à la sensibilité la nécessité intérieure et la concordance de l’articulation totale. La vision de la nature comme belle nature ne va pas au-delà de ce pressentiment du concept »16.

L’immédiateté du jugement est convertie par Hegel en une intuition du concept. Ce pressentiment inconscient est la raison subjective qui expliquerait l’universalité subjective du jugement de goût kantien. Parce que nous n’en prenons pas effectivement conscience, cette universalité reste chez Kant « abstraite ». Elle n’actualise pas l’unité concrète du concept. Etant seulement, dans le kantisme, le fruit d’une assertion extérieure, elle est simplement subjective et suppose un tiers extérieur.

  • 17 CFJ, § 8, p. 194.

8Ce faisant, Hegel découvre ou croit découvrir dans la Troisième Critique sa propre détermination du beau artistique, comme premier moment de l’esprit absolu. Il substitue au contenu de la pensée kantienne sa propre interprétation de l’esthétique comme moment immédiat du concept. Ainsi dans l’expérience du beau (artistique), nous n’avons pas encore de conscience connaissante du concept, si ce n’est de façon sensible, dans une intuition. Or cette interprétation trahit la lettre même du texte kantien, puisque le paragraphe 8 de la Critique de la faculté de juger démontre que « dans le jugement de goût, rien n’est postulé que cette universalité des voix en ce qui concerne le plaisir, sans la médiation des concepts »17. L’interprétation de l’expérience esthétique kantienne selon la modalité d’un pressentiment, d’une imparfaite conscience du concept s’explique, en réalité, à partir de ce qui, pour Hegel, constitue l’intérêt majeur de la Critique du jugement. Il est inévitable que le concept parvienne à la conscience, que l’expérience du beau se déploie sur l’horizon du concept, car l’expérience esthétique est fondamentalement, comme nous le verrons, unité de l’objectif et du subjectif.

L’objectivation du jugement esthétique

a) La critique hégélienne du goût

  • 18 Esth., I, 49.
  • 19 Esth., I, 50.
  • 20 Voir Esth., I, 50.
  • 21 Esth., I, 63. « Le goût subjectif est ce qui n’a pas de règle en la matière », c’est-à-dire concern (...)

9L’abandon de la problématique kantienne du jugement de goût dans l’esthétique de Hegel s’explique par le traitement que ce dernier réserve au goût. Bien que Hegel admette que le goût permette de « fonder un jugement plus déterminé »18, il ne pénètre pas, selon Hegel, dans la profondeur de la chose même mais en reste à « la surface extérieure autour de laquelle jouent les sensations »19. Il est lié, dans le vocabulaire hégélien, à « l’arbitre »20, à la diversité des opinions et à la contingence, c’est-à-dire au simplement subjectif (alors que le beau est associé, par Hegel, à ce qui est objectif). Il est ce qui « ne se laisse pas fixer de règles et ne permet pas qu’on discute de ses décrets »21.

  • 22 Hegel, Encyclopédie, tome III, Philosophie de l’esprit, édition de 1817, § 371, p. 133.
  • 23 Esth., I, 63.
  • 24 CFJ, § 56, p. 326.
  • 25 CFJ, § 56, p. 326.

10Ce que Hegel désigne par l’expression de « goût subjectif » renvoie non pas à ce que Kant entend par « goût de la réflexion » mais au jugement des sens (tel que « le vin des Canaries est agréable »), par lequel la particularité subjective s’exprime. Lorsqu’un homme, à propos d’une chose, en appelle, non pas à la nature et au concept de la chose même, ou du moins à des raisons, autrement dit, lorsqu’il n’en appelle pas à l’universalité de l’entendement mais à son sentiment, il faut, souligne Hegel, le laisser là où il est, parce qu’il se refuse à la communauté de la rationalité et s’enferme dans sa subjectivité isolée, dans sa particularité propre22. Ainsi « si pour le choix des objets à représenter on part de ce que les hommes trouvent beau ou laid, et donc digne ou non d’être imité par l’art, si l’on part de leur goût, alors il n’y a plus qu’à puiser à discrétion dans toutes les sphères possibles d’objets naturels, car on peut être sûr qu’aucune d’elles ne manque d’amateurs »23. Toutefois le contenu que Hegel attribue au concept de goût correspond plutôt au sens que Kant confère à l’agrément ou à l’agréable, explicitement distingué par lui du beau, dans le premier moment de l’Analytique du beau. Or cette conception du goût constitue « le premier lieu commun » de l’Antinomie24 que toute l’esthétique kantienne vise à dépasser. Kant ne soutient-il pas en effet que l’« on doit pouvoir compter sur des fondements du jugement qui ne possèdent pas seulement une validité personnelle, et donc ne sont pas simplement subjectifs » ?25 Hegel dissout le goût de la réflexion dans le goût des sens et réduit le plaisir, en sa dimension subjective, à l’agréable. L’universalisation de l’expérience esthétique ne peut donc se penser, dans le hégélianisme, que par un saut hors de la subjectivité et hors du jugement de goût.

b) Un jugement de goût objectivement universel

  • 26 Esth., I, 52 ; nous soulignons.
  • 27 Esth., I, 53.
  • 28 Esth., I, 53.
  • 29 Esth., I, 362 et I, 367.

11Le jugement de goût kantien est converti, dans l’esthétique hégélienne, en un jugement de goût intellectuel, dans la mesure où la référence paradigmatique de l’expérience esthétique, dans le hégélianisme, n’est plus la forme naturelle mais l’œuvre d’art. Or « l’œuvre d’art n’est pas uniquement destinée à l’appréhension sensible en tant qu’objet sensible, mais son statut est tel que, tout en étant sensible, elle est en même temps essentiellement pour l’esprit, et que c’est bien l’esprit qui doit être affecté par elle et y trouver quelque satisfaction »26. L’œuvre d’art est un objet « destiné uniquement au côté théorique de l’esprit »27. Or lorsque l’individu considère, avec son intelligence, l’œuvre, il n’est plus seulement un sujet singulier. « Il est en même temps universel en lui-même »28 (comme Kant le montre à l’occasion de l’appréciation des formes naturelles, dans la Critique de la faculté de juger), c’est-à-dire qu’il est esprit. Réciproquement l’œuvre d’art se révèle être universelle et s’offre à une expérience esthétique universelle, car l’art n’existe pas, selon Hegel, pour un petit cercle d’individus cultivés mais s’adresse à ce qui, en nous, représente les intérêts humains supérieurs29.

  • 30 Voir Esth., I, 50.
  • 31 Esth., I, 50. « Cependant, même si ce genre d’érudition peut passer à bon droit pour quelque chos (...)

12Ainsi l’œuvre d’art se prête à un jugement de goût qui est universellement objectif, et non simplement universellement subjectif. Dans cette mesure, Hegel rompt la filiation kantienne. Le jugement de goût se présente, dans les Cours d’esthétique, comme le lieu d’une universalité et d’une universalisation non subjectives. Une culture est requise pour bien juger de l’œuvre30, car on ne peut prendre une vision et une connaissance précises d’une œuvre ni la goûter avec plaisir, si l’on méconnaît le temps et le lieu de sa genèse, l’individualité déterminée de l’artiste, le degré d’achèvement technique atteint par l’époque. « On ne saurait […] y prendre de plaisir, sans prendre en compte tous ces aspects auxquels la culture artistique s’attache tout particulièrement »31. Le jugement de goût n’est donc pas universel subjectivement mais universel objectivement. Ce n’est qu’à ce titre (c’est-à-dire comme jugement de goût objectif) que le jugement de goût peut prétendre à l’universalité esthétique mise en évidence par Kant dans la Critique de la faculté de juger.

13Ainsi les Cours renversent, en substituant au beau naturel l’œuvre belle comme objet esthétique premier, le rapport établi par Kant entre universalité subjective et universalité objective, c’est-à-dire entre le jugement esthétique, et en particulier le jugement de goût, d’une part, et un jugement dont la forme est logique, d’autre part. Pour Hegel comme pour Kant, l’expérience esthétique a une validité universelle. Cette universalité est d’un type spécifique mais elle est, pour Hegel, objective parce que vraie. Ainsi l’œuvre d’art vraiment objective a une validité universelle, en tant qu’œuvre spirituelle s’adressant à l’esprit. Elle n’a de validité universelle subjective qu’en tant qu’elle est universellement objective, c’est-à-dire vraie, adéquate à l’Idée. Alors que l’universalité subjective est pensée par Kant indépendamment du concept ni déduite d’une universalité objective fondée sur le concept, elle n’apparaît, dans l’analyse hégélienne, qu’au prix d’un détour par l’universalité objective du vrai. L’universalité subjective a, chez Hegel, le sens d’une universalité spirituelle, d’une universalité de l’esprit. Par conséquent l’appréciation de l’œuvre, et par conséquent le jugement qui s’y trouve lié, ne sont donc pas simplement subjectifs mais aussi objectifs.

Au-delà du jugement de gout

a) Saisir le substantiel dans l’œuvre

  • 32 Hegel, Encyclopédie, tome I, Science de la logique, Add. au § 41, p. 498. Ainsi « le public, quan (...)

14L’appréciation esthétique d’une œuvre d’art ne doit donc pas, du point de vue hégélien, émaner de la sensation contingente du moment. Elle doit au contraire saisir sous son regard les aspects universels et fondés dans l’essence de l’art32. L’appréciation subjective devient objective et, dans cette mesure, le jugement de goût – parce qu’il est universel et nécessaire – se présente comme objectif, c’est-à-dire vrai. Son universelle validité lui vient de son objet et du fait que le jugement se rapporte à la véritable objectivité de l’œuvre. Le jugement esthétique est alors, dans le hégélianisme, le lieu possible d’une unification du subjectif et de l’objectif, quoique cette réconciliation advienne dans et par un jugement objectif, et sur l’horizon d’un déplacement de l’attention de la forme naturelle vers l’œuvre d’art, c’est-à-dire sous la condition d’une réévaluation de la nature même de l’objet esthétique.

  • 33 Esth., I, 370.

15L’œuvre d’art, mettant en scène les intérêts humains supérieurs de l’esprit et de la volonté, autrement dit ce qui est en soi-même humain et puissant, touche les vraies profondeurs du cœur humain. L’objectivité vraie de l’œuvre nous dévoile le pathos, la teneur substantielle d’une situation, la riche et puissante individualité en laquelle les moments substantiels de l’esprit sont portés à la réalité, à l’expression extérieure. Quand ce genre de teneur est déployé dans le principe de l’idéal, l’œuvre d’art est objective en soi et pour soi. Elle parle à notre vraie subjectivité et devient notre propriété, notre propre. Le jugement que nous portons sur elle est jugement sur ce qu’il y a en elle de substantiel. Au-delà du jugement, nous nous trouvons dans l’élément commun spirituel et universel. La base permanente de l’œuvre, quelle que soit l’époque à laquelle elle emprunte sa matière33, demeure l’humanité de l’esprit. Or cette objectivité-là constitue la teneur et l’accomplissement de notre propre intériorité. Dès lors, le côté de la particularité subjective s’évanouit et cède le pas à cet élément substantiel. L’abandon du côté simplement subjectif passe par l’appréhension et l’expérience esthétiques de l’universalité de l’esprit. Néanmoins l’expérience esthétique comme coïncidence de l’objectivité vraie de l’œuvre et de notre subjectivité vraie n’a pas pour vocation de se traduire dans un jugement. Dès lors que le substantiel de l’œuvre, son objectivité véritable, coïncide avec notre intériorité, notre subjectivité vraie, nous vivons une expérience esthétique réelle, qui ne peut s’exprimer dans un jugement, puisque celui-ci est fondamentalement division, séparation de l’objet singulier, du singulier et du concept universel.

b) Un dépassement de l’esthétique ?

  • 34 Que ces époques soient révolues ou non. L’extérieur simplement historique de l’œuvre n’est que so (...)
  • 35 Voir Esth., I, 88.

16Reste à déterminer si l’unification, la réconciliation du subjectif avec l’objectif qui se joue au cœur de l’expérience esthétique, dans le hégélianisme, préserve ou non la subjectivité, au sein même de l’universel. L’Aufhebung est-elle, conformément au double sens du dépassement et de la conservation, préservation du subjectif ? Le dépassement du caractère résolument subjectif de l’expérience esthétique, conceptualisée dans la Critique de la faculté de juger, suppose de quitter le plan du jugement. L’universalité subjective repose, dans la philosophie kantienne, sur une distinction et une opposition de la nature et de l’effectivité, de telle sorte que l’universalisation du sujet demeure simplement subjective. En revanche le beau est pensé par Hegel comme l’unification du rationnel et du sensible, c’est-à-dire comme l’effectif véritable. La problématique du rapport de l’universel et du particulier ne se résout donc pas, dans l’esthétique hégélienne, au sein du jugement, comme dans la philosophie critique mais de façon réelle, au plan de l’être, c’est-à-dire dans l’œuvre d’art, et au plan du concept34. C’est dans l’art et la philosophie que se réalise l’unité de l’universel et du particulier, de la liberté et de la nécessité, de la spiritualité et du naturel35. Le subjectif et la subjectivité sont donc conservés, dans et par leur unification avec l’objectif, mais ne sont plus le moment central de l’esthétique. L’esthétique de la subjectivité ne constitue plus qu’un moment idéel de la nouvelle réalité esthétique. Avec le hégélianisme la problématique esthétique n’a plus son lieu substantiel dans la subjectivité mais se déplace vers l’articulation de celle-ci à l’objectivité – notamment comme rapport du spectateur à l’œuvre –, en même temps que son objet n’est plus la nature, mais l’art.

  • 36 Esth., I, 83.
  • 37 Esth., I, 85.
  • 38 Esth., I, 84.
  • 39 Incontestablement Kant, dans le paragraphe 9 de la Critique du jugement, accorde une place axiale (...)

17L’analyse hégélienne du deuxième moment de l’Analytique du beau opère ainsi un déplacement du centre de la question esthétique. Hegel reporte le lieu par excellence de l’expérience esthétique en deçà du jugement puisque la conscience, plus encore que le jugement, est identifiée par Hegel comme étant le lieu, par excellence, de la subjectivité esthétique. Hegel se saisit de cette expérience de la conscience qui veut qu’« en contemplant le beau nous ne prenons pas conscience du concept ni de la subsomption qui s’effectue sous lui »36, et peut alors interpréter la philosophie kantienne comme « le point de départ de la vraie compréhension du beau artistique »37, dans la mesure où elle conduit à l’intuition de l’unification des opposés. L’expérience esthétique selon Kant manifeste l’« indivision de ce qui d’ordinaire est supposé être séparé dans notre conscience »38. Le déplacement opéré par Hegel du lieu de la subjectivité du jugement à la conscience est permis par la réduction de l’expérience esthétique à une expérience strictement subjective, à une expérience de la conscience39.

  • 40 Esth., I, 85.
  • 41 Esth., I, 84.
  • 42 Esth., I, 85. Rappelons que ce passage est conditionné par l’interprétation hégélienne du jugemen (...)

18L’interprétation hégélienne opère un second glissement lui permettant de conclure que la critique kantienne certes « constitue le point de départ de la vraie compréhension du beau artistique, mais [que] c’est seulement par le dépassement des insuffisances kantiennes que cette compréhension a pu s’imposer comme l’appréhension supérieure de la véritable unité entre la nécessité et la liberté, le particulier et l’universel, le sensible et le rationnel »40. L’expérience faite par la conscience subjective dans la contemplation du beau – expérience d’appréhension immédiate de l’indivision de ce qui est d’ordinaire séparé : l’objet singulier et l’universel conceptuel – est transposée par Hegel au plan objectif. Précisément « cette séparation se trouve abolie dans le beau dès lors que l’universel et le particulier, la fin et le moyen, le concept et l’objet s’interpénètrent parfaitement »41. Le passage de la Critique de la faculté de juger aux Cours d’esthétique est bien celui d’une esthétique subjective à une esthétique objective (ou philosophie de l’art), mais il s’opère sur fond de continuité. La philosophie et l’esthétique hégéliennes se pensent comme le dépassement et l’accomplissement du kantisme, en raison de la réinterprétation de l’expérience esthétique, comprise non plus comme la formulation d’une appréciation dans un jugement, mais comme l’expérience d’une conscience qui saisit l’unité de l’universel et du particulier, accomplie dans le bel objet42. Ainsi la réconciliation kantienne « apparemment parfaite n’est censée être finalement que subjective, relative au jugement porté sur les œuvres et à leur production, et n’est pas considérée comme le vrai et l’effectif lui-même en soi et pour soi ».

Haut de page

Notes

1 Hegel, Cours d’esthétique, traduction J.-P. Lefebvre et V. Von Schenck, Paris, Aubier, 1995, tome I, p. 80. Nous utiliserons l’abréviation Esth. pour désigner les Cours d’esthétique de Hegel.

2 Esth., I, 85.

3 Esth., I, 80.

4 Esth., I, 81.

5 Esth., I, 82 ; nous soulignons.

6 Esth., I, 82.

7 Esth., I, 82.

8 A. Stanguennec distingue, concernant les structures générales des réfutations hégéliennes de Kant, trois opérations. Soit Hegel substitue à une question kantienne une nouvelle « problématique ». Soit il procède à des glissements de sens sémantiques, à partir des notions anciennement définies. Soit il commet des omissions ou inaperceptions de thèmes, dues au changement de perspective d’interprétation imposé par la nouvelle méthode (Hegel, Critique de Kant, Paris, P.U.F., 1985, p. 18).

9 Alors même que Kant souligne qu’« on ne peut passer de concepts au sentiment de plaisir et de peine » (Kant, Critique de la faculté de juger (abrégée dans ce qui suit par CFJ), traduction A. Renaut, Paris, Aubier, 1995, § 6, p. 190).

10 CFJ, § 15, p. 207.

11 Esth., I, 82.

12 Hegel, La logique subjective ou doctrine du concept (notée dans la suite du texte Doct.), traduction P.-J. Labarrière et G. Jarczyk, Paris, Aubier, 1981, p. 143-144.

13 Doct., p. 143.

14 Doct., p. 143-144.

15 Doct., p. 144 ; nous soulignons.

16 Esth., I, 177.

17 CFJ, § 8, p. 194.

18 Esth., I, 49.

19 Esth., I, 50.

20 Voir Esth., I, 50.

21 Esth., I, 63. « Le goût subjectif est ce qui n’a pas de règle en la matière », c’est-à-dire concernant la beauté (Esth., I, 64).

22 Hegel, Encyclopédie, tome III, Philosophie de l’esprit, édition de 1817, § 371, p. 133.

23 Esth., I, 63.

24 CFJ, § 56, p. 326.

25 CFJ, § 56, p. 326.

26 Esth., I, 52 ; nous soulignons.

27 Esth., I, 53.

28 Esth., I, 53.

29 Esth., I, 362 et I, 367.

30 Voir Esth., I, 50.

31 Esth., I, 50. « Cependant, même si ce genre d’érudition peut passer à bon droit pour quelque chose d’essentiel, on aurait tort de la tenir pour l’unique et ultime dimension du rapport que l’esprit se donne à une œuvre d’art et à l’art en général. Car la culture du connaisseur, et c’est là son défaut, peut très bien en rester à la connaissance d’aspects simplement extérieurs, techniques, historiques, etc., et ne pas pressentir grand-chose, voire tout ignorer de la véritable nature de l’œuvre d’art ; il arrive même que, par comparaison avec les connaissances purement positives, techniques et historiques, elle juge avec dédain de la valeur que peuvent avoir des considérations plus profondes ; mais, même en ce cas, une érudition authentique a néanmoins en vue des raisons et des connaissances déterminées ainsi qu’un jugement sensé, toutes choses sans lesquelles il serait d’ailleurs impossible de distinguer avec précision et de jauger les différents aspects de l’œuvre d’art, même si ceux-ci sont en partie extérieurs » (Esth., I, 51).

32 Hegel, Encyclopédie, tome I, Science de la logique, Add. au § 41, p. 498. Ainsi « le public, quand il a en lui--même conservé l’esprit et le sens authentique de l’art, ne demande pas que dans un drame on lui fasse état des humeurs et états d’âme contingents, des tendances indivi-duelles ni de la vision unilatérale de tel ou tel sujet, toutes choses dont il faut laisser plus ou moins le loisir au poète épique, mais il a le droit d’exiger que dans le déroulement et l’issue de l’action dramatique se trouvent réalisés de manière tragique ou comique le vrai et le raisonnable en soi et pour soi. C’est en ce sens que j’avais déjà requis, avant toute chose, du poète dramatique qu’il acquière au plus profond l’intelligence de l’essence de l’agir humain et du gouvernement divin de l’univers, ainsi que la représentation tout aussi claire que vivante de cette substance éternelle de tous les caractères, de toutes les passions et destinées des hommes » (Esth., III, 474 ; nous soulignons).

33 Esth., I, 370.

34 Que ces époques soient révolues ou non. L’extérieur simplement historique de l’œuvre n’est que son côté périssable (Esth., I, 371). Ce qui est excellent dans l’œuvre vaut en tout temps, bien que l’œuvre d’art comporte aussi un aspect temporel, mortel

35 Voir Esth., I, 88.

36 Esth., I, 83.

37 Esth., I, 85.

38 Esth., I, 84.

39 Incontestablement Kant, dans le paragraphe 9 de la Critique du jugement, accorde une place axiale au jeu des facultés dans l’expérience esthétique. « Si, dès lors le principe déterminant du jugement porté sur cette communicabilité universelle de la représentation doit être pensé comme seulement subjectif, c’est-à-dire comme ne faisant pas intervenir un concept de l’objet, ce principe ne peut être que l’état d’esprit qui se rencontre dans le rapport réciproque qu’entretiennent les facultés représentatives en tant qu’elles mettent une représentation donnée en relation avec la connaissance en général » (CFJ, § 9, p. 195-196).

40 Esth., I, 85.

41 Esth., I, 84.

42 Esth., I, 85. Rappelons que ce passage est conditionné par l’interprétation hégélienne du jugement assertorique : lorsque quelque chose est bon ou mauvais, personne ne pensera que cela n’est bon que dans la conscience subjective, mais qu’en soi cela est bon ou mauvais, c’est-à-dire que bon et mauvais sont des prédicats des objets eux-mêmes (voir Doct., p. 146).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Guibet-Lafaye, « Le dépassement du jugement de goût », Philosophique, 7 | 2004, 47-61.

Référence électronique

Carole Guibet-Lafaye, « Le dépassement du jugement de goût », Philosophique [En ligne], 7 | 2004, mis en ligne le 06 avril 2012, consulté le 25 juin 2017. URL : http://philosophique.revues.org/90 ; DOI : 10.4000/philosophique.90

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page