Navigation – Plan du site

Récit, discours, parole et phénomène

Stéphane Sosolic

Texte intégral

1L'évolution de la clinique psychiatrique a mis au centre de ses recherches l'écoute et la parole du patient. Cependant le plus souvent la parole échoit dans les discours et l'écoute se décentre vers la vérification des a priori théo­riques. L'empathie ou les règlements qui incitent le clinicien à mettre le patient au centre de ses préoccupations apportent confort et sécurité mais ratent la rencontre clinique qui échoit dans le relationnel. Une relation n'est pas une rencontre.

2Le contexte de nos sociétés actuelles a amplifié la dimension fonction­nelle-relationnelle du sujet en sur-valorisant les discours et relations attenants. Le sujet est avant tout communiquant, le langage dominé par l'idéologie de l'émetteur et du récepteur s'est abîmé dans la synthèse et l'efficacité. Le Power Point et les mots clefs en témoignent. Ainsi la langue de la commu­ni­cation engendre une surdétermination du code au détriment de l'image. D'une certaine manière les images issues du sentir et des symboles sont emprisonnées dans les mots clefs ou les mots dont on a peur. Avec les- quels on nous fait peur. Quand on dit d'une personne que c'est un SDF ou un cancéreux ou un schizophrène : SDF, cancéreux, schizo­phrène captent tout le sens de la phrase. Verbes, compléments, adjectifs disparaissent dans les repré­sentations figées et défensives. Le mouvement de l'imagination s'épuisent dans le groupe sujet de la phrase.

Comment reprendre le fil du travail centré sur l'écoute et la parole ?

3Prenons pour point de départ cette hypothèse à la manière de Rordorf : le phénomène en tant qu'évènement de la présence est un point d'articula­tion du récit, du discours et de la parole. Cette proposition vise à soutenir la mise en mouvement ou plutôt la remise en mouvement de l'imagination qui fait défaut dans le discours communiquant. Le discours fige, assigne. Or c'est tout le problème du symptôme en psychopathologie. Il manifeste une exis­tence dans l'impossibilité d'elle-même. Enveloppée dans le discours l'exis­tence en souffrance se voit ainsi assignée à une place et enfermée dans un diagnostic : « Je suis bipolaire, je suis schizophrène... ». La personne est réduite à sa maladie. Ainsi, la psychiatrie oublie que l'homme est au cœur de sa recherche. Comment trouver un sol qui permet à la personne malade de retrouver une capacité d'auto-mouvement existentiel, vivre à dessein de soi ?

4Se mouvoir, s'émouvoir exige un certain niveau de tension, de mise en tension existentielle qui est à l'œuvre dans le phénomène. Le mot phéno­mène vient de la famille du verbe grec : phainein (faire briller, faire voir, paraître). Suivent plusieurs déclinaisons : fantôme, fantomatique, fantasme...

5Le phénomène est surgissement, dévoilement. Il est aussi voile­ment quelque chose reste caché, fantomatique et ce rapport du voilement et du surgissement provoque l'étonnement. C'est-à-dire la révélation en soi d'un déjà-là, inconnu jusqu'alors. Le phénomène vécu comme tel ouvre un monde nouveau et un nouveau rapport au monde du sujet et du sujet à lui-même. Il est dévoilement partiel du sujet à lui-même. Il est révélation et avènement. Il crée un ouvert, au sens de Maldiney, pour une possible mise en avant de soi. Pour se dégager de la prise de la maladie l'évènement offre un ouvert, un passage existentiel, un chemin nouveau.

6À l'inverse, le phénomène peut aussi dans son apparaître provoquer une déstabilisation. Binswanger décrit cette déstabilisation : « Lorsqu'une décep­tion nous fait « tomber des nues », c'est réellement que nous tombons... En un tel instant, notre existence est effectivement lésée, arrachée à l'appui qu'elle prend sur le monde et rejetée sur elle-même ». Le phénomène du rêve par exemple provoque au réveil un sentiment d'étrangeté par rapport à soi-même. Lorsqu'il n'y a pas de dévoilement et qu'aucun sens n'appa­raît dans le monde du rêveur alors il y a une mise en face de soi sans issue. Soi-même devient une impasse, une impossibilité de soi. Nulle éclaircie ne peut déchirer le voile. « Jusqu'à ce que nous retrouvions à nouveau un ferme soutien dans le monde, notre existence toute entière se situera dans la direc­tion significative du trébuchement, de l'affaissement, de la chute... » (Binswanger).

7Cette expérience déstabilisante de l'en-face-de-soi sans issue enferme le sens. Rechercher un nouveau sens est peine perdue. Le sens dans tous les sens se heurte au duel d'un face à face qui aspire et épuise. Seules les défen­ses humorales, névrotiques et psychotiques permettent de mettre la personne en survie. La recherche du sens est une démarche parfois trop précoce. C'est à un niveau plus profond de l'être que l'on doit s'adresser, c'est la recherche d'un sol, d'une base tenant lieu d'origine d'une direction de sens. Une base sur laquelle les tensions vont pouvoir s'orienter.

8Le phénoménale qui fait irruption dans l'existence se déploie comme dé­passement de soi ou comme aliénation. Michel Lecarpentier soucieux de la continuité des soins énonce cette question : trouvez un événement de votre existence qui vous donnerait envie de continuer à vivre ? C'est souvent une expérience vécue anodine et ancienne une éclaircie comme le décrit si bien Sollers dans son livre éponyme. Un phénomène qui rend la présence à soi et au monde d'une grande richesse, le pouvoir d'avoir à vivre ce que l'on a à vivre, une base pour la direction de sens. Faute de pouvoir répondre à la question qui l'on est, cette base est un repos lorsque le phénoménal fissure le soi.

9Cette base parcourt toutes les formes du langage et de l'expression : images, paroles, textes. Pour autant il est des lieux où il est plus facile de la convoquer. Nous l'avons vu, l'espace du discours dans le contexte de la langue communicante affaiblit l'imagination. Le discours promeut l'organisation au détriment de la quête de soi, d'une base.

10L'éclaircie comme un nouvel horizon se manifeste au contacte de l'œuvre d'art. Comme la marche l'écriture et la photographie dans le travail de J.C. Norman qui nous invite au Présent comme horizon. Une marche qui parle. Un trait à la craie qui signifie et se signifie en ouvrant l'espace à la rencontre de l'éphémère, radicalise une qualité de présence à soi et au monde. L'expé­rience de la rencontre avec l'œuvre comme phénomène fabrique un sol existentiel.

11Les rêves ou les dessins d'enfants sont nos œuvres personnelles mais comment faire parler les images pour que ça parle sans discourir. Car s'est bien dans le comment de l'appréhension de l'œuvre du rêve ou du dessin que s'ouvrira ou pas l'être parlant à travers les formes et l'expérience vécue.

12Dans sa recherche anthro-popsychiatrique Schotte décompose le mou­vement pulsionnel décrit par Freud, en trois moments existentiels articulés les uns aux autres dans le chapitre : triade et triplicité de dimension.

« La première (triade), dans laquelle on peut également retrouver trois types de disciplines athlétiques : de marcher par jeter (ou lancer) à sauter, où s'avère avec évidence que le marcheur meut en quelque sorte son monde avec lui dans une sorte de synergie ou de symbiose, tandis que celui qui jette se constitue précisé­ment comme en s'opposant comme su-jet à des ob-jets : à ce qu'il jette et à ce ou à ceux vers quoi il le jette, disons même ob-jette ou objecte, soit met ou place devant, dans ce que Maldiney appelle un en face, le devant ayant remplacer l'avec du marcher. Du sauter enfin on pourrait dire qu'il s'agit de se jeter soi-même... »

13Ensuite Schotte articule les modalités du langage. À la marche correspond le récit, dire ce qui se trouve dans ce monde que l'on emporte avec soi. Au jeter correspond la mise en face de l'objet, de l'autre c'est à dire tenir une place, une position c'est discourir. Et enfin le rapport à soi dans le saut, c'est la quête identitaire .

14Il inclut à ces deux triades une troisième : à la marche et au récit s'articule le mouvement d'accueillir, d'accompagner, le compagnonnage ; le jet et discours engage la relation dans le face à face ; le saut et parole initient la ren­contre lorsqu'à l'issue du face à face quelque chose s'est transformé en moi.

Marche, récit, compagnonnage : être avec ; base

Jet, discours, relation : être en face ; origine

Saut, parole, rencontre : être à l'épreuve de soi-même ; fondement

15L'existence met en mouvement permanent toutes ces articulations. Le phénomène, s'il ne modifie pas la qualité de la présence, révèle la richesse de toutes ces possibilités. Par contre, s’il fait intrusion dans l'harmonie de ces mouvements existentiels, il provoque un arrêt du mouvement. « La maladie n'est pas la crise mais l'impossibilité de la crise » dit Maldiney.

16Pour retrouver une base, un sol sur lequel reprendre sa route, on peut rechercher comment accueillir la souffrance, multiplier les espaces, modifier l'organisation, ne rien lâcher sur se qui pourrait donner un sentiment de continuité. C'est la fabrique d'un présent ou greffer de la base qui est à l'œuvre. Les traces d'existence laissées par le malade doivent être recueillies avec attention, avec soin et avec le soucis de repérer un mouvement dans se qui s'œuvre aux alentours.

17Découvrir le rapport des formes entre elles, rapport des couleurs dans les dessins, que dit le blanc de la page : entre-deux des formes. Qu'est-ce qui se touche ? Qu'est-ce qui laisse passer ? Qu'est qui va au loin ? Le clair et l'obscur. Accompagner l'enfant à la découverte de son œuvre accompagner et décou­vrir le mouvement des formes qui inaugure une spatialité. L'espace comme phénomène révèle la mise en face des objets dans son monde. De l'accom­pagnement on va pouvoir engager un dialogue entre les formes et initier un discours. Enfin peut-être la qualité de la présence permettra une rencontre.

18Pour que le dessin parle non pas à partir d'un extérieur herméneutique ou théorique, on peut accompagner les formes, les faire dialoguer découvrir de nouveaux horizons, se laisser guider dans la compréhension du monde de l'auteur. C'est une clinique de la découverte. Cette clinique phénoménologi­que tente d'éviter la prise du savoir sur l'homme malade.

19Que va t-on chercher de forme dans la vie ? C'est ce fondamental qu'est le rythme comme base existentielle. Ce rythme naît du surgissement et du reti­rement dans le dialogue. Une forme en appelle une autre, l'une disparaît puis réapparaît. Il y a un dialogue rythmique. Le rythme crée des harmonies, des métaphores qui sont « un art de l'apparaître » (Rordorf). Les harmonies du dessin dans leur surgissement sont un art de s'apparaître à soi-même comme possibilité nouvelle pour soi.

20La Genèse de la bible est une mise en rythme du monde, le monde s'ori­gine dans le rythme. C'est une forme parabolique de l'évolution. Les gravures rupestres sont aussi des expressions rythmiques et paraboliques du monde vécu par les premiers hommes. C'est dans cette musique que naît la parole.

21Le sens des paraboles n'est pas dans les discours et la morale mais dans le rythme de la parole du texte ou des images qui la représentent. « En français le mot parole vient de parabole » (Rordorf), l'important n'est pas de parler sur mais d'écouter la parabole parlante.

22Le titre du livre de Lesourd : « Comment taire le sujet » représente bien notre actualité, c'est aussi comment éviter le surgissement.

23Heureusement le rythme est libre dans la rue.

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Ludwig BINSWANGER : Introduction à l'analyse existentielle ; Trad. Les Editions de Minuit 1971.

Michel LECARPENTIER médecin psychiatre à la clinique de La Borde, discussions cliniques dans le cadre des journées de la FASM organisées au CH de Novillars.

Serge LESOURD : Comment taire le sujet ; Ed. Érès 2006.

Henry MALDINEY : Penser l'homme et la folie ; Ed. Jérôme Millon 1991.

Jean Christophe NORMAN : Les circonstances du hasard ; Ed, FRAC de Franche-Comté 2012.

Bernard RORDORF : La parole articulation de la présence ; Ed. L'âge d'homme 1971.

Jacques SCHOTTE : Vers l'anthropopsychiatrie ; Ed. Hermann 2008.

Philippe SOLERS : L'éclaircie ; Ed. Gallimard 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Sosolic, « Récit, discours, parole et phénomène », Philosophique [En ligne], 18 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://philosophique.revues.org/903 ; DOI : 10.4000/philosophique.903

Haut de page

Auteur

Stéphane Sosolic

Psychologue Clinicien Besançon

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Franche-Comté

Haut de page